Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

Interview

Benoît Assou-Ekotto : « Ce sera avec le Cameroun... »

RCLens.fr

Participera ? Participera pas ? La question était posée à Benoît Assou-Ekotto depuis l’invitation que lui avait faite Artur Jorge, le nouveau sélectionneur de l’équipe nationale du Cameroun, à se rendre au prochain rassemblement des Lions indomptables à l’occasion d’un match programmé le 27 mars à Yaoundé, face au Soudan.

Le 23 mars 2005

Si, au final, le jeune défenseur natif d’Arras, renonça - tout comme il l’avait fait, par le passé, à l’occasion de deux sélections en équipe camerounaise « Espoirs » - à cette offre, ce n’était pas, comme on aurait pu le croire, en raison d’une aspiration à pouvoir un jour revêtir une tunique bleue. Le choix que lui propose sa bi-nationalité franco-camerounaise est, en effet, aujourd’hui arrêté en faveur de l’Afrique. Ce sont, en fait, des difficultés toutes personnelles qu’il évoque avec nous, ce mardi en fin de matinée, pour expliquer cette renonciation qu’il espère des plus temporaires. Paroles.

Ekotto affrontant Mbami
(C) RC Lens.fr

Benoît, est-ce l’attente d’une éventuelle future sélection en équipe de France « Espoirs » qui vous fait renoncer à cette sélection camerounaise ?

Non, du tout. J’ai repoussé la sélection parce que je ne peux pas y aller pour le moment pour certaines raisons personnelles. Je n’attends aucune autre invitation d’un autre sélectionneur.

Cela veut-il dire que maintenant le choix est fait ? Ce sera le Cameroun ?

Oui, le choix est fait. Sans hésitation... Bon, j’ai réfléchi. J’ai pesé le pour et le contre. Pour l’instant, j’ai dû repousser la sélection. Mais s’il doit y avoir une prochaine fois, oui, ce sera avec le Cameroun.

Benoît Assou-Ekotto évoluera-t-il bientôt sous les couleurs camerounaises ?
(C) RCLens.fr

Le fait de ne pas y aller à cette occasion, c’est un choix « sportif » ou un choix « privé » ?

C’est un choix « privé ». Je ne peux pas y aller pour le moment.

Et vous n’avez pas peur que cela vous porte préjudice auprès du sélectionneur ?

Non. Ce n’est pas que je ne veux pas y aller ; C’est que je ne peux pas pour le moment. Je leur ai expliqué. J’ai eu l’assistant d’Artur Jorge au téléphone, et j’ai envoyé un fax pour leur expliquer mes raisons. Et ils les ont très bien comprises. Il n’y a pas de problèmes.

Quand pensez-vous être en mesure d’honorer une sélection avec le Cameroun ?

Quand les problèmes seront réglés...

Il n’y a pas de date précise ?

Non, non... Pas de date.

Ce choix en faveur de la sélection camerounaise est irrévocable ?

Dans le foot, comme on dit, on ne sait jamais... Mais pour le moment, c’est comme ça. Et je doute que ça bouge.

Benoît Assou-Ekotto au milieu de ses jeunes f
(C) RC Lens.fr

Vous avez eu récemment des contacts avec des joueurs de l’équipe du Cameroun ?

Oui. Juste avec Rigo (Ndlr. Rigobert Song, ancien équipier et capitaine des Lions indomptables)... Comme il a vu cela de l’extérieur, il m’a demandé pourquoi j’ai refusé. Je lui ai expliqué que c’était des problèmes personnels. Et il a très bien compris. Il n’y a pas de soucis.


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 27 mars 2005 à 19:28, par bmw En réponse à : > Benoît Assou-Ekotto : « Ce sera avec le Cameroun... »

    Benoit est bien sage mais il oublie qu il a en face de lui des Hommes comme lui. Hallo Benoit , continu ton petit jeu et la fin justifira les moyens . La France est une nation , le Cameroun une autre . sois franc mon frere .bonne chance

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars 2005 à 12:28, par Paul mbiiya thiefman,Etoudi En réponse à : > Benoît Assou-Ekotto : « Ce sera avec le Cameroun... »

    BIYA COMPARED TO SADDAM

    To my initial surprise, most of the Cameroonians I spoke to applauded Bush’s efforts to topple Saddam Hussein. Living under a dictator themselves, they felt a deep sympathy for the Iraqis and thought that military force was the only way to get rid of Hussein. “But what about the multilateral power of the United Nations,” I would ask. The answer would invariably come back something like “The UN has no real power. The sanctions have not prevented Saddam and his friends from getting richer, but the Iraqi people are suffering. The United States should do something to help them.”

    Cameroonians understand this situation all too well. For 24 years President Paul Biya has run their country as if it were his personal property. His friends, relatives and tribe mates get the majority of political appointments and have undue access to the country’s lucrative oil reserves, tropical hardwood stands, and cocoa and palm oil plantations. Those who oppose him are silenced. Specific instances of this silencing and of widespread human rights abuses were publicized in the 2002 US State Department Human Rights Report for Cameroon. The report contains many damning accusations against the Cameroonian government, including the following two : “The Government infringed on citizens’ privacy and monitored and harassed some opposition activists,” and, “Security forces committed numerous unlawful killings and were responsible for disappearances.”

    Transparency International, the leading international non-governmental organization dedicated to fighting corruption, has repeatedly classed Cameroon among the world’s most corrupt countries. In both 1998 and 1999, for example, Cameroon gained unwanted notoriety for being ranked as the most corrupt country out of those surveyed (with 85 and 99 countries surveyed, respectively). Although the negative international press generated from this dubious award led to limited political reform (such as the holding of legislative and municipal elections in June of 2002), democratic change has been sluggish. In 2003, Cameroon was still ranked 124th, with position number 133 being occupied by the most corrupt country in the world.

    The corruption and cronyism are like thick mud that has to be waded through in order to accomplish anything in Cameroon. For example, although the law says that primary education is free to all children, many teachers demand direct payment in order to assign a child a front-row seat or to correct homework assignments. In the health care sector, it is common for nurses and doctors to sell a hospital’s stock of gauze, aspirin and other essential supplies. One of our Cameroonian friends told us a story of bringing medicine and bandages to the hospital when his cousin severely cut his hand. He gave the supplies to the doctor, who promptly left the room and was replaced by another doctor who then demanded payment for the very same supplies. When our friend protested, the doctor simply said, “I never saw you come in with bandages. If your cousin wants me to dress his wound, you will have to pay me for these supplies.”

    Although witnessing these injustices was maddening, my husband and I were constantly aware that we lived in a closed and privileged society of diplomats, aid workers, missionaries and foreign businesspeople. Our United States passports protected us from police harassment, bribe paying and intimidation. Yet, we could not fail to notice how devastating the situation was for the Cameroonians struggling to make their way in that society. Their spirits were being crushed under the weight of a blatantly crooked and unfair system. In fact, I was awed by the resilience and hopefulness that they were still able to muster in the face of such odds.
    Considering the daily obstacles that they confront, most Cameroonians would probably be grateful if the United States military swept in, got rid of their corrupt leadership and invested billions of dollars to set up democratic institutions and working systems in their country. Of course, this is not likely to happen, but hopes were raised when President Paul Biya visited the United States in March of 2003. Because of Cameroon’s current position as a temporary member on the United Nations Security Council, the country has received unprecedented media coverage as of late. Many Cameroonians have hoped that this attention might prompt their leadership to initiate positive change.

    Although the details of the March 20th meeting between Bush and Biya have not been publicized, in Cameroon it was widely believed that Bush promised increased military assistance and development aid in exchange for Cameroon’s support for his Iraq policies. Apparently, this help was not tied to evidence of transparency or democratic reform in Cameroon, but will go directly into their system as it is. Cameroonians, and those of us who care about Cameroon, have been sorely disappointed by the way in which President Bush legitimized Biya and knowingly propped him up in order to further his political agenda in the Middle East. Aid given in this fashion will surely not lead to greater democracy or development in Cameroon, just as the defeat of Saddam Hussein will not necessarily result in greater freedom or less suffering for the Iraqis.

    Répondre à ce message

  • Le 24 mars 2005 à 14:05, par smith njohn En réponse à : > Benoît Assou-Ekotto : « Ce sera avec le Cameroun... »

    j`ai longtemps cru que Assou regarde des deux cotes de la rive cameroun et france mais j`aimerai bien me convaincre que je me trompe
    et je suis sur que Ibrahim mba lui conseillerai de regagner le cameroun pour son bien et peut etre celui du cameroun

    Répondre à ce message

  • Le 24 mars 2005 à 12:24, par CHRIM de Douala En réponse à : > Benoît Assou-Ekotto : « Ce sera avec le Cameroun... »

    Assou-Ekotto viendra en sélection, il l’a promis, alors trève de plaisanterie.

    Je m’aligne pour dire aussi bravo à CAMFOOT pour cette interview. Ce sera également bien si CAMFOOT pouvait nous avoir la réaction de LAUREN, comme quelqu’un l’a demandé plus bas ; car nous camerounais on aime trop critiquer ou condamner sans raison.

    Donc avant de vous en prendre à LAUREN, il serait mieux d’entendre ses arguments. On ne condamne pas quelqu’un sans l’avoir écouté.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2005 à 22:08, par ? En réponse à : > Benoît Assou-Ekotto : « Ce sera avec le Cameroun... »

    I personally think you guys are over-reacting. This guy just said he has chosen Cameroon over France, what’s the problem now ? If he didn’t want to play for Cameroon, you think he scared to say it ? Boumsong, Itanje,Nouma etc, they all made their minds. Please relax, this guy said he’s going to play for Cameroon...respect his wish please...stop all these uneccessary annimosity, it’s not good !!!

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2005 à 21:02, par ? En réponse à : > Benoît Assou-Ekotto : « Ce sera avec le Cameroun... »

    salut a tous.Je vais tout de suite m’aligner derriere le precedent internaute pour m’inquieter.En effet un journal tres lu au camer nous faisait savoir ke ASSOU EKOTTO aurait choisit la France.En s’appuyant sur une interview publièe dans un autre journal francais et un site il ont tout de meme utilisè le conditionnel.En fin de compte j m demande bien a qui me fier mais je constate tout de meme l’absence du mec !je tiens seulement a rappeler que les autres n’ont pas fait long feu avec la france:Nouma,Itanje........Conclusion :.....

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2005 à 20:33, par zizinho En réponse à : > Benoît Assou-Ekotto : « Ce sera avec le Cameroun... »

    Assou ekotto,gars arrete de jouer aux echecs avec nous.Tu viens ou tu ne viens pas,les gars comme les Rogers milla ont joués pour les couleurs du nnam alors qu’on enterrait un très proche des leurs.Continue d’attendre une selection française....On on on on attend Assou ekotto,Assou ekotto ne ne vient pas iiiiiiihiéééé

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2005 à 17:50, par ? En réponse à : > Benoît Assou-Ekotto : « Ce sera avec le Cameroun... »

    The young man used his head to think. You either play for cameroon like Doumbe perrier did, have a lot of playing time or thinking you’re going to play with France and waste your career....the French man can not bear the thought of an African country beating them....well, times are changing people....

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2005 à 17:43, par ? En réponse à : > Benoît Assou-Ekotto : « Ce sera avec le Cameroun... »

    Congratulations to camfoot and to Assou-ekotto.It’s not always an easy choice given the fact that he was born in France.the French were hoping he plays for them so they continue with post colonialism.Welcome home benoit, it’s a beautiful country and you’re going to be appreciated.
    We should give Jean makoun a chance and forget about Etame and that faggot in the name of Djemba.
    God bless...

    Répondre à ce message

  • Le 23 mars 2005 à 17:38, par ? En réponse à : > Benoît Assou-Ekotto : « Ce sera avec le Cameroun... »

    Etame Mayer ????

    Combien de fois faut il le vous dire que le gars ne veut plus jouer avec les Lions.

    COMBIEN DE FOIS ?????

    le gars ne veut plus jouer avec les lions !!!!!

    ETAME, C’EST FINI !!!!

    Passons au plus jeunes, au moins avec eux, il n’y a pas d’hesitations.

    Kamerlove

    Répondre à ce message

Vos commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches