Cameroun - Zambie

Comment la presse a joué avec les nerfs de Broos

Camfoot

Le nul (1-1) concédé samedi face à la Zambie n’a pas seulement déçu les fans des Lions Indomptables. Les hommes de medias se sont eux-aussi sentis dégoûtés par la performance de l’équipe d’Hugo Broos qui a préféré des joueurs peu compétitifs et en méforme, à des ceux qui auraient pu faire mieux. Ils n’ont pas manqué de le lui rappeler.

Le 13 novembre 2016
commentaires

Cette fois, c’est Hugo qui s’est fait Broossé. Samedi en conférence de presse, le sélectionneur des Lions Indomptables a été pris pour cible par les hommes de médias qui tenaient absolument à lui signifier leur mécontentement à l’issue du match nul (1-1) que son équipe venait de concéder face aux Chipolopolo de Zambie, en match comptant pour la deuxième journée des éliminatoires de la Coupe du monde, Russie 2018.
Seul contre tous, le technicien belge a eu droit à tout. Et pour ouvrir les hostilités, une question sur le choix de son onze entrant. « Comment faites-vous pour préférer des joueurs qui brûlent le banc de touche en club, à ceux qui sont titulaires ? », demande un journaliste. « Si je dois tenir compte des joueurs qui ne jouent pas en clubs, je devrais avoir à peine 18 joueurs. Il y a des joueurs qui jouent moins qu’avant. Ce n’est pas moi qui vais demander à leurs clubs de les aligner », répond l’entraîneur.

Est-ce que vous travaillez pour le Cameroun ?

Et alors qu’il croit avoir convaincu ses interlocuteurs, Hugo Broos est acculé. « Vous savez bien qu’Eric-Maxim Choupo-Moting n’est pas blessé… », lance un autre. « Je vous arrête là, rétorque Broos, l’air nerveux. Si vous dites que Choupo-Moting n’est pas blessé, c’est que vous mentez. Autrement son médecin ment, son entraîneur ment, et lui-même il ment  ». Le temps de respirer, Hugo Broos est tout de suite relancé sur le cas Choupo-Moting. « Vous dites que Choupo-Moting est blessé, mais quand il est là, vous ne le classez pas. Vous préférez Salli Edgar qui est remplaçant dans son club en deuxième division, à un joueur qui évolue en Bundesliga, un joueur titulaire qui dispute la Ligue Europa. Si vous étiez l’entraîneur de l’Allemagne auriez-vous choisi de titulariser celui qui est remplaçant en club ?  », demande un confrère avant d’en placer une autre.

« Vous avez deux joueurs qui évoluent au Danemark. Un joueur en deuxième division (Anatole Abang, Ndlr) et c’est lui que vous mettez en premier, et vous laissez sur le banc, celui qui évoluent en première division (Bassogog, Ndlr.). Dites-nous, est-ce que vous travaillez vraiment pour le Cameroun ? ». Broos soupire avant de s’expliquer. « J’avais entendu que vous alliez venir avec toutes ces questions, dit-il. Je n’ai jamais eu ces questions, quand les résultats étaient bons. C’est très facile de poser ce genre de questions quand les résultats ne sont pas bons. Vous devez savoir : je suis déçu aussi par ce résultat. Vous parlez de Choupo-Moting ; quand il dit qu’il est blessé, qu’est-ce que je dois faire ?  ». « Qu’est-ce que vous faites quand il vient ? », rétorque le journaliste. « Quand il vient poursuit Broos, il sera ici. On verra après. Le Danemark, Bassogog joue toujours. Abang joue régulièrement, mais pas tous les matchs. Nous les suivons chaque semaine. Bassogog, c’est la première fois qu’il joue avec nous. Je ne pouvais pas le titulariser  ». Il a fallu que la conférence soit interrompue par le Team press officer de la sélection, pour que le Belge soit tiré d’affaire.

Arthur Wandji


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 16 novembre à 10:59, par Le Mozart En réponse à : Comment la presse a joué avec les nerfs de Broos

    ’est vraiment domage de penser un seul instant que ce coach peu changer une équipe du Cameroun. Les camerounais c’est une affaire de mentalité. Ce coach n’a rien avoir avec les décision prise par l’équipe il ne fais que chercher un échappatoire pour ce défendre. Car en réalité il n’es qu’une marionnette de ceux la qui ne veulent plus les ancien car il savent qu’il ne gagne plus rien derrière eux en plus ces joueur on un ego qu’il ne peuvent pas contrôler car soit disant que l’administration est intellectuelle alors on doit leur respecter car ils sont l’autorité et parfois ces joueur qui on déjà rouler leur bosse non dieu que pour leur pays et se font respecter par l’administration étrangère. Mais ici au pays l’administration veut le beurre et l’argent du beurre. C’est à dire ils veulent faire aussi des joueur leur marionnettes. Sélectionné par un business de manager ou payer une place pour jouer et prendre les joueur jeune qui ne peuvent pas tousser. C’est ça en faite. MM les joueur jeune binationaux très talentueux il ne veulent pas car ces enfant non rien à prouver car ils sont assez convainquant à l’échelle internationale alors il préfère en faire avec les brebis galeuses. N’attendons rien car le football camerounais reste toujours ambrillonaire à cause des mentalités qui ne change pas.Toujours entrain de vouloir des méthode de contournement. Yaa cameroun jusqu’à quand.

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre à 12:45, par Tariq ahmir En réponse à : Comment la presse a joué avec les nerfs de Broos

    Prenez ces joueurs et vous verrez la concurrence qui va régner au sein des LIC . d’un coté les jeunes que sont Hammadou ( Lille ) , Zambo Anguissa ( Marseille ) , Axel Ngando ( Bastia ) , Bahebeck ( Pescara ) , Nkoudou ( Tottenham ) et de l’autre le retour des anciens Eto’o ( Antalya ) , Song ( Kazan ) , Matip joel ( Liverpool ) et Marvin ( Ingolstad ) , Choupo ( Schalke 04 ) . Sans dire que Mandjeck est au banc de touche , quand on voit le match qu’il nous sort contre la France , le Cameroun est formidable . Des mammouths à l’instar de Nkoulou et Chedjou se croient indéboulonnables , quid de votre capitaine Moukandjo et de son danceur d’Aboubakar . Il faut une concurrence saine dans cette équipe .

    • Le 14 novembre à 16:35, par stella En réponse à : Comment la presse a joué avec les nerfs de Broos

      je dirai tout simplement que vous les camerounais , vous n’aimez pas la défaite ou le nul ,
      nous somme qu’à la deuxième journée . le football est d’abord un jeu .

      que ce soit le beau jeu , ou le mauvais jeu , on retient a la fin que le Cameroun a fait nul avec la Zambie et l’histoire entre les deux équipes va reternir cela. , le classement FIFA ne tien pas compte de la beauté du jeu mais du résultat du match.
      le cameroun est 2e de sa poule et peux encore se qualifier.
      faut pas faire la critique pour la critique. vous critiquer , aurez vous fait mieux en tant entraîneur , ou alors êtes vous toujours meilleurs dans vos secteurs d’activité respectif.
      en octobre 2017 on saura le qualifier et les eliminés

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre à 11:34, par alemesam En réponse à : Comment la presse a joué avec les nerfs de Broos

    Ce monsieur nous prend pour des imbéciles ou quoi. je me souviens de ce qu’il a dit sur sa liste, il a dit qu’il sélectionne les joueurs titulaires en club et maintenant il nous parle des joueurs qui ne sont pas titulaire et que c’est pas à lui de dire à leur coach de les faire jouer , mais ce bonome est maboule ou quoi. ses choix tactiques sont nuls, ce choix de joueur nul lui même nul comme il n’est pas permis.
    Il constate que les Zambiens sont dans leur camp, pourquoi ne pas passer à une défense à trois derrière et mettre plus de joueur à l’attaque. on a constaté que Aboubakar n’était pas présent à la chute des balles dans la surface de réparation Zambienne, il n’avait qu’à y associer un joueur à l’axe pour jouer les deuxième ballons. Mais non BROOS n’a rien vu de tout ça et il vient accuser les joueurs pourtant il est nul.
    Son ABANG la nous a gâché une occasion en or de but sur sa volé mal exécutée, normal une joueur de seconde zone. voilà à quoi on nous réduit, oooo Cameroun mon cher et beau pays , le pays de MILLA Roger. Pardon il faut aller chercher un vrai coach et les vrais joueurs.

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre à 03:42, par Katchandouri En réponse à : Comment la presse a joué avec les nerfs de Broos

    BROOS nous en apprend des choses. Lorsqu’un joueur s’avère meilleur qu’un autre à un poste, le fait que ce soit sa 1re sélection, il doit - malgré qu’il soit meilleur - chauffer le banc. Mais c’est quel genre de raisonnement ça ? S’il veut bien se donner la peine d’observer les autres équipes, ce sont les meilleurs en jambes qui sont alignés. Autrement dit, les titulaires dans leurs clubs. L’équipe des chipolopolos est composée de joueurs locaux à 93%, avec à sa tête un local. Mais elle a su se montrer plus menaçante. D’où nous vient-il que les LIONS ne peuvent être dirigés que par un nguenguerou ? Et nos frères qui ont obtenu les mêmes diplomes que les DESCHAMPS et autres... (à savoir les EKEKE, OMAM, KUNDE etc...), pourquoi ne leur confie-t-on pas la sélection ?
    On a besoin de joueurs offensifs et BROOS laisse des joueurs tels que Olivier BOUMALE (n°10 meneur de jeu d’Olympiakos, titulaire indiscutable), pour nous amener des zombies comme SALLI qui n’arrivent même pas à s’imposer en Ligue 2. Cherchez l’erreur !!!
    Les états de service de BROOS démontraient son incompétence notoire. Mais cela n’a pas empêché ces bandits de la fécafey de lui confier la tête des LIONS. Comment voulons - nous prospérer avec ça ? C’est vraiment désolant.
    Voilà le petit MBAPPE qui brille à Monaco. Mais au lieu de l’approcher, on préfère les SALLI.

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre à 02:30, par pascalo En réponse à : Comment la presse a joué avec les nerfs de Broos

    Ce coach n’a aucune stratégie de jeu. On ne sait pas comment on attaque ni comment on defend. On joue avec trois défenseurs centraux car Ngadjui revient toujours se placer a l’axe pour suppléer Nkoulou et Chedjou alors qu’il est milieu de terrain. Du coup le bloc joue très bas. Aucune animation offensive. On ne voit pas les phases de jeu élaborées ou les ballons arrivent aux attaquants dans les bonnes conditions, par exemple je me demande combien de ballons Aboubakar a touché pendant ce match. Le Nigeria et l’Algérie ont mis en place des conditions favorables pour ramener leurs binationaux, mais chez nous rien n’est fait au contraire on frustre Choupo et Matip.

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre à 00:20, par georgy En réponse à : Comment la presse a joué avec les nerfs de Broos

    Je voulais croire que ce monsieur etait un entraineur Mais ces reponses non seulement sont alarmantes mais me font croire qu’il n’a pas la maitrise de son sujet. Un vrai caoch ne vomit pas ses joueurs surtout pas en conf de presse d’apres match.il dit que il n’y a que 18 titulaires chez les pros camerounais ? Vraiment ! Sr si vous etes depasse ayez le courage de reconnaitre que vs vs etes trompe de metier.pr toi mieux vaut un pro qui ne joue pas qu’un joueur local meilleur joueur de la finale du cameroon ? Ou bien meilleur joueur du championnat cam ? Mon Cher il faut arreter ca .qd vous venez chez nous pour nous insulter Je dis non.le championnat belge n’est pas aussi meilleur que ca mais l’entraineur belge utilise Les joueurs de ce championnat quelconque et il fait des bonnes choses...pauvre negre qui se laisse insulter par n’importe quel va nu pied.le jour va bientot se lever au cameroon et vous Allez comprendre que personne ne peut aimer ton fils plus que toi meme.Negro ai le courage de prendre ton destin en main et tu vas sortir grandi sinon nous allons continuer a essayer nos nombreuses larmes .ex : le coach des lionnes son coeur bat ,il a mal quand son equipe, l’equipe de ces ancetres est en difficulte que fait le negrier il est colle sur le Banc de touche pour Lui quoi Tant que nous ne comprendrons pas ca nous allons continuer a nous tordre Les doigts.mieux vaut employer un negro competent ce n’est pas ce qui nous manquer que d’employer un negrier quelconque comme Broos

    • Le 14 novembre à 01:56, par Patrico En réponse à : Comment la presse a joué avec les nerfs de Broos

      Vraiment bidons les analyses de ce monsieur, encore un autre farceur comme se fut le cas avec Volker Finke, mais à qui la faute ! à l’incompétence notoire et l’incurie des dirigeants dans notre pays.Je comprends maintenant pourquoi ce monsieur il à été chassé par 2 petits club en Algérie.

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre à 22:31, par small lion En réponse à : Comment la presse a joué avec les nerfs de Broos

    En 10 mns de jeu que j’ai vu Bassogog il m’avait l’air plus en jambe et plus dangereux que Salli et Njie. Le fait qu’il soit à 1er sélection (selon Broos) ne veut absolument rien dire. Les meilleurs doivent jouer. Point !!!

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches