Assou-Ekotto : « Impossible »

Publié le 13 avril 2011
commentaires

Avec un handicap de quatre buts avant le retour contre le Real (20h45), Benoît Assou-Ekotto sait que les Spurs ont fait une croix sur les demies.

Il n’a même pas pris la peine de nous faire croire en un hypothétique exploit. Après le 4-0 subi à l’aller, Benoît Assou-Ekotto ne se fait plus d’illusion sur l’issue du quart de finale de Ligue des champions contre le Real Madrid. « Il faudrait leur marquer cinq buts. Impossible », juge le défenseur de Tottenham. Depuis le début de la saison, une seule formation a accompli une telle prouesse. Elle s’appelle le FC Barcelone, « et il n’y a qu’un Barcelone », souligne encore l’ancien Lensois. « Si on peut marquer plein de buts, tant mieux, mais si on gagne 1-0, ça nous ira aussi très bien. Aujourd’hui, on n’a plus rien à perdre, et c’est ce qui me rend optimiste. On veut sortir la tête haute pour nous et nos supporters. »

« La prochaine fois, on saura qu’il ne faut pas tacler quand on joue à l’extérieur en Ligue des champions... »

Depuis le début de leur campagne européenne, les Spurs ne sont pourtant plus à un renversement de situation près. Dès le tour préliminaire, ils étaient parvenus à remonter deux de leurs trois buts de retard sur la pelouse des...Young Boys Berne (2-3, 4-0). En phase de poules, un triplé de Gareth Bale avait atténué la claque que s’apprêtait à lui infliger l’Inter (3-4). « Mais là, c’est Mourinho et sa science tactique », soupire Assou-Ekotto. L’international camerounais ne croit ni en un possible relâchement des Madrilènes à trois jours du clasico, ni à l’éventualité d’un Real bis à White Hart Lane. « Quand tu vois qu’un joueur comme Cristiano Ronaldo a déjà marqué 35 buts et qu’il est fâché quand il rate le 36e, tu les vois quand même mal lâcher un match de Ligue des champions. »

« Regrets »

Fataliste, Assou-Ekotto n’en reste pas moins persuadé que Tottenham avait une vraie carte à jouer contre ce Real-là. « Pour ça, il aurait fallu qu’on reste à 11 contre 11, peste-t-il en référence à l’expulsion de Peter Crouch dès la 16e minute. Mais bon, c’est en faisant des erreurs qu’on apprend. La prochaine fois, on saura qu’il ne faut pas tacler quand on joue à l’extérieur en Ligue des champions parce que cette faute, en Premier League, elle n’est jamais sifflée. Avant de l’expulser, l’arbitre aurait quand même pu l’avertir oralement... » C’est précisément ce qui incite le latéral gauche à nourrir quelques « regrets », lui qui nous avait assuré, entre les deux huitièmes de finale contre Milan, qu’une élimination resterait « cool ». « Quand tu vois notre parcours, sois t’es vraiment pas ambitieux et tu le trouves génial, soit tu as des regrets par rapport à la manière : quand tu tombes contre plus fort que toi, O.K., pas de soucis. Mais jouer 1h20 à 10... »

Emery TAISNE


REAGIR

La Chronique de Léon
Les Depêches