Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

La Chronique de Léon Gwod : Vu des bords de la Lagune Ébrié…

Camfoot

Je faisais remarquer il y a quelque temps aux nombreux gogos qui infestent la scène footballistique camerounaise, au moment où mes compatriotes bombaient le torse devant des échangeurs simplifiés et un ridicule palais des sports de cinq mille places, que le Palais des sports de Treichville, à Abidjan, déjà vieux de plus de quinze ans, en comptait 15 000.

Le 22 février 2013
commentaires

La Côte d’Ivoire, un peu comme le Sénégal, n’a pas de stade. Du moins pas le genre tonitruant de béton dont sont toqués mes compatriotes. A Abidjan et à Dakar, il y en a juste un pour tout le pays, tout petit, mais un vrai bijou au gazon manucuré, soigné et entretenu jalousement, fonctionnel et convivial.

Mes lecteurs qui ont vu Dakar ces cinq dernières années n’ont pas manqué de remarquer la transformation de cette vieille bourgade endormie qui, au terme d’un énorme programme de travaux, est devenue une étincelante métropole moderne ceinturée de voies rapides, enrichie de réseaux d’égouts et d’approvisionnement en eau et en énergie. Et le plus important, ce programme d’investissements publics a eu pour effet de doper l’emploi des jeunes Sénégalais et de raviver l’espoir de ces derniers.

A Abidjan aujourd’hui, le pendule penche résolument du côté d’un embellissement généralisé de la qualité de vie des populations. Le lancement des travaux de construction du troisième pont de la ville, qui va de pair avec la réfection des voies de communication et la construction de nouvelles voies rapides et de réseaux d’assainissement, a permis le recrutement de milliers de jeunes et devrait, à terme, donner à cette grande ville déjà passablement bien équipée, le statut de ville internationale moderne.

A quoi servirait-il, au fond, de construire de nouveaux stades au Cameroun, alors que nous sommes totalement incapables de prendre soin des deux que nous avons ? Aurions-nous vraiment à rougir, si cela était possible, devant des Équato-Guinéens, si nous pouvions accueillir des compétitions internationales dans des stades retapés, remis à niveau et, surtout, confiés aux soins et à la garde de sociétés privées chargées de les préserver et de les rentabiliser au besoin ?

La construction de stades ne peut pas avoir préséance, dans les atroces villes où nous vivons comme des clochards, sur la construction et la réhabilitation de systèmes d’assainissement et de routes acceptables. Elle ne peut être justifiable que dans le cadre d’un Plan Marshall axé sur la démarginalisation des jeunes, le renforcement de l’autonomie des populations et, plus généralement, l’élévation du niveau de vie par l’emploi, la santé et l’éducation. Actuellement au Cameroun, le football n’est pas, loin s’en faut, un facteur de développement qui devrait accaparer des ressources publiques.

Léon Gwod


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 22 février 2013 à 22:24, par rasta En réponse à : La Chronique de Léon Gwod : Vu des bords de la Lagune Ébrié…

    Mon Frère Leon Gwod, pas tout à fait d’accord avec toi quand tu relativises le poids du foot dans une économie comme la notre. Le problème chez nous, c’est qu’il est si mal géré qu’on a même l’impression qu’il tire plutôt nos ressources vers le bas, en clair, qu’il nous coûte plus d’argent qu’il n’en rapporte, ce qui est actuellement le cas. Vue sous cet angle, on peut en effet se poser des questions sur l’opportunité d’investir (construire des stades) dans ce secteur.

    Alors que bien géré, il peut être un vrai pôle de croissance de notre économie : impact sur le tourisme, source de devises, création d’emplois...

    Il est clair que le foot, n’est pas loin s’en faut le secteur économique le plus porteur, mais relativiser son impact économique serait une erreur.

    Répondre à ce message

  • Le 22 février 2013 à 18:24, par dagojene En réponse à : La Chronique de Léon Gwod : Vu des bords de la Lagune Ébrié…

    EN CONCLUSION

    LE CAMEROUN EST DIRIGE PAR UN PRÉSIDENT INCAPABLE DEPUIS PLUS DE 35 ANS .

    CE MONSIEUR N’A RIEN APPORTE A LA JEUNESSE SPORTIVE CAMEROUNAISE.
    NOUS N’AVONS QUE D’YEUX POUR PLEURER.

    CETTE JEUNESSE ENTHOUSIASTE A CONTRIBUE AU RAYONNEMENT MONDIAL, ET DONNE LES LETTRES DE NOBLESSE AU FOOT CAMEROUNAIS. }

    ELLE N’A RIEN Reçu ENCOMPENSE.

    Répondre à ce message

Vos commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon