Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

Dossier

Infrastructures : péril sur la CAN2019

Camfoot

Cameroun, champion de l’humiliation et recordman de l’impréparation. A 18 mois du coup d’envoi de cette compétition, tous les projets sont bloqués. S’il y en a dont les procédures d’attribution ne sont même pas encore bouclées, d’autres attendent encore que les entreprises devant en assumer les travaux soient choisies. La construction du Stade Paul Biya à Olembé avance à pas de tortue, du fait du retard dans le décaissement des fonds de contrepartie du Cameroun, même si le partenaire italien adjudicataire du marché, rassure que les travaux seront livrés à temps.

Le 13 juillet 2017
commentaires

A Douala, les travaux de construction du stade de Japoma, ne connaissent pas un rythme satisfaisant. Quid de l’aéroport international de Garoua dont la capacité à accueillir le trafic pour une compétition à la dimension de la CAN, donne des insomnies au gouvernement ? Au total, seuls les stades de Bafoussam, de Limbé et dans une moindre mesure, le stade Omnisports de Yaoundé, répondent aux critères exigibles par la CAF pour abriter ces compétitions. Informé de la morosité qui règne au pays des Lions indomptables, la Caf, apprend-t-on, songerait à délocaliser le prochain rendez-vous africain en raison du grand retard accusé dans la réalisation des infrastructures sus-citées.

Camfoot porte son casque et chausse ses bottes pour effectuer une descente dans ces chantiers dont l’état d’avancement laisse songeur.

Une enquête de Christou DOUBENA


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 13 juillet à 19:44, par bamyaben En réponse à : Infrastructures : péril sur la CAN2019

    « Camfoot porte son casque et chausse ses bottes pour effectuer une descente dans ces chantiers dont l’état d’avancement laisse songeur. »

    Nous voulons les photos récentes sur l’état d’avancement des travaux sur les sites, les interviews récentes de la Maîtrise d’ouvrage (les responsables camerounais du contrôle et de l’exécution desdits chantiers) et de la Maîtrise d’oeuvre (les responsables au Cameroun à Yaoundé et à Douala du groupe italien Piccini et du groupe turque Yenigûn Construction industry) mais aussi des ouvriers, agents de maîtrise et cadres techniques camerounais qui travaillent dans la réalisation de ces ouvrages sur place à Olembé et à Japoma.

    CAMFOOT rien n’est factuel et objectif sur ce que vous dites, tout est spéculatif. Faites un vrai travail de journalisme d’investigation que de faire du racontar des journaleux qui n’ont pas froid aux yeux à publier des on-dit, des nouvelles infondées concernant un événement qui se propagent sous forme de rumeur et de grâce arrêtez de nous réchauffer les informations qui datent de plus de six mois que vous aviez déjà publié ici. Nous voulons des informations récentes, fiables, crédibles, photos et témoignages à l’appui.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 11:21, par Jeannot En réponse à : Infrastructures : péril sur la CAN2019

    Je vous dis depuis février que le Cameroun n’organisera pas de CAN en 2019.

    Vous me donnerez raison.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet à 07:24, par david thadus En réponse à : Infrastructures : péril sur la CAN2019

    Que tous les médias publics ou privés, écrits ou parlés, tv ou radio, emmettent le même son chaque jour en créant des rubriques quotidiennes CAN 2019, pour critiquer toutes ses lenteurs de l’Etat RDPC car on va atteindre le vrai vrai ridicule mondial avec cette affaire de CAN 2019.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches