Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

Stades à gazons synthétiques

Divorce consommé entre la Fécafoot et Prime Potomac

Camfoot

Après plus d’un an de promesses infructueuses autour de la livraison des chantiers, le Comité exécutif de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) vient d’annoncer la résiliation de plein droit des conventions de partenariat la liant à l’entreprise américaine chargée de la construction de stades dans les villes de Bamenda, Bangangté, Bafia et Sangmélima.

Le 18 juillet 2017
commentaires

L’euphorie des belles promesses de campagne du président de la Fécafoot aux populations des régions du Nord-Ouest, Centre, Ouest et Sud n’aura duré que le temps d’un claquement de doigts. Il n y’aura plus visiblement de stade à gazon synthétique dans les localités de Bamenda, Bangangté, Bafia et Sangmelima. Du moins si l’on s’en tient aux résolutions 6 et 7 issues de la réunion du Comité exécutif de la Fécafoot vendredi dernier à Yaoundé. Lesquelles expriment clairement les réticences et les réserves émises par la nouvelle équipe dirigeante de l’instance faîtière du football camerounais autour de ce vaste et ambitieux projet, porté sur les fonds baptismaux par Tombi à Roko Sidiki dans son désir d’offrir à une dizaine de villes du Cameroun des stades aux normes internationales.

Ramdam médiatique

Après plus d’un an d’atermoiements, de révélations fracassantes sur les clauses du contrat et de mise en garde des deux parties par médias interposés, « le Comité exécutif prend acte de la résiliation de plein droit des conventions de partenariat entre la Fécafoot et la Société Prime Potomac, relatives à la construction des stades dans les villes de Bamenda, Bagangté, Bafia et Sangmélima  », peut-on lire sur le communiqué final de la réunion dont Camfoot a eu copie. En d’autres termes, Ben Moudo et la Fécafoot c’est désormais de l’histoire ancienne. Ce n’était plus d’ailleurs le parfait amour entre l’entreprise chargée de construire les stades modernes et ses désormais ex employeurs. Les deux partenaires d’hier ont mis un terme à leur idylle qui n’aura finalement duré que le temps d’un ramdam médiatique nourri de belles promesses. Cet ambitieux projet, n’étant jamais sorti de sa phase embryonnaire.

Défaillance avérée ( ?)

La Fécafoot, de la voix du patron de son exécutif, ayant donc fait le constat amer, n’entend pas se couvrir de honte pour n’avoir pas tenu parole. Et pour mettre le pied à l’étrier, l’instance qui avait déjà installé un comité ad-hoc pour le suivi des travaux de ces infrastructures futuristes en janvier dernier, a choisi de rompre le contrat. Modo et ses techniciens sont en quelque sorte, virés pour défaillance avérée. Un scénario auquel semblait bien se préparer l’expert. Lui qui ne cessait de multiplier ses sorties médiatiques sur les ondes de certaines radios locales à Yaoundé ces dernières semaines. On sentait dans cette intense activité médiatique, une envie de sauver son navire et éviter que l’image de la société Potomac n’en soit écornée. Après avoir clamé il y a près de six mois, avoir reçu toutes les garanties nécessaires et que les travaux étaient à l’arrêt simplement « à cause d’un problème de normes », l’homme, qui sentait le business tomber à l’eau, poussait des cris d’orfraies, menaçant au passage de porter le dossier à la Conac.

L’espoir qui vient du Programme Forward

Dans la foulée, la Fécafoot a validé vendredi dernier, le contrat par objectifs dans le cadre du programme Forward de la Fédération internationale de football association (Fifa), relatif à la construction des terrains en gazon synthétique dans les stades municipaux des villes de Bertoua, Ngaoundéré, Maroua et Bafang. Même si le communiqué n’indique pas les motifs de cette révocation et ne précise pas davantage le sort désormais réservé auxdites arènes. Ledit programme d’un montant de 5 millions de dollars pour chaque association et pour un cycle de quatre ans, est dédié aux investissements dans des projets de football (terrains, compétitions et football féminin). A suivre !

C.D.


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 18 juillet à 14:51, par Jeannot En réponse à : Divorce consommé entre la Fécafoot et Prime Potomac

    @possy l,

    Comme les réseaux sociaux existent, n’importe qui veut dire n’importe quoi.

    OK. Admettons que ce soit l’argent du football. Il est-il normal de construire un stade d’un milliard à bafia alors que les insuffisant rénaux de bafia vont se faire dialyser à yaoundé où il n’y a même pas de kits ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet à 05:28, par Footfootfoot En réponse à : Divorce consommé entre la Fécafoot et Prime Potomac

    Mon Dieu pourquoi tout cet argent est depenser pour des conneries qui ne servent rien du tout a la population generale. On construit des stades qui ne vont servir qu’a quelques individus alors que tous ces montants colossales pouvaient etre utililser pour construire des meilleurs hopitaux, meilleurs ecoles, investir meme dans un grand centre de recherche et devellopement ou nos intellectuels peuvent s’echanger les informations. Si on va noyer les Camers dans un ocean de dette, au moins construiser des choses qui vont servir a tout le monde parceque lorsqu’il est temps de repayer c’est tous les Camers qu’on va demander de repayer. Vraiment nous sommes foutu, ca ne vaut pas la peine.

    Incroyable pourtant vrai.

    • Le 18 juillet à 07:30, par possy l En réponse à : Divorce consommé entre la Fécafoot et Prime Potomac

      Il faut arrêter le bavardage intempestif !! Cet argent est gagné par les footballeurs et footballeuses, normal qu’il soit investit dans la construction des équipements sportifs. Qui dit chantier, dit emplois, qui dit emplois dit développement. C’est pas aux footballeurs que revient le devoir de construire des hôpitaux et écoles, même si certains le font. Il y a un gouvernement pour ça !!! L’argent du foot est un argent privé...

    • Le 18 juillet à 14:31, par Footfootfoot En réponse à : Divorce consommé entre la Fécafoot et Prime Potomac

      Tu raconte n’importe quoi si c’est l’ argent du foot pourquoi prendre des prets de milliards a la Chine ? Pourquoi prendre des prets de milliards au banques turques et Italienne alors qu’il ya l’argent du foof qui repose de cote ? Meme comme les Camers aiment le gros francais alors tu parle de bavardage imperatif.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches