CAN2016 : L’incident qui suscite des interrogations

Camfoot

Le Cameroun sera t-il complètement prêt avant le coup d’envoi de la Coupe d’Afrique des Nations 2016 en Novembre prochain ? Pour une question banale de continuité du voyage, on a dû déplacer la rencontre entre le Cameroun et le Kenya de Bafoussam à Limbé, moins de 24 heures avant le coup d’envoi. L’impréparation semble manifeste.

Le 9 août 2016
commentaires

Ça ne s’est plus joué à Bafoussam. Le match qui devait mettre aux prises ce dimanche 7 août 2016, l’équipe nationale de football des moins de 17 ans du Cameroun à son homologue du Kenya, au stade omnisports de Bafoussam, a plutôt eu pour cadre, à la même date, le stade omnisports de Limbé. La nouvelle de la délocalisation de cette rencontre, comptant pour la manche aller du deuxième tour des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations des moins de 17 ans (Madagascar 2017), est tombée en matinée le samedi 6 août et a reteni bizarrement non seulement pour la sélection camerounaise qui était à la phase de concentration, mais aussi pour les spectateurs et la direction du stade de Bafoussam. La campagne entamée pour mobiliser les populations autour de cette équipe nationale, avait en effet déjà permis d’écouler plusieurs milliers de tickets d’accès au stade.

Alors que les interrogations fusaient au sujet des raisons de cette délocalisation impromptue, la fédération camerounaise de football (Fécafoot) s’est expliquée à travers un communiqué. « La fédération camerounaise de football porte à la connaissance du public que l’aéronef devant servir au transfert des officiels et de l’équipe kenyane dans le cadre du match Cameroun-Kenya, comptant pour les qualifications de la Can U17 Madagascar 2017, prévu ce dimanche 7 aout à Bafoussam, est rendu impossible pour cause d’incident technique », renseignait Blaise Moussa, secrétaire général de la Fécafoot. « En conséquence, la Fécafoot a immédiatement saisi la Caf afin d’obtenir une autorisation afin que ce match se déroule au Limbe omnisports stadium déjà homologué par la Caf et situé à 75 km de Douala, distance permettant un transfert par route, conformément au règlement de la compétition », précisait-il.

Informée, la délégation camerounaise qui n’attendait pas ce revirement spectaculaire, a illico subito quitté Bafoussam samedi matin, pour rallier Limbé par route. Si fort heureusement, cet incident n’a pas eu d’impact négatif sur les jeunes qui se sont largement imposés (7-0), il a toutefois révélé de manière ostentatoire les failles du Cameroun à quelques mois de la Coupe d’Afrique des nations de football féminin.

C’est que les autorités semblent focaliser toute leur attention sur les infrastructures. Pourtant, d’autres aspects indispensables à la réussite de l’événement, dont le transport, préoccupent le moins. Alors que l’on croyait que les matchs internationaux programmés au Cameroun serviraient de répétition générale au comité local d’organisation de la Can féminine 2016, l’on vient de constater qu’il n’en est pas le cas. Et cela pourrait coûter cher au Cameroun.

Gaël Tadj


REAGIR À L'ARTICLE

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Répondre à cet article

La Chronique de Léon
Les Depêches