Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

  • Accueil
  • En Vedette
  • Infrastructures : Un projet étalé sur dix ans et en trois étapes

Infrastructures : Un projet étalé sur dix ans et en trois étapes

Camfoot.com

Le Cameroun sera bientôt doté des aires de jeu en qualité et en quantité, après la signature ce mercredi 7 mai 2008 à Yaoundé, des documents contractuels du programme national de développement des infrastructures sportives (Pndis) avec des partenaires chinois.

Le 8 mai 2008
commentaires

« Une ère nouvelle commence pour le mouvement sportif camerounais. Les infrastructures seront enfin à la hauteur des exploits réalisés par nos athlètes à l’échelle de la planète… ». Le ministre des Sports et de l’éducation physique, Thierry Augustin Edjoa a donné une conférence de presse ce mercredi 7 mai 2008 à Yaoundé, quelques heures seulement après la signature avec des experts de la China National Machinery and Equipment Import and Export Corporation, des documents contractuels du programme national de développement des infrastructures sportives (Pndis).

La cérémonie s’est tenue dans un luxueux hôtel de la capitale, avec des invités de marque au rang desquels le Premier ministre Ephraïm Inoni. Ce dernier a tenu à « remercier le partenaire chinois d’avoir accepté de négocier avec le ministère des Sports et de l’éducation physique au nom du Cameroun, et de nous accompagner dans ce programme qui constitue une réponse satisfaisante à la problématique de l’emploi jeune dans notre pays ». D’autres membres du gouvernement étaient présents, de Jean Pierre Biyiti bi Essam de la Communication à Laurent Serge Etoundi Ngoa des Petites et Moyennes entreprises en passant par Adoum Garoua et Catherine Bakang Mbock respectivement de la Jeunesse et des Affaires sociales…

Ledit programme devrait permettre de pallier le déficit en infrastructures sportives en dotant à terme tous les chefs-lieux de provinces et villes du Cameroun d’infrastructures sportives adaptées à la pratique du sport en général et du sport d’élite en particulier. Il va aussi permettre au Cameroun d’accueillir à court terme, des évènements sportifs de haut niveau et mettre à la disposition du gouvernement et des partenaires au développement, un document rassemblant les besoins en infrastructures sportives.

Membres de la délégation chinoise
Augustin Edjoa, Roger Melingui...

Programme en trois phases

Le coût de la première phase du Programme national de développement des infrastructures sportives, prévue pour la période 2008-2011, est de 427.643.526 Euros, soit 272 milliards 450 millions Fcfa. Ce budget sera investi dans la construction à Yaoundé-Olembé d’un nouveau stade omnisports couvert de 60.000 places dénommé « Grand Stade Paul Biya » et d’un stade d’entraînement de football et d’athlétisme. A Douala, il est question de bâtir une arène de 30.000 places, un palais des sports de 3.000 places et une piscine olympique. A Bafoussam et Limbé, un stade de 20.000 places, un palais des Sports pouvant accueillir 2000 personnes, pour un coût de 167 millions 860 mille 124 Euros, soit 110 milliards Fcfa. "Il est important que le transfert de technologie s’effectue dans les meilleures conditions. D’autant plus que, dans un premier temps, les Chinois vont entretenir ces infrastructures, puis, ils passeront le témoin aux Camerounais", a reconnu Augustin Edjoa.

Image de la maquette du « GSPB » réactualisée
Le Grand Stade Paul Biya sera finalement entièrement ’Couvert’.

La deuxième phase, de 2011 à 2014, concerne la construction à Yaoundé Olembé d’une piscine olympique de 3.000 places, du nouveau campus de l’Institut national de la Jeunesse et des Sports (Injs) et d’un hôtel 3 étoiles. Une aire de jeu de 20.000 places et un palais des Sports seront sortiront de terre à Garoua, ainsi qu’une piste pour courses de chevaux pour une valeur de 142 millions 380 mille 40 Euros, soit 94 milliards Fcfa environ.

La troisième phase comprise entre 2014 et 2018 mettra l’accent sur la construction dans les villes de Bertoua, Ebolowa, Bamenda, Ngaoundéré, Maroua et Kumba, d’un stade omnisports de 15.000 à 20.000 places et d’un palais des Sports de 2000 places dans les villes de Buea et de Sangmelima. Cette phase coûtera 117 millions 403 mille 362 Euros, soit 77,02 milliards Fcfa.

Le deuxième volet du Pndis pour sa part, concerne la construction dans tous les arrondissements du pays, des plates-formes sportives. Ces infrastructures de proximité comprendront un terrain de basket-ball, volley-ball, hand-ball et éventuellement un court de tennis ou une salle pour la pratique des sports de combat. Le ministre des Sports a déclaré que le gouvernement était encore à la recherche des financements pour ce deuxième volet du Pndis. « La porte est ouverte à tous les autres partenaires et amis », a dit M. Edjoa.

Le coach Otto Pfister et quelques invités
Le Sg du Minsep Hanack Tonye et la traduction chinoise

Issa Hayatou satisfait

Le ministre des Sports et de l’éducation physique a saisi depuis septembre 2007 toutes les mairies pour la mise à disposition d’espaces sécurisés et viabilisés d’au moins 2.000 mètres carrés. A ce jour, affirme-t-on au Minsep, « près d’une dizaine de mairies ont répondu favorablement », toute chose qui va permettre aux pouvoirs publics de disposer d’un parc domanial conséquent pour la construction de ces plates-formes sportives de proximité. Ainsi, le Cameroun se propose d’organiser la deuxième édition du championnat d’Afrique des nations des amateurs en 2011, juste après la Côte d’Ivoire qui abrite cette compétition en 2009. L’objectif final étant d’accueillir les Jeux africains ou la phase finale de la coupe d’Afrique des nations de football à l’horizon 2016.

Le président de la CAF Issa Hayatou apprécie le projet

Selon Issa Hayatou, le président de la Confédération africaine de football, « le programme national de développement des infrastructures va changer fondamentalement les données sportives dans notre pays. Ce projet est d’autant plus intéressant qu’il couvre l’ensemble du territoire, du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest avec les mêmes qualités. Je ne peux qu’être fier de savoir que la jeunesse camerounaise aura toutes les infrastructures sportives susceptibles de lui donner la possibilité de briller au niveau mondial… ».

C’est le 19 juillet 2007 que le ministère des Sports et de l’éducation physique a donné mandat à la Société civile immobilière de l’Afamba (Socia) dirigée par Roger Melingui, ancien ministre délégué chargé du Budget, de rechercher des financements pour ledit programme. Après étude de dossiers venus de plusieurs pays du monde, le choix a été porté sur la China National Machinery and Equipment Import and Export Corporation dont le président Li Changxin a séjourné au Cameroun le 30 novembre 2007, avec six de ses collaborateurs afin de présenter leur offre de service à l’Etat. Au Minsep, on annonce le démarrage des travaux dans les prochaines semaines, le temps de dédommager les occupants de la banlieue d’Olembé.

Jean Robert Frédéric Fouda, à Yaoundé


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 8 mai 2008 à 23:42, par Rodolphe Youmbi En réponse à : Infrastructures : Un projet étalé sur dix ans et en trois étapes

    cettte une tres bonne nouvelles cette initiative,le Cameroun avait enormement besoin de quelque chose comme ca,merci aux responsables et bon courage

    Répondre à ce message

  • Le 9 mai 2008 à 17:54, par bentidemanjo En réponse à : Infrastructures : Un projet étalé sur dix ans et en trois étapes

    Vous y croyez ? Mon oeil !
    Les vautours qui gouvernent le Cameroun n’ont pas encore fini d’engrossir leur ventre, je ferai pour ma part exactement comme ST. Thomas. Les gouvernants de ce pays sont friands de la chair et de l’argent frais. Vous ne voyez pas ce qu’ils viennent de faire avec la SNEC, ils se sont mystérieusement vite transformés en la ’’marocaine des eaux’’ pour avaler cette société, sans l’avoir même mâchée. Ils l’avaient déjà fait avec la SONEL, avec les américains au banc des complices.

    En clair, tout ça vise à endormir les camerounais, et entre dans le cadre de la campagne électorale anticipée de 2011. Le changement de la constitution qu’ils viennent d’imposer au malheureux peuple en fait partie.

    Nous n’attendons plus que les élections anticipées pour ’’applaudir’’ encore à chaque PET de M. Paul BIYA BI MVONDO et ses suiveurs aveuglés par l’appétit insatiable de la mangeoire ethnique et tribale.

    Merci./.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2013 à 08:23, par stesicm En réponse à : Infrastructures : Un projet étalé sur dix ans et en trois étapes

    @Bentidemandjo

    Voici exactement 5 ans . D’après les prévisions gouvernementales d’alors, on en serait à plus de la moitié de ce programme. Pourtant rien ! Même le petit stade de 20.000 places de Limbé les dépasse. Il y a de quoi être sceptique dans ce pays. C’est malheureux. Ces gens oublie que chaque jour qui passe est une page de l’histoire écrite. Que diront-ils s’ils sont aujourd’hui confrontés à cette situation ? C’est Minable

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2013 à 09:24, par yan En réponse à : Infrastructures : Un projet étalé sur dix ans et en trois étapes

    C’est bien d’avoir ressorti ces articles, Camfoot. Voilà la preuve vivante du sommeil prolongé de Biya. 5 ans plus tard et même pas une pose de pierre. C’est honteux. Il n’ y a qu’au Cameroun qu’on voit ce genre de choses. Le laxisme, le vol, le mensonge, la corruption, l’escroquerie, l’impunité c’est tout ca qui nous tue. Pardon popol, pars vite afin qu’un valeureux chevalier te remplace.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre 2013 à 10:20, par shalai En réponse à : Infrastructures : Un projet étalé sur dix ans et en trois étapes

    2008-2013
    5 ans et rien de rien voila le gouvernement des grandes realisations mon oeil minalmi
    le cameroun est dirigé par des locataires qui n’ont rein a foutre de rien ni de personne sinon comment les gens peuvent ils se moquer de nous a ce point
    ils sont venu construire un truc ici a douala qui s est ecrouler sur les gens et apres plus rien mais quand j attend l’argent que les gens vole chaque jour ca me fait mal
    ondong dong 49.000.000.000
    inoni 25.000.000.000
    mouchipou 36.000.000.000
    siewe 23.000.000.000
    fotso 18.000.000.000
    marafa 27.000.000.000
    iya 20.000.000.000
    abah abah 52.000.000.000
    awono urbain 32.000.000.000
    ngamo amani 13.000.000.000
    mendo ze 65.000.000.000
    micheal tombio 69.000.000.000

    PAUL BIYA 50.000.000.000 x 30 ans = 1500.000.000.000
    et comme il dit qu’il partira en 2035 il va en tout voler
    50.000.000.000 x 55= 2750.000.000.000

    ils sont tros nombreux essaye de calculer tout cet argent et vous obtiendrez un chiffre ahurissant. avec tout ca je suis sure que si ils ny avais pas autant de voleur dans cette republique le cameroun serai au niveau de l’afrique du sud
    mais on reste ppte quel gachis

    Répondre à ce message

Vos commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon