Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

En réponse à :

Lettre à ma conscience (2e partie)

Il y a certainement plus des semaines que des jours, que je pouvais encore me
vanter d’être l’un des Hommes les plus puissants qui puissent exister dans ce monde pardi. Je pouvais décider du sort des footballeurs de mon pays. A vrai dire, j’étais un Dieu vivant car l’avenir de valeureux jeunes dépendaient de ma vision et de ma pensée. J’étais un homme vénéré et craint par tous. Personne ne peut douter du plaisir que procure un tel pouvoir.

Publié le 15 août 2012
commentaires
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

La Chronique de Léon