Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

Match amical

Cameroun - Sénégal du 09 Février Prochain : Un match amical pas comme tous les autres

Premier test pour le nouveau sélectionneur des Lions indomptables du Cameroun.

Camfoot.com

« Un Sénégal-Cameroun ne peut jamais être un simple match amical » a déclaré Henri Camara, sociétaire des Celtic de Glasgow (D1 écossaise) à l’agence de presse sénégalaise APS. Prévue pour le 09 Février 2005 à Créteil (près de Paris), la confrontation Cameroun-Sénégal ne sera pas un amical comme tous les autres. Premier test pour le tout nouveau sélectionneur de l’équipe nationale du Cameroun, elle s’avère être une bonne occasion de revanche pour les Lions de la Teranga.

Le 22 janvier 2005

Défait en février 2002 lors de la de la finale de coupe d’Afrique des nations, l’équipe du Sénégal abordera la rencontre amicale du 09 Février prochain avec un esprit de revanche. Inscrit dans le cadre de la préparation aux éliminatoires combinées de la CAN et du Mondial 2006, ce match à également valeur de test pour le tout nouvel entraîneur de l’équipe nationale du Cameroun battue le 17 Novembre dernier à Leipzig par la Mannschaft de Klinsmann (0-3).

Artur Jorge ne devrait pas decevoir Ngando Pikett

Que nous réserve Artur Jorge ?

En se liant à l’équipe nationale du Cameroun pour 18 mois (le 19 Janvier dernier), une seule mission a été assignée au tout nouvel entraîneur Portugais des Lions : Qualifier le Cameroun pour la phase finale de la coupe du monde 2006 qui se disputera en Allemagne. Mission difficile mais pas impossible car mathématiquement tout est possible. Avant le premier match retour des éliminatoires couplées Can/Coupe du Monde 2006 contre le Soudan, le 27 mars 2005 à Yaoundé, « il va falloir remettre les choses sur de bons rails » (Ndlr entretient accordé le 15 Janvier 2005 à la rédaction de Camfoot par Patrick Mboma). Que nous réserve à l’occasion Artur Jorge ? On le sait très défensif dans son jeu. C’est dire que dans la toute nouvelle ossature de l’équipe nationale du Cameroun, le sélectionneur Portugais s’attellera à bâtir un nouveau « mur » autour du capitaine Rigobert Song, selon certaines indiscrétions. Cette défense qui remettra en confiance toute l’équipe amenée par l’actuel meilleur buteur de la Liga, Samuel Eto’o Fils. Cette mission passera bien évidement par l’instauration d’une discipline rigoureuse au sein du groupe.

Stade Dominique Duvauchelle de Créteil

Informations pratiques

Pour ceux des nombreux fans des Lions qui aimeraient assister à la rencontre du 09 Février prochain à Créteil, voici quelques indications :

Lieu de la rencontre : Stade Dominique Duvauchelle

Adresse : 12, chemin des bassins, 94000 Créteil

Emplacement des parkings

Modes d’accès

- En avion :

    • Aéroport Orly (8 km du stade)
    • Aéroport Charles de Gaulle (22 km)

- En train : Paris Gare du nord, Gare de l’Est, Gare de Lyon, Gare Montparnasse, Gare d’Austerlitz puis RER D ou métro 8

- Par l’autoroute : A86 sortie Créteil centre, Bonneuil, Valenton

- En métro : Ligne 8 station Créteil préfecture puis Bus

- En RER :

    • Ligne A station Boissy St Léger puis bus
    • Ligne D station Vert de maison + bus 181 jusqu’à Préfecture puis Bus 281

- En bus :

    • Ligne 393 station La Source / Stade Duvauchelle
    • Ligne 281 station La Source

Stephen Sunou, sunou@camfoot.com


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 22 janvier 2005 à 09:16, par don(bologna) En réponse à : > Cameroun - Sénégal du 09 Février Prochain : Un amical pas comme tous les autres

    On en droit de se demander comment se fera la preparation de se match.Nyongha restera-t-il au pays et laissera le soin a ARTUR et AUGURAS de convoquer les joueurs expatriès comme cela a toujours etè le cas ou alors le nouveau ministre mettra en sa dispo des moyens logistique pour toucher de l’oeil la forme de nos lions de la diaspora ?Je pense qu’il est grand temps que la selection des joueurs soient + objective.Nous voyons tous qu’il y a des joueurs ki ne jouent pas et ki seront par miracle presents et titulaires le 09.C’est vrai ke chacun doit rester a sa place et faire son job mais n’empeche ke l’on puisse donner son poit de vue.La defense a mon avis est vieille et pas du tout solidaire.On espere ke le staff pourra faire taire les rivalitès extra sportifs de certains lions et les emmener a jouer au foot et rien qu’au foot.Ce ke l’on a vu contre l’Alllemagne est tres regrettable.Il est aussi temps ke l’on pense a essayer de nouveaux elements et a asseoir une tactique de jeu.Quand je vois la durèe du stage (3jours)je me demande si ce sera serieux.

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier 2005 à 09:35, par Nouchogwe En réponse à : > Cameroun - Sénégal du 09 Février Prochain : Un amical pas comme tous les autres

    bonjour,pour moi il faut assainir le climat qui sévit dans les lions,je garde encore en tête l’image de la reaction en direct de metomo face à l’allemagne ce fut une humiliation pour nous camerounais ;jamais plus jamais il doit y avoir ces genre de gestes ;s’il ya une entité qui pertube,il faut l’exclure immédiatement car l’honneur du cameroun a prir un grand coup dans le dérrière lors de ce cameroun-allemagne.oui le blème est plus mental

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier 2005 à 11:08, par Amougou En réponse à : > Cameroun - Sénégal du 09 Février Prochain : Un amical pas comme tous les autres

    webmassa, tu as donné les bonnes info mais il en manque les essentielles à savoir :

    Combien coute le billet ? ét où peut-on se les procurer ??

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier 2005 à 11:29, par Americain de cergy En réponse à : > Cameroun - Sénégal du 09 Février Prochain : Un amical pas comme tous les autres

    Bonjour
    Vous donnez toutes les indications mais vous oubliez ,ou vous ne faites pas attention : Le prix des billets et les lieux de vente.

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier 2005 à 12:06, par EMMANUEL Javet En réponse à : > Cameroun - Sénégal du 09 Février Prochain : Un amical pas comme tous les autres

    C’est une bonne information mais il reste à savoir le prix des billets d’entrer au stade et le lieu de vente desdits billets ; que les encadreurs puissent aussi faire passer beaucoup l’information pour que le maximum vienne soutenir la nouvelle done !

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier 2005 à 12:18, par PLACIDE En réponse à : > Cameroun - Sénégal du 09 Février Prochain : Un amical pas comme tous les autres

    Pour ce match, j’espère que l’on partira avec une nouvelle défense et un nouveau milieu, car ceux des derniers jours de winnie laissent à désirer.Une victoire redonnerait confiance à cette équipe qui n’en a plus.Un système défensif ne serait pas le bienvenue, on a besoin de marqure des buts, et cela passe par une pression permanente de l’adversaire près de ses goals. Bonne chance à vous les lions, le peuple camerounais est toujours derrière vous !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier 2005 à 15:23, par jaques Fame Ndongo,ancien minstre de infos En réponse à : > Cameroun - Sénégal du 09 Février Prochain : Un match amical pas comme tous les autres

    Lettre ouverte à son Excellence Paul Biya : "Le Cameroun de la peur"

    Aurore PlusLe 30 Novembre 2004
    © Michel Michaut Moussala, Aurore Plus

    "... Excellence, Monsieur le Président, ne vous laissez pas leurrer par les rapports rassurants des services de sécurité. Ils savent tenir en respect les foules, mais on sait que la bombe est amorcée que et la déflagration sera à la hauteur des frustrations accumulées..." Par Michel Michaut Moussala

    Excellence, Monsieur le Président,

    Les Camerounais ont constaté, depuis de longs mois, surtout pendant la campagne présidentielle et après la proclamation des résultats d’une élection que vous avez gagnée cette fois sans conteste, que vos hommes sont tous inquiets de la paix au Cameroun. Ils ont tous peur d’une guerre civile dont ils dessinent les traits sur les murs et au quotidien. La paix est-elle menacée au Cameroun ?

    Excellence, Monsieur le Président, ne vous laissez pas leurrer par les rapports rassurants des services de sécurité. Ils savent tenir en respect les foules, mais on sait que la bombe est amorcée que et la déflagration sera à la hauteur des frustrations accumulées.

    Observez bien la situation en Côte d’Ivoire. Les querelles entre les différents leaders politiques sur fond de complications d’ivoirité sont tout ce qu’il y a de secondaire. Si les rebelles ou les forces nouvelles bénéficient du moindre crédit auprès de la communauté internationale, c’est bien parce que la France a tiré les ficelles. Elle a armé et financé les rebelles. C’est sous le nez de soldats français que la Banque centrale est dévalisée. Détail curieux. La France est allée beaucoup plus loin en faisant signer aux protagonistes ivoiriens les accords farfelus de Linas Marcoussis. Quelle République au monde accepterait de bafouer sa propre Constitution pour faire droit à des crétins qui prennent contre un pouvoir démocratiquement élu ?

    Excellence, Monsieur le Président, vous avez travaillé aux côtés de Ahmadou Ahidjo. Vous avez beaucoup appris l’histoire universelle de la politique. Si Laurent Gbagbo avait été plus inspiré, il aurait mis tous ces rebelles “hors d’Etat de nuire”, au nom de la légalité républicaine. Et personne n’eût été inspiré de lui intenter un procès pour crime contre l’humanité. Ahidjo a massacré tous les opposants upécistes dans le maquis, il n’a jamais été jugé. Sa guerre a été classée “légitime”, et il en avait le soutien de la... France. Eduardo Dos Santos a fini par avoir la peau de Jonas Savimbi que ne soutenaient plus les Américains et les Sud-africains, depuis qu’on avait tourné la page de la guerre froide. La communauté internationale n’a pas réagi. Le pétrole angolais vaut bien quelques cadavres.

    Autant que vous l’ayez compris, si la France prend un peu trop ouvertement fait et cause pour les forces nouvelles en Côte d’Ivoire, et donc outrancièrement contre la démocratie, elle a de bonnes raisons. Depuis le départ d’Houphouêt Boigny, les Ivoiriens ont appris à mieux comprendre la réalité de leur destin. Leur misère économique a un seul coupable la France. Au-delà des comptoirs coloniaux et autres multinationales trop visibles à force de faire partie du décor, même les petits commerçants prospères en Côte d’Ivoire sont à plus de 95 % des Libanais d’origine française. Laurent Gbagbo n’envoie pas ses gars à l’assaut des boutiques et des lycées français. Pas plus qu’il n’envoie un policier abruti pour faire la peau à Jean Hélène. Les exaspérations accumulées contre la France sont aujourd’hui à l’origine de cette montée xénophobe en Côte d’Ivoire.

    C’est le scénario qui se profile au Cameroun avec les incertitudes sur la fin de votre règne. Avec cette nuance que les colères accumulées, les vexations endurées sous votre régime, les désespoirs nourris par la paupérisation des masses et la montées des injustices vont alimenter des tropismes dangereux. En 1991 et 92, un lumpen prolétariat télescopé par le vent de la démocratie s’en prenait violemment à tous les symboles due Renouveau. Dans sept ans, il est très probable que la tragédie se rejoue, plus sanglante cette fois, lorsque sur une sortie manquée, le peuple se fera de bonnes raisons de régler des comptes.

    Avec le Renouveau, les biens de votre illustre “prédécesseur” ont été saisis, sans aucune justification. Quelques vautours en ont profité pour se les approprier ou pour les dilapider. Il est probable qu’un changement de régime au Cameroun demain ouvre la voie à une période sombre de notre histoire. C’est sous votre régime que les fortunes les plus insolentes se sont amassées, sans cause. C’est sous votre régime que les scandales financiers et les détournements ont atteint des niveaux astronomiques. Imaginez un seul instant que votre successeur se mêle de jouer au Zorro, à Saint Just, comme un redresseur de torts, et se mêle d’instruire les procès de tous ces crimes économiques que vous avez couverts, à défaut de les avoir cautionnés par vos silences malgré les discours officiels sur la lutte contre la corruption. La déflagration sera telle que tout le Cameroun en sera soufflé.

    Imaginez qu’un nouveau régime décide de confisquer tous les biens des dignitaires due Renouveau pour “enrichissement illicite”. Imaginez, Monsieur le Président, qu’à votre départ du pouvoir, vos plantations à Mvomeka’a soient confisquées, que vos avoirs à l’extérieur soient gelés comme ce fut le cas pour Mobutu Sesse Seko ou quelque autre dictateur. Imaginez encore que vos meilleurs serviteurs aujourd’hui aient à subir le même sort sous la pression de la masse qui tiendra à se faire justice.

    Vous comprenez alors, Monsieur le Président, les raisons pour lesquelles les Camerounais ont peur d’une alternance au pouvoir et prient secrètement pour que vous y restiez ad vitam aeternam.

    Mais la machine du temps est implacable. Avant cette échéance inéluctable, le régime lui-même joue déjà à se faire peur. A traquer les démons de la sécession, Albert Mukong et sa bande, à sévir contre des militants du Rdpc qui décident de passer à l’opposition, comme avec la bande à Raymond Pengue, dans le Moungo. Ces “modernistes” qui ont eu la mauvaise idée de prendre le large. Exilés, en cavale ou définitivement portés disparus, ils sont tous les victimes d’une intolérance qu’on a activement cultivée. Vous avez cautionné les fessées nationales souveraines, vous tremblerez sûrement à l’idée qu’il vous soit servie le même sort demain.

    On n’ajournera pas indéfiniment l’échéance de votre départ. Vous êtes désormais condamné, mieux qu’à ramener la croissance au Cameroun et à consolider la démocratie, à préparer une transition en douceur. C’est certainement le plus difficile. De n’avoir pas su trouver la bonne porte de sortie, Houphouèt Boigny a amorcé la bombe qui ravage aujourd’hui la Côte d’Ivoire. L’équation est beaucoup plus compliquée pour le Cameroun. Entre les Nordistes qui caressent secrètement l’espoir de prendre une belle revanche, les Anglophones qui sont sur le pas de la dissidence, les Bamilékés qui en veulent, les Betis qui ne sont pas prêts à lâcher du lest, vous devrez faire preuve de beaucoup d’imagination. L’Histoire ne vous jugera pas à l’aune des actions que vous aurez entreprises pendant votre dernier septennat. Elle vous jugera sur la situation qui prévaudra après vous.

    Sans jamais m’être enrichi sous votre régime, je suis de ceux qui ont peur pour le Cameroun de demain. J’espère, Monsieur le Président, que vous avez le même attachement patriotique envers notre pays, et que vous saurez le préserver des périls absolus.

    Que vous accompagnent, Monsieur le Président, mes encouragements les plus cordiaux.

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier 2005 à 15:28, par ndonfack simone En réponse à : > Cameroun - Sénégal du 09 Février Prochain : Un match amical pas comme tous les autres

    mr jaques ndongo,je ne suis pas surpris-tu connais mieux que nous-

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier 2005 à 15:30, par jaques Fame Ndongo,ancien minstre de infos En réponse à : > Cameroun - Sénégal du 09 Février Prochain : Un match amical pas comme tous les autres

    Living Under a Lesser-Known Dictator

    by Brandy Witthoft Brandy works as an independent researcher and grant-writer. She lives with her husband, Hymie, in Jordan, NY. This article represents her personal views and has not been endorsed or commissioned by Catholic Relief Services or any other organization or me jaques nfame ndongo.
    je ne sais par pourquoi j’adore cette article...

    The first thing my husband and I noticed when flying into Yaoundé, the capital city of the Central African nation of Cameroon, was the mist, drizzle and incredible lushness of the vegetation. As one of the rainiest places on Earth, green things sprout from every conceivable surface and humans have to be constantly vigilant to maintain the homes and farms they have set in rainforest clearings. We often said that the forest would surely reclaim Yaoundé in a few short years if the people were ever to abandon it. We also often discussed the incongruity between the natural beauty of the country and the ugliness of the government that runs it.

    We arrived in Cameroon to spend a year doing humanitarian work with Catholic Relief Services (CRS). My husband primarily went along for the adventure, but ended up doing significant fundraising and volunteer work for a local disabled rights organization. I was employed to help start CRS’ new HIV/AIDS program and to work on ongoing projects within their Peace and Justice portfolio. These were projects dedicated to teaching conflict resolution techniques, to promoting transparency and good governance and to fighting corruption. I worked, for example, on a prison project through which volunteer lawyers give free legal advice to poor families and assist prisoners who are being held without trial or conviction. Because of corruption in the Cameroonian justice system, those prisoners who are too poor to pay bribes or who have no political connections often languish in prison for years before their cases are tried. Because of extreme overcrowding, poor sanitation facilities, and a lack of adequate nutrition and medical care, many of them die before their guilt or innocence is ever established.

    We were continually astonished, and sometimes overwhelmed, by what we encountered in Cameroon. From visiting New Bell prison in one of the country’s most densely populated urban slums to canoeing down the jungle-lined Nyang River, our experiences were varied and unique. Through it all, though, we remained conscious of our own government’s actions abroad and were somewhat relieved to be outside the US during the invasion of Iraq. Being in Africa prevented us from watching too much war-hyped media coverage and from encountering the social divisiveness that emerges out of hotly debated national policies. It also gave us the opportunity to discuss the war with our Cameroonian friends and colleagues and to view the issues from their perspective.

    To my initial surprise, most of the Cameroonians I spoke to applauded Bush’s efforts to topple Saddam Hussein. Living under a dictator themselves, they felt a deep sympathy for the Iraqis and thought that military force was the only way to get rid of Hussein. “But what about the multilateral power of the United Nations,” I would ask. The answer would invariably come back something like “The UN has no real power. The sanctions have not prevented Saddam and his friends from getting richer, but the Iraqi people are suffering. The United States should do something to help them.”

    Cameroonians understand this situation all too well. For 21 years President Paul Biya has run their country as if it were his personal property. His friends, relatives and tribe mates get the majority of political appointments and have undue access to the country’s lucrative oil reserves, tropical hardwood stands, and cocoa and palm oil plantations. Those who oppose him are silenced. Specific instances of this silencing and of widespread human rights abuses were publicized in the 2002 US State Department Human Rights Report for Cameroon. The report contains many damning accusations against the Cameroonian government, including the following two : “The Government infringed on citizens’ privacy and monitored and harassed some opposition activists,” and, “Security forces committed numerous unlawful killings and were responsible for disappearances.”

    Transparency International, the leading international non-governmental organization dedicated to fighting corruption, has repeatedly classed Cameroon among the world’s most corrupt countries. In both 1998 and 1999, for example, Cameroon gained unwanted notoriety for being ranked as the most corrupt country out of those surveyed (with 85 and 99 countries surveyed, respectively). Although the negative international press generated from this dubious award led to limited political reform (such as the holding of legislative and municipal elections in June of 2002), democratic change has been sluggish. In 2003, Cameroon was still ranked 124th, with position number 133 being occupied by the most corrupt country in the world.

    The corruption and cronyism are like thick mud that has to be waded through in order to accomplish anything in Cameroon. For example, although the law says that primary education is free to all children, many teachers demand direct payment in order to assign a child a front-row seat or to correct homework assignments. In the health care sector, it is common for nurses and doctors to sell a hospital’s stock of gauze, aspirin and other essential supplies. One of our Cameroonian friends told us a story of bringing medicine and bandages to the hospital when his cousin severely cut his hand. He gave the supplies to the doctor, who promptly left the room and was replaced by another doctor who then demanded payment for the very same supplies. When our friend protested, the doctor simply said, “I never saw you come in with bandages. If your cousin wants me to dress his wound, you will have to pay me for these supplies.”

    Although witnessing these injustices was maddening, my husband and I were constantly aware that we lived in a closed and privileged society of diplomats, aid workers, missionaries and foreign businesspeople. Our United States passports protected us from police harassment, bribe paying and intimidation. Yet, we could not fail to notice how devastating the situation was for the Cameroonians struggling to make their way in that society. Their spirits were being crushed under the weight of a blatantly crooked and unfair system. In fact, I was awed by the resilience and hopefulness that they were still able to muster in the face of such odds. Considering the daily obstacles that they confront, most Cameroonians would probably be grateful if the United States military swept in, got rid of their corrupt leadership and invested billions of dollars to set up democratic institutions and working systems in their country. Of course, this is not likely to happen, but hopes were raised when President Paul Biya visited the United States in March of 2003. Because of Cameroon’s current position as a temporary member on the United Nations Security Council, the country has received unprecedented media coverage as of late. Many Cameroonians have hoped that this attention might prompt their leadership to initiate positive change.

    Although the details of the March 20th meeting between Bush and Biya have not been publicized, in Cameroon it was widely believed that Bush promised increased military assistance and development aid in exchange for Cameroon’s support for his Iraq policies. Apparently, this help was not tied to evidence of transparency or democratic reform in Cameroon, but will go directly into their system as it is. Cameroonians, and those of us who care about Cameroon, have been sorely disappointed by the way in which President Bush legitimized Biya and knowingly propped him up in order to further his political agenda in the Middle East. Aid given in this fashion will surely not lead to greater democracy or development in Cameroon, just as the defeat of Saddam Hussein will not necessarily result in greater freedom or less suffering for the Iraqis.

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier 2005 à 16:52, par ? En réponse à : > Cameroun - Sénégal du 09 Février Prochain : Un match amical pas comme tous les autres

    Jacques Fame Ndongo les fortunes les plus insolentes se sont accumulees. Vous ferez mieux de parler de celle que vous avez tres certainement amassee vous meme.
    Vous confondez sans doute de tribune, on parle football dans Camfoot. Il fallait jouer les redresseurs de tord lorsque vous etiez au pouvoir, qu’avez vous fait pour le peuple ? Vous n’etes pas victime comme les 15 millions de camerounais qui souffrent ecrases par la misere. vous avez ete un acteur du systeme. Qu’avez vous fait pour le peuple ?

    Un camerounais pas tres naif

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier 2005 à 17:01, par ? En réponse à : > Cameroun - Sénégal du 09 Février Prochain : Un match amical pas comme tous les autres

    Saddam Hussein est sous les verrous avec ses lieutenants et tous ses collaborateurs. Fame Ndongo l’heure des comptes sonnera et vous ne serez pas epargne

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier 2005 à 17:28, par Happi de Bana En réponse à : > Cameroun - Sénégal du 09 Février Prochain : Un match amical pas comme tous les autres

    Mon opinion

    Je crois que le nouveau ministre des sports et de l’éducation physique doit confirmer tout le bien que les Camerounais pensent et disent de lui.
    Il doit s’engager à ce que Fécafoot et son ministère laissent libres les mains de notre sélectionneur national.

    Je crois que le peuple Camerounais doit avoir le courage d’accepter la non sélection de nos idoles lorsque l’entraîneur national juge qu’ils n’ont pas la forme pour défendre honorablement les couleurs du pays.

    Je crois que notre équipe nationale doit cesser d’être une « une sélection nationale » (cf. : Jules Nyonga) mais une sélection des joueurs le plus en forme dans le temps présent et dont la chimie est facilement atteint avec le reste du groupe.
    Je crois que la très grande majorité des Camerounais ont déjà compris que les Lions Indomptables du Cameroun n’est pas l’assemblée nationale du Cameroun où chaque province ou département du pays doit nécessairement être représenté mais plutôt une équipe nationale dont la sélection est celle des joueurs les plus en formes dans le moment.

    Je crois que, tenant compte de l’histoire passé de notre football et du succès de notre équipe nationale, les joueurs constituant l’ossature de notre équipe nationale et plus précisément le secteur défensif, doivent exclusivement évoluer au Cameroun (Eh…Bien !!! Je vois déjà la désapprobation de certains d’entre vous : Normal ; c’est tout simplement ce que je crois)

    Je crois que pour permettre au peuple Camerounais de bien observer et de bien juger son patrimoine le plus cher et le mieux aimé : J’ai cité les valeureux Lions Indomptables du Cameroun, qu’il soit organisé dans les différentes rues du pays (on n’a plus de stades) par le Roi Athur et son équipe, un tournoi de sélection de la vraie relève des « Lic » et ce tournoi sera composé des :
    -  Sélections de chaque province du Cameroun
    -  4 sélections de la diaspora

    De ce tournoi dont même le tout puissant Samuel Éto’o (c’est le meilleur actuellement) sera présent, sortira l’équipe A, B et C des Lic.
    Je crois que l’ossature principale proviendra d’une équipe issue du brassage de ces équipes A, B, C composée des joueurs disponibles à faire une tournée dans les différents continents pour peaufiner leur jeu d’équipe et obtenir une harmonie dans leur jeu.

    Je crois que notre équipe nationale type sera composée de ces joueurs ayant accepté ce « sacrifice » et de 3 ou 4 « génies » en super forme dans leur équipe professionnelle (ex : Eto’o et Kameni)

    Je crois ainsi qu’avec une construction semblable, si je reste semi pessimiste pour une éventuelle qualification pour la coupe du monde 2006, je reste optimiste au succès que cette « fameuse » équipe aura à la CAN 2008 et 2010, au J.O 2008 et à Coupe du monde 2010.

    C’est juste mon opinion, c’est juste ce que je crois.
    J’attends avec enthousiasme et gaieté de cœur vos critiques et vos idées qui pourront améliorer la mienne.

    Chers internautes, Chères internautes, Chers « Lionsphiles » débattons, échangeons-nous les idées pour préserver notre plus beau patrimoine national.

    Bien à vous... Les Lic iront en Allemagne ; nous avons la volonté, nous avons les moyens, nous avons le pouvoir, nous sommes des sorciers. Les Gabonais ont battu le puissant Nigéria (2-1) en août 1989 pour donner la chance au Lic de se qualifier pour la coupe du monde 1990.

    Chers amis ne l’oubliez jamais Jesus-Christ était camerounais et je crois que c’est la raison pour laquelle les camerounais sont les peuples les plus chanceux au monde.

    Cher Ivoiriens je suis désolé ; la prochaine fois choisissez un notre groupe de qualification où le Cameroun ne se trouve pas.

    La coupe du monde même même a été pensé par un camerounais qui n’était pas encore né alors pas question que nous soyons absent à notre chose.

    Happi de Bana….L’enfant du pays

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier 2005 à 21:14, par ? En réponse à : > Cameroun - Sénégal du 09 Février Prochain : Un match amical pas comme tous les autres

    Ouais Happi de Bana l’equipe du Cameroun doit maintenir une place pour les joueurs locaux non professionnels car ce ne sont pas toujours les plus talentueux qui parviennent a integrer le ghotta du football professionnel mais les plus chanceux et ceux qui beneficient de reseaux de managers efficaces. Dans les lycees et college et meme dans les rues du Cameroun on retrouve des talents a l’etat pur.
    Un amalgame doit necessairement fait avec les Etoo, Emana, Mbami, Meyong Ze, Kameni, Douala ect... les meilleurs et les plus en vue de l’etranger sans que le fait de jouer a l’etranger dans des clubs parfois tres moyens soit un gage de titulirasation dans la selection la plus prestigieuse d’Afrique. Privilege que certains s’atellent a conserver au detriment de l’interet de l’equipe ( CF les recentes confrontations du capitaine Song avec les valeurs montantes et precieuses comme Mbami )
    Seul le respect des joueurs locaux permettra de maintenir un championnat de niveau acceptable avec des clubs capables de conquerir l’Afrique comme dans le passe. Car pourquoi rester au pays si la seule facon de sortir de l’anonymat et de se faire reconnaitre est de partir a l’etranger.
    Monsieur le Ministre vous avez bien commence allez franchissez un pas annoncez nous un programme de dotation du pays en infrastrutures et garantissez un salaire minimum aux joueurs locaux.

    Happi de Bana tu commences a devenir mon ami

    Pihap de Mbalmayo

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2005 à 08:18, par ? En réponse à : > Cameroun - Sénégal du 09 Février Prochain : Un match amical pas comme tous les autres

    Fame Ndongo,i have mixed feelings about the 2 articles you posted below.Can i now rightly say the marriage btw u and biya is near divorce ???

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2005 à 08:59, par bams En réponse à : > Cameroun - Sénégal du 09 Février Prochain : Un match amical pas comme tous les autres

    bonjour !
    merci pour tous ces renseignements , mais pourriez vous nous dire aussi les prix des places et les différents points de ventes .
    merci !

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2005 à 10:28, par PARAGO En réponse à : > Cameroun - Sénégal du 09 Février Prochain : Un match amical pas comme tous les autres

    Ca va se savoir,on n’est plus aux spéculations...

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier 2005 à 14:07, par ? En réponse à : > Cameroun - Sénégal du 09 Février Prochain : Un match amical pas comme tous les autres

    Bjr ts le monde
    ou peut on acheter les billets ou alors le match est njoo ????

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier 2005 à 18:11, par onana En réponse à : > Cameroun - Sénégal du 09 Février Prochain : Un match amical pas comme tous les autres

    J’espère qu’on ne revera pas les lions avec ces mêmes maillots maudits, ces espèces de grenouillères qui nous portent
    tant de poisse.
    les lions sont des manequins ou alors des footballeurs !!!
    ramenez nous nos maillots !
    les lions sont très laids dans ces grenouillères. salut

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier 2005 à 09:07, par AOG En réponse à : > Cameroun - Sénégal du 09 Février Prochain : Un match amical pas comme tous les autres

    Est il possible d’avoir des infos complementaires ? (ou acheter des tickets ? heure du début du match, ...)

    Merci et mille bravo pour votre travail

    AOG (Bxl)

    Répondre à ce message

  • Le 26 janvier 2005 à 18:23, par CODY power En réponse à : la lutte

    cette rencontre du 09fevrier n’est qu’une bataille par rapport a la guerre que nous lions INDOMPTABLE devons mener pour venter le foot du bercail.
    plusieurs raisons ne nous donnent pas le droit de perdre ce match

    - 1 nous devons montrer au monde entier qu’en afrique il ne reigne qu’un seul LION <>
    au lieu de 2<>.

    — 2 nous devons montrer aux mondes entier et premierement aux senegalais que <<ce n’est pas parceque le lion(indomptable) est malade qu’il faut l’appeler chien.

    merci.....

    Répondre à ce message

  • Le 1er février 2005 à 20:59, par doumbe En réponse à : > Cameroun - Sénégal du 09 Février Prochain : Un match amical pas comme tous les autres

    est- ce que quelqu’un pourrais me rassurer pour ce match pas très amical.je suis une cam vivant au sénégal, et je peux déjà dire que la tension monte de plus en plus. je n’aimerais pas marcher la tête basse dans le pays du riz.

    Répondre à ce message

  • Le 4 février 2005 à 14:24, par ? En réponse à : > Cameroun - Sénégal du 09 Février Prochain : Un match amical pas comme tous les autres

    le prix et l’horaire du match si vous ete au courant

    Répondre à ce message

  • Le 4 février 2005 à 14:26, par ? En réponse à : > Cameroun - Sénégal du 09 Février Prochain : Un match amical pas comme tous les autres

    infos horaires et tarifs s’il vous plait

    Répondre à ce message

Vos commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon