Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

  • Accueil
  • Actualités
  • CHAN 2020 au Cameroun : Entre galop d’essai et lot de consolation

CHAN 2020 au Cameroun : Entre galop d’essai et lot de consolation

L’occasion est ainsi donné au pays dessaisi de la CAN 2019 au profit de l’Egypte d’éprouver ses capacités d’organisation un an avant l’accueil de la CAN 2020.

On savait que l’Egypte a été le principal bénéficiaire du « glissement » de la CAN 2019. En revanche, on était loin d’imaginer la bonne nouvelle qui attendait le Cameroun au pays des Pharaons. En marge du tirage au sort désignant les différents groupes pour la phase finale de la toute prochaine compétition, le pays des Lions indomptables a été doublement honoré. D’abord avec l’attribution du Championnat d’Afrique des nations 2020.

Le 15 avril 2019
commentaires

Considérée par certains observateurs comme la petite sœur de la CAN, le CHAN prend progressivement de l’envergure et suscite un intérêt croissant, tant sur le plan du jeu que sur celui du marketing sportif. Prévue précédemment en Ethiopie, cette sixième édition sera la première organisée dans un pays d’Afrique centrale après celles de 2009 (Côte d’Ivoire), 2011 (Soudan), 2014 (Afrique du Sud), 2016 (Rwanda) et 2018 (Maroc).

Ensuite à travers Rigobert Song qui a eu l’honneur de porter et de remettre en jeu le prestigieux trophée de la CAN, sous le feu des projecteurs dans un décor féerique. A ce moment précis, le cauchemar de la finale perdue par le Cameroun en 2008 face à l’Egypte a-t-il traversé une seule fois l’esprit de « Rigo » ? Difficile de répondre à la place de l’intéressé qui avait peut-être d’autres soucis à se faire. Toujours est-il que c’est un redoutable honneur de porter à bout de bras un trophée remis en jeu. Surtout quand la dernière finale disputée au terme d’une longue et fructueuse carrière a débouché sur une défaite consécutive à une bourde inexplicable. L’heure de la revanche aurait-elle sonnée pour l’ex-capitaine des Lions indomptables ? Même sans être sur le terrain, espérons que sa présence lors du tirage au sort pourrait apporter plus de motivation et de chance à ses jeunes coéquipiers qui ont pour ambition de conserver deux ans de plus le trophée remporté en 2017 au Gabon.

Jamais deux sans trois, dit un adage très connu. Après les deux lauriers obtenus par le Cameroun en Egypte, quelle pourrait être la troisième récompense à venir ? Seul de Sphinx de la grande pyramide de Gizeh près du Caire pourrait détenir les clefs de l’énigme.

Jean Marie NZEKOUE, Editorialiste auteur de « L’aventure mondiale du foot africain » (2010)


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

Vos commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches