Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

CAN 2019 : menace sur le stade Paul Biya

Camfoot

Moins d’un mois après la première visite d’inspection de la Confédération africaine de football, les nouvelles du Complexe multisports d’Olembé ne sont pas bonnes. Le chef du projet de construction de cette infrastructure qui va abriter en son sein le stade Paul Biya a démissionné.

Le 18 février 2018
commentaires

Le chef du projet de construction du Complexe multisports d’Olembé a jeté l’éponge. Marc Debandt a démissionné ce 16 février 2018. Officieusement, des sources avisées croient savoir que l’ingénieur belge « subissait des pressions de la part de fonctionnaires tapis au sommet de l’Etat, qui lui réclamaient des retro-commissions ». Ce que l’entreprise qui l’employait nie en bloc. « Marc Debandt, ingénieur chargé de conduire le projet de construction de l’infrastructure d’Olembé n’est responsable, ni de la gestion financière, ni des achats, ni des contrats de l’entreprise », écrit la Direction générale de Gruppo Piccini. Et donc, « n’étant pas de la chaine de décision stratégique ou de gestion des deniers, il ne pouvait par conséquent pas être exposé à quelque pression et exigence de retro-commission que ce soit  », poursuit le top management de l’entreprise italienne.

La démission du désormais ex-chef du projet de construction du Complexe multisports d’Olembé arrive pourtant moins d’un mois après la première visite d’inspection de la mission de la Confédération africaine de football (CAF) au Cameroun. Or, c’est en effet ce dernier qui avait rassuré les inspecteurs du Cabinet Roland Berger, au point de se porter caution morale pour le respect des délais. Lui qui assurait à cette occasion que « la majorité des poutres et une bonne partie des élément sont en place. Côté Nord, on a bien avancé avec les poutres, on a coulé sur place, et l’équipe de pré-montage va commencer dans les jours qui viennent. Côté Est, ça suit le programme. En même temps, on a commencé les gradins ». Et d’annoncer l’arrivée d’autres pièces préfabriquées au Port autonome de Douala à la fin du mois de février en cours. Sur le chantier, près de 700 techniciens s’attellent à poursuivre le travail.

La menace persiste

Mais alors que sur le chantier les techniciens s’attellent à poursuivre le travail, le départ de Marc Debradt laisse présager de gros risques sur le projet. « D’autres techniciens pourraient le suivre dans sa démarche », apprend-on. D’autant plus que la menace du président de la CAF continue de planer sur le pays hôte de cette première CAN à 24 équipes. « Entre le rapport d’inspection et le cahier de charges, il y a un déficit énorme qu’on demande au Cameroun de rattraper dans la mesure du possible », avait indiqué le Malgache, bottant en touche les observations des inspecteurs ayant séjourné en terre camerounaise. Confortant la thèse selon laquelle il souhaiterait retirer la CAN au Cameroun au profit du Maroc qui s’est déjà déclaré candidat à la reprise.

Arthur Wandji


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 18 février à 17:57, par Patrick En réponse à : CAN 2019 : menace sur le stade Paul Biya

    Un homme qui a dit que les choses seront terminées à temps. Il a même eu le courage de le dire à la télévision devant les Camerounais. Maintenant je vois que c’était un gros mensonge. Ils finiront de construire le stade mais il ne sera pas construit à temps. Le Cameroun n’hébergera pas le Can 2019 je le répète. Que peut faire un groupe de travailleurs European qui travaillent dans la chaleur et mauvais condition qu’ils ne sont pas habitués à ? par rapport à l’Europe, le travail en Afrique prend plus de temps parce qu’ils ont tout là-bas, la sécurité, les bons aliments, les bonnes conditions de sommeil, les conditions de l’air dans les stades qu’ils construisent.Maintenant c’est Olembe et pas le stade de la Juventus. Pourtant, après cette nouvelle, les macaques auront encore le courage de dire que ce sera prêt. Total des idiots. Depuis 2014, 2015, 2016 et 2017, 4 ans que faites-vous ? Dormir et manger avec votre président Biya ?? Maintenant, la colère tombera sur vous tous. Tu mérites mon insulte et même celle de 100 vrais Camerounais

    Répondre à ce message

  • Le 18 février à 17:33, par bamyaben En réponse à : CAN 2019 : menace sur le stade Paul Biya

    Monsieur Arthur Wandji, vos confrères de Camer-sport.be, ont publié dans un article intitulé voici pourquoi le chef de projet a démissionné, l’intégralité de la lettre (communiqué radio-presse que vous devriez être en possession avant de désinformer vos lecteurs) de monsieur Ngaha Gabriel, le chargé de Mission au Cameroun du Gruppo Piccini, expliquant les raisons de la démission de monsieur Marc Debandt, tout en assurant que : « le Complexe Sportif d’Olembé sera réalisé et livré dans les délais contractuel et en précisant par ailleurs que la démission de Marc Debandt n’a aucunement entamé le rythme et la qualité des travaux sur le site d’Olembé. Les nouvelles équipes d’ingénieurs et techniciens tout aussi qualifiées sont toujours à pied d’oeuvre et les travaux se poursuivent dans la sérénité ».

    Pour en savoir plus : http://camer-sport.be/7600/4/CM/20/cameroun-exclusif-stade-d39olemba-voici-pourquoi-le-chef-de-projet-a-damissionna-cameroon.html#rmBGbuMEg5f0z1eT.99 du Gruppo Puccini.

    Pour rendre votre site sérieux, crédible et professionnel, vous ferez mieux de mettre ce communiqué radio-presse à la connaissance de vos lecteurs que de leur raconter n’importe quoi.

    • Le 18 février à 17:56, par bamyaben En réponse à : CAN 2019 : menace sur le stade Paul Biya

      Ce que vous devez savoir et que les « journalistes » de camfoot doivent dire à leurs internautes est que dans tous les services, il y a toujours un chef ayant des adjoints aussi bien formés parfois même mieux formés que le chef qui sont toujours à l’affût du départ du chef pour occuper sa position.

      Il y a plusieurs ingénieurs qui participent à la réalisation d’un grand ouvrage comme un stade et la démission de l’un d’eux ne peut pas remettre en cause la poursuite de la construction de l’ouvrage surtout pour une entreprise séculaire ayant une très bonne réputation internationale comme le groupe italien Piccini qui peut aussi dépêcher d’urgence un autre chef des travaux s’il n’a pas un autre capable d’assumer ces fonctions sur place.

      Si Marc Debrandt a une bonne réputation, il n’est pas à sa première démission ni à sa dernière et on peut le comprendre étant donné que les dispositions initiales de son contrat n’ont pas été respectées.
      S’il a été embauché pour un ouvrage et qu’on lui demande de superviser la construction d’autres ouvrages annexes très souvent soit on inclut un avenant dans le contrat initial pour revaloriser la rémunération et les avantages soit la personne concernée démissionne s’il n’a pas pu trouvé un accord avec son employeur .

    Répondre à ce message

  • Le 18 février à 12:59, par DomCam En réponse à : CAN 2019 : menace sur le stade Paul Biya

    Merci Rosselin as

    Répondre à ce message

  • Le 18 février à 11:17, par rosselin as En réponse à : CAN 2019 : menace sur le stade Paul Biya

    Vraiment camfoot quelle est cette image qui accompagne régulièrement vos posts sur ce stade ??? Il faut donner une vraie image de ce stade...

    Répondre à ce message

Vos commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches