Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

  • Accueil
  • Dossiers
  • Semengue prône le rassemblement ; Mve prend la route des tribunaux

Arbitrage

Semengue prône le rassemblement ; Mve prend la route des tribunaux

Camfoot

Alors que le président de la Ligue de football professionnel du Cameroun qu’on accuse d’avoir attisé le feu de la dissidence en prenant fait et cause pour une faction illégale, a fait signer une décision exigeant la fusion des deux entités sous huitaine, Emmanuel Mve, lui, a choisi de saisir les tribunaux pour désavouer le Général d’armée.

Le 12 mars 2017
commentaires

Revirement, volte face, aveu de mauvais arbitrage, force à la médiation ou envie de faire avancer finalement les choses ? La décision de la Lfpc c’est un peu de tout cela à la fois. Alors qu’on croyait avoir tranché (unilatéralement) dans l’affaire des factions en dissidence au Canon, l’instance chargée d’organiser et de superviser le football professionnel au Cameroun, envisage dans une ultime tentative de retour à la paix, de réunir les lambeaux d’un Canon qui a volé aux éclats. Dans une décision signée de Pauline Thérèse Manguele, secrétaire générale de la Lfpc, l’idée de fusion est brandie comme la vraie issue à cette crise qui secoue la caserne des Mekok Me Ngonda. « Le président de l’association Canon sportif de Yaoundé, monsieur Emmanuel Mvé, et le président du conseil d’administration du Canon sportif de Yaoundé SAOS, monsieur Ateba Yene Laurent Justin, disposent d’un délai de 8 (huit) jours mardi 7 mars 2017, jusqu’au mercredi 15 mars 2017 pour conclure une convention liant les deux entités ».

Antériorité du registre de commerce

Mais au préalable, la Lfpc, reconnait que « la seule société autorisée à commercialiser les activités de football du club Canon sportif de Yaoundé, est la société Canon sportif de Yaoundé SAOS immatriculée au registre de commerce et du crédit immobilier du Tribunal de Première instance de Yaoundé, centre administratif sous le N° RC/YAO/2012/B/122 ». Entre les lignes, on comprend vite qu’il s’agit là d’une reconnaissance explicite de sa faute dans l’épisode 2017 de ladite crise qui n’a pas finit de faire des émules. D’autant plus qu’à la veille de l’ouverture de la saison, Pierre Semengue qui avait sollicité l’éclairage de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) tant sur le cas TKC que celui du Canon, avait finalement choisi d’accepter l’affiliation de la faction du Canon dirigée par Emmanuel Mve. Au moment où la justice reconnaissait la faction Ateba Yene au regard de l’antériorité de son registre de commerce.

Une décision que ne partage pas l’ancien Lion indomptable. Lui qui voit mal l’équipe qu’il dirige changer d’arme d’épaule pour faire jouer désormais l’autre faction. La justice étant aux trousses de la Ligue pour réparer le tort causé au Canon du patriarche Ateba Yene. Pierre Semengue et Pauline Manguele dos au mur, ont ainsi trouvé judicieux de couper la poire en deux pour contenter l’une comme l’autre partie.

Ateba Yene et Emmanuel Mve disposent d’une semaine pour s’exécuter. « Passé ce délai, le club Canon sportif de Yaoundé cessera de faire partie des clubs professionnels de la Ligue de football professionnel du Cameroun », menace la secrétaire générale dans sa décision signée le 7 mars 2017.

C.D.

  1. Canon de Yaoundé : Bruits de bottes dans une caserne en lambeaux
  2. Une équipe, mille dirigeants, mille problèmes
  3. Club mythique, management mystique

REAGIR À L'ARTICLE

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches