Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

Olembé

Les ingénieurs italiens ont 16 mois pour convaincre

Camfoot

Le projet de construction du stade de football d’une capacité de 60 000 places assises en matériaux préfabriqués oblige l’entreprise Piccini à une véritable course contre la montre puisqu’à ce jour, seulement 18 mois séparent le Cameroun de la Can 2019.

Le 18 juillet 2017
commentaires

D’avis d’experts, c’est pour rattraper le retard (plus d’un an Ndlr) que l’entreprise met sur le compte de « tracasseries administratives », que le complexe sportif sera construit en matériaux préfabriqués. « Ça suppose que l’on importe des pièces préfabriquées à installer directement sur le site, au lieu de tout construire sur place. Il va également falloir louer des bateaux pour tout acheminer au Cameroun. Bref, on fera le nécessaire pour rattraper les délais qui sont impératifs », précisait il y’a un mois, le directeur du projet non sans confier qu’on ne peut pas commencer les travaux d’une telle envergure sans avoir des études validées par la commission ministérielle mise en place à cet effet. Les travaux vont donc durer 16 mois comme ce fût le cas au stade olympique d’Athènes, de Rome ou encore de Turin. L’expertise de l’entreprise italienne Piccini, apprend-t-on, a réussi à surmonter les inquiétudes des délais. A Olembé donc, les ingénieurs promettent d’appliquer la même théorie.

La préfabrication de tous les soucis

Pour l’heure, la préfabrication des éléments du stade a commencé en Italie. Bidoung Mkpatt, saisissant l’occasion de sa communication, s’est mué dans la peau d’un ingénieur en génie civil pour s’étendre sur la complexité de compréhension crée dans les esprits des camerounais par le terme « préfabrication ». Contrairement à une certaine opinion qui pense que la préfabrication constitue une technique de construction au rabais, développe-t-il, « je voudrais insister, en m’appuyant sur les précisions que m’ont fait parvenir les ingénieurs dans leurs rapports, pour rappeler qu’il s’agit de procédés modernes de fabrication des éléments de construction qui se font en usine dans le cadre des chantiers de très grande portée tels que les stades de Japoma et d’Olembé. Ces techniques ont l’avantage d’éviter dans les travaux sur site, les contraintes de coffrage qui exigent plus de temps ».

Contrat de marché

Bon à savoir, le premier navire contenant les éléments préfabriqués arrive à Kribi le 02 septembre 2017, le bureau de contrôle Technique Socotec est mobilisé. Le Groupe Piccini promet qu’il va livrer le stade dans les délais tel que rappelé lors du point de presse délivré hier par l’ambassadrice d’Italie et l’entreprise. Outre les aires de jeu, les ingénieurs ont pensé au divertissement. D’où les structures d’hébergement prévus autour de l’arène. Il s’agit en réalité d’un espace de loisir et de détente où on pourra aller en famille. Notamment le carré Vip d’où on pourra regarder un match en parlant affaire dans un espace insonorisé. L’entreprise italienne Piccini a signé un contrat de marché en décembre 2015 avec le ministre des Marchés publics. Estimé à un coût global de 163 milliards de Fcfa, ce projet est financé par le gouvernement camerounais et une banque italienne.

C.D.


REAGIR À L'ARTICLE

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches