Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

Elite One : L’on coupe déjà des têtes

Après 14 journées de championnat, plusieurs entraineurs ont déjà été démis de leurs fonctions à cause des résultats jugés insatisfaisants. Et d’autres sont en sursis.

Camfoot

Sale temps pour les entraîneurs de Ligue 1. Le séjour de plusieurs d’entre eux derrière le banc de touche de certaines équipes a été très éphémère. Le premier à être débarqué fut Justin Kamgué. Nommé entraîneur principal de Feutcheu FC de Djiko, le technicien n’a eu le temps que de disputer trois matchs avec cette équipe. Au soir du nul (2-2) arraché à Mbouda face à Bamboutos FC, il s’était fait limoger.

Le 19 mai 2017
commentaires

Quelques jours plus tard, il sera remplacé par Casimir Mangué qui ne va faire que passer. Il sera d’abord remplacé par Ebénézer Seukang, puis recasé au poste d’adjoint après le recrutement de Souleymanou Aboubakar. Si Feutcheu FC se révèle comme le plus grand consommateur d’entraîneur de ce début de saison, il n’est pas le seul à connaître une instabilité sur son banc de touche.

Sous la pression des supporters de Racing FC qui l’accusaient de faire la part belle « aux gars de son quartier », Guy Bertin Djiepnang a finalement cédé. Le technicien a déposé son tablier en fin de semaine dernière après près de deux ans vierge de tout trophée. Pour l’heure, son adjoint Bertrand Ngougni est aux commandes en attendant le recrutement éventuel d’un nouveau technicien.

A Lion Blessé de Foutouni, c’est Constantin Bep qui conduit les fauves depuis quelques temps. Charles Kamdem qui assumait les fonctions d’entraineur principal, ayant mis la clé sous le paillasson sans tambours ni trompettes. Contrairement à UMS de Loum où le limogeage de Bonaventure a produit un vacarme qui a agité toute la République. L’ancien entraîneur adjoint des Lions Indomptables qui supportait mal la manière par laquelle, sa mise à l’écart s’est faite, a décidé de la décrier de vive voix.

Entraineurs en sursis

Le premier de la liste est Joseph Briand Ndoko. Après avoir hissé Aigle royal de la Menoua à la 6e place du championnat la saison dernière, le technicien n’est plus en odeur de sainteté avec les supporters du club. On lui attribue les piètres résultats qu’enchaine El Pacha. Comme Joseph Ndoko, Joseph Atangana, Lauren Djam à Bamboutos FC sont assis sur des fauteuils éjectables.

Gaël Tadj


REAGIR À L'ARTICLE

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches