Douala : Deux blancs et un nègre

Camfoot

Le Belge Hugo Broos, le nouveau sélectionneur du Cameroun, et ses deux adjoints se sont amenés dans la cuvette de Bépanda ce dimanche pour suivre les rencontres de la Ligue 1. Les deux européens étaient munis de feuille pour prendre des notes. Comme il fallait s’y attendre, ils ne pouvaient s’asseoir, comme les autres spectateurs, sur le béton sale et poussiéreux qui sert de banc et que les spectateurs trouvent très confortables. On leur a aménagé des chaises en argent pour leur fessier. Enfin... pour les deux "white". Devinez où était assis Belinga... En images.

Le 22 février 2016

JPEG - 127.7 ko

JPEG - 211.3 ko

JPEG - 179.3 ko


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 24 février à 21:26, par Jeannot En réponse à : Douala : Deux blancs et un nègre

    @Geraud,

    Non, le débat c’est : « Un entraîneur camerounais(en poste et ayant postulé) devrait accepté de se placer au 3ieme rang et en plus de s’asseoir sur du ciment derrière des touristes qui n’ont certainement pas son niveau ». ça n’a rien de raciste sauf si tourisme= racisme.

    Si bross avait été Arsène ou José, on comprendrait

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 17:50, par Geraud En réponse à : Douala : Deux blancs et un nègre

    non @Jannot, ce n’est pas du tout cela.
    Regarde bien la photo et tu verras que le coach Belinga n’est pas le seul membre de la délégation assis sur le ciment. Il y’a aussi un blanc assis à même le sol et cela ne vous émeut pas. Non, ne déplaçons pas le débat. Je suis d’accord si vous parlez de l’état piteux de nos stades, mais je n’accepte pas le raccourci qui consiste à mettre cela dans un registre racial.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 16:17, par Jeannot En réponse à : Douala : Deux blancs et un nègre

    @Geraud,

    Je ne sais pas ce que tu as voulu démontrer, mais tu confirme bien ce qu’on dit. C’est encore plus grave

    Pour traduire ça en phrase de belinga :

    Président de Botafogo : " Belinga prends une chaise et met toi au même niveau que ces touristes"
    Belinga : " Merci président, mais je suis bien ici dèrrière ces touristes. On n’a pas le même niveau, ils doivent être devant assis sur des chaises en argent et moi derrière assis sur du ciment"
    Bross à dent(en penser) : "Vraiment ces nègres ne vont cesser de m’étonner. En tout cas je soulève mes pieds et les croises"

    PATHETIQUE !

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 15:27, par Geraud En réponse à : Douala : Deux blancs et un nègre

    Vraiment il faut arrêter avec ce genre de fausse polémique. J’ai vécu cette scène en direct et je vous raconte ce qui c’est réellement passé.
    Les chaises en argent n’étaient pas spécifiquement prévues pour les entraineurs blancs, puisque juste à côté d’eux, le président de Botafogo et quelques autres personnalités arrivées au stage avant étaient déjà installées sur ces chaises. Lorsque le staff est arrivé, il y avait deux chaises disponibles à la "tribune d’honneur". Le président de Batafogo a voulu se lever pour leur céder la place, mais c’est l’entraineur Belinga qui l’a reconnu et a insisté en disant "Restez assis président", et a préféré décaler sur le béton à l’arrière. Il ne s’est donc aucunement pas agit d’une affaire raciale de blanc et de noir comme a voulu insinuer l’auteur de cet article. Le racisme est condamné en sport, et c’est regrettable pour notre pays que des journalistes qui n’ont même pas vécu la scène et qui, plongés dans leur paresse habituelle,n’ont pas cherché à recouper la vérité, nous embarquent dans une si basse polémique...

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 09:41, par omar En réponse à : Hugo Broos et ses adjoints au stade de la Réunification

    Quelqu’un qui n’a pas de contrat mérite t-il de s’asseoir sur une chaise ? Lorsque les techniciens camerounais exigeront des contrats en due forme, on commencera à les respecter...

    • Le 23 février à 01:11, par Big JO. En réponse à : Hugo Broos et ses adjoints au stade de la Réunification

      Omar, je suis pleinement d’accord avec toi. C’est Belinga qui doit se faire respecter.
      Mais il a sûrement besoin alors...il accepte de s’asseoir à le ciment. Il faut apprendre à faire valoir ses droits où que ce soit. Je wanda me...

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 23:00, par Happi de Bana... L’enfant du pays En réponse à : Douala : Deux blancs et un nègre

    C’est la patate qui avait accepté de se faire manger cru. Essaye cru le taro ou le macabo et on s’en reparlera.
    Les camerounais savent souvent démontrer qu’à part leur gueule ils n’ont souvent rien d’autre à prouver. Se faire ridiculiser de la sorte, c’est un salissage pour nous tous.
    Comme dit Roger Milla, on doit le taper le blanc là.

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 15:30, par Pasto En réponse à : Hugo Broos et ses adjoints au stade de la Réunification

    Pauvre negre !
    Meme chez toi tu est sans valeur devant les tiens. Sais tu que tu as le droit de demissionner ? Manga Ongene avait jure de ne jamais etre adjoint de Claude Leroi.

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 13:14, par Jeannot En réponse à : Hugo Broos et ses adjoints au stade de la Réunification

    WOuèèèèèèèèèèèhhh Belinga !

    Camerounais, faisons-nous respecter. Triste de voir belinga ainsi, mais il peut aussi démissionner.

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 01:19, par small lion En réponse à : Hugo Broos et ses adjoints au stade de la Réunification

    Belinga est le 2ème assistant

    Répondre à ce message

  • Le 21 février à 23:51, par petit poussin En réponse à : Hugo Broos et ses adjoints au stade de la Réunification

    Donc c une chaise en soi disant argent ki mankai aussi pour belinga ?

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Répondre à cet article

La Chronique de Léon
Les Depêches