Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

L’habit ne fait pas le moine

Enganche

La phase aller du championnat national qui vient de s’achever marque un tournant dans l’histoire du football camerounais comme étant une première d’une ligue professionnelle. Sur papier ça se lit très bien ; dans les discours des dirigeants tant de la FECAFOOT que de la ligue elle-même, ça sonne comme le message qui viendra mettre fin à la misère du footballeur camerounais...

Le 29 avril 2012
commentaires

...Loin de là, jusqu’à ce jour, les présidents de club se plaignent encore de n’avoir pas touché l’aide financière promise en début de saison par la ligue professionnelle et on se demande bien s’il n y aura pas une autre grève à la reprise, comme c’était déjà le cas au début de la saison. Ce bon nom de ligue professionnelle, n’a apporté aucun changement sur le terrain : les mêmes grèves, les salaires des joueurs impayés, les équipes ont du mal à se déplacer pour les matchs etc. Même la deuxième division (ou les 2e divisions) a hérité d’un très beau nom : MTN Elite two (Super D2). Les championnats de ligues provinciales (départementales) ont été remplacés par les D2 régionales, tout ceci dans le but de redynamiser les compétitions locales et de permettre une meilleur gestion. Cependant, ce n’est pas en rebaptisant des compétions qu’on les améliore... À l’époque, les championnats de 2e division étaient provinciaux, ce qui permettait aux clubs de ne pas avoir à faire de longues distances pour disputer des matchs. Aujourd’hui on demandeàApejes de Mfou d’aller jouer à Maroua contre Sahel ou à Fovu de Baham d’aller jouer à Douala contre AS Matelots ...

Sur le site internet de la fecafoot il y a un document portant sur une reforme du championnat national datant de 2003 qui élabore sur de très bonnes idées concernant le déroulement de ce dernier. Cependant les réalisations de celles-ci n’ont presque pas vu le jour. Dans plusieurs pays comme Les Pays-Bas et la Belgique, les championnats se terminent par des ’PlayOffs’ qui permettent de focaliser l’attention des spectateurs sur des matchs chauds pour des tickets en ligue des champions tout en attirant les sponsors et les médias, car à ce stade de la compétition tous les matches sont vitaux et les adversaires se valent. Au Brésil le championnat est divisé en championnat d’États (Sao – Paulo, Rio …) et se sont les vainqueurs de ceux-ci qui disputent le phase finale du championnat national, ainsi on ne va pas demander à la pire équipe de Sao-Paulo de se déplacer pour aller jouer contre la plus forte équipes de Rio, limitant les risques de matches « vendus ». En Angleterre les 2 premiers de la D2 (Championship) montent en Premier League tandis que leurs dauphins jouent des playoffs à Wembley pendant un week-end de folie. En Argentine (Clausura & Apertura) et en Russie (été/Automne & Printemps/été) le championnat est divisé en 2 parties où ce sont les meilleurs de la première partie qui s’affrontent pour le titre national lors de la deuxième. Tous ces schémas permettent à ces ligues d’attirer les spectateurs aux stades en élevant le niveau de compétition et les gains suivent.

C’est vrai qu’on reconnaît le moine par son habit mais le fait de vêtir nos compétitions locales de noms à l’européenne, du genre « professionnel », ne les met pas à leur niveau, et comme toujours ce sont les clubs qui en souffrent. Les clubs mexicains sont allés jusqu’à fonder une ligue indépendante hors de la tutelle de la fédération et du ministère. Je ne pense que nous devrions en arriver là chez nous, néanmoins les dirigeants et acteurs du football camerounais doivent comprendre que tout passe par des clubs forts et structurés qui ne passent pas leur temps à faire des plaidoiries mais à former les futures stars de demain, à gagner des titres et hisser haut l’étendard national.

Par Enganche


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 29 avril 2012 à 16:39, par bobolo En réponse à : L’habit ne fait pas le moine

    voilà qui est bien dit !!
    bel article !
    Les plays off sont des maths très disputés, une bonne préparation pour les clubs en vue des compétitions internationales, au Cameroun çà permettrait aussi aux clubs d’êtres plus compétitifs en coupes d’Afrique

    • Le 29 avril 2012 à 23:23, par Enganche En réponse à : L’habit ne fait pas le moine

      Merci,
      J’espère que nous ne sommes pas les seuls à penser ainsi.

    • Le 2 mai 2012 à 05:17, par tonton toure En réponse à : L’habit ne fait pas le moine

      Blogue camfootBjr cher Leo Enganche,j’approuve ton initiative que je n’en doute pas pars de bonne intention...mais seulement j’aimerai plus encore que vos critiques soit dans un but constructive et non juste pour denigrer ou alors user de son titre de journaliste pour faire adopter vos propres opinions aux chers compatriotes...parceque je ne comprend pas comment tu peux ecrire tout ton article en enumerant seulemt ce qui n’a pas ete fait et en ignorant carrement ce qui a ete apporte Coe amelioration pour accompagne ce que tu as nome « l habit ne fait pas le moine » je cite : -la subvention de 12millions au clubs de l’elite one et 8millions a ceux de l’elite two.-la gratuite du voyage en train et en premiere classe de toutes les equipes elite one et two.-le niveau des competitions a vraiment ete rehausse par ce systeme et bien d’autres belles choses encore et j’en passe...moi ce que je voudrai c’est que tous le monde se remet en question,vous les journalistes camerounais non plus vous devez savoir que votre role prioritaire c’est d’informer le peuple et de source sur !!!et non de critiquer tout et de vous faire dementir a tout moment coe on le constate ic a camfoot...
      www.camfoot.com

    • Le 2 mai 2012 à 07:36, par Enganche En réponse à : L’habit ne fait pas le moine

      Bonjour Tonton Toure,
      Je commencerai par dire que l’article fait reference a un document present sur le site de la fecafoot portant sur les changements souhaites pour nos competitions nationales. C’est a cause de ce document que cet article a vu le jour et non a cause d’un envie de critiquer... Vous meme pouvez demander aux presidents de clubs s’il sont rentres en possession de tout l’argent qui leur a ete promis, pour le voyage en premiere classe en train, je ne savais pas, merci pour l’information, cependant meme si le voyage est gratuit il faut encore s’occuper des joueurs une fois sur place ou encore arriver la veille (ou le matin) du match et risque d’avoir des joueurs fatiguer car gratuit ou pas et meme en premiere classe Yaounde - Ngaoundere c’est au moins plusieurs heures de route.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2012 à 16:38, par Birago En réponse à : L’habit ne fait pas le moine

    Malgré les bonnes intentions du journaliste qui a écrit cet article, on regrette que même lui/elle manque la logique élémentaire dans son aperçu et ses opinions : NUL PERSONNE OU PAYS QUI SE RESPECTE NE PARLERAITME PAS DU PROFESSIONNALISME DANS UN PAYS SANS STADES ! Qui parlerait de pays, état ou souveraineté avec un peuple mais sans espace habitable (ou arable ?) Qui parlerait d’élevage sans pâturage (ou sans mansarde et grange, si artificiel) où broute (ou est nourrit) le troupeau ?

    Mes chers frères et sœurs, les play-offs, le Mexique, le Brésil, etc… sont des réalités et des pays plus avancés et sages ou, tout au moins, des pays appliquant la logique dans la poursuite de leurs intérêts ; non pas au Cameroun : un pays aux grandes gueules et têtes guindées, mais à la logique et actions égoïstes et hautement STUPIDES.

    Au Cameroun seulement trouve-t-on des imbéciles (comme Semengue) et des journalistes tarés perdant leur temps à des propos d’abrutis et aux élocutions irréfléchies et dérisoires !!

    • Le 30 avril 2012 à 23:13, par Enganche En réponse à : L’habit ne fait pas le moine

      Salut Birago. Je pense que vous soulevez un bon point, cependant Paris ne s’est pas construite en 1 jour et il ne faut pas attendre d’avoir 10 stades olympiques pour attirer le public. vous serez supris de savoir qu’au bresil et au mexique on joue encore sur des stades municipaux sans places assises, sans gazon et que les guepes envahissent de temps a autres... Le grand Milan AC et l’Inter de Milan qui ont a eux deux plus de dix couronnes europeennes partagent un terrain qui appartient a la ville et que tout le monde critique, ils pensent meme virer au synthetique l’annee prochaine afin d’ameliorer la qualite de l’aire de jeu. Ceci n’empeche pas a 60 000 d’y vibrer au rythme du ballon rond 2 fois par semaine. vous pouvez voir dans quelles conditions se jouent les interquartiers et ils attirent parfois plus de spectateurs et d’engouement que la D1 :) Mon article espere juste que nous pourrions tirer le max de ce qu’on a deja afin d’aspirer a plus.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon