SOS talents : Joseph Fabrice Ondoa, l’ombre en cage

C. T

Formé à la Fundesport puis du FC Barcelone, il joue les seconds rôles en club, malgré sa place de titulaire régulier chez les Lions. En 2014, Joseph Fabrice Ondoa a très vite gagné une place de titulaire chez les Lions indomptables au poste de gardien de but. Après le Mondial, il a su profiter du vent de reconstruction.

Le 11 mai 2016
commentaires

Depuis, Fabrice Ondoa (20 ans, 1,85 m) compte 18 sélections avec le Cameroun. Malgré cela, le joueur, fruit de la Fondation Samuel Eto’o (Fundesport) tarde à convaincre en club. Jusqu’en 2009, il participait régulièrement à des tournois jeunes avec la Fundespsort. Il a remporté dans la foulée, le tournoi des moins de 15 ans de Grangjin en Corée du Sud et la Costa Blanca en Espagne. La même année, il termine meilleur gardien du Tournoi des moins de 15 ans de Bilbao (Espagne) et remporte la compétition avec la Fundesport. Les dirigeants de la Masia, centre de formation du FC Barcelone, semblent séduits. Finalement, il évoluera en équipe B du FC Barcelone en tentant de décrocher une place de titulaire. Il y parvient mais temporairement.

En 2015, l’espoir vole en éclats. Malgré son passage en sélection nationale, vitrine des joueurs, il ne vaut pas grand-chose sur le marché des transferts. En début d’année, il se résignera à un contrat avec le Gimnastic Tarragona, une équipe de deuxième division espagnole où il est aujourd’hui remplaçant. En 2014, lors des éliminatoires de la CAN 2015 face à la RD Congo et à la Côte d’Ivoire, il fait preuve de maturité à seulement 18 ans. Des arrêts salvateurs, une agilité dans les cages, il a rassuré. Une assurance qu’il ne semble pas donner aux recruteurs.


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches