SOS talents : Franck Bagnack, un espoir à Nantes

Le Camerounais arrive en France après plus de dix ans au F.C. Barcelone

C. T

On l’appelle Macky. Franck Bagnack, 20 ans, est un produit de la Fundesport qu’il intègre à 10 ans. Siewe Diallo, l’entraîneur du Centre, le convaincra de jouer comme latéral gauche même s’il est polyvalent. Après des tournois avec la Fundesport, en 2008, c’est le déclic. Il arrive au FC Barcelone après des tests. « Je n’ai participé qu’à cinq matchs lors de ma première saison avant d’être surclassé.

Le 11 mai 2016
commentaires

Je n’ai finalement jamais joué avec l’équipe de ma génération », raconte-t-il, dans une interview sur le site du FC Nantes (France). De retour de dix mois de blessure en août 2013, il a la chance de jouer au Camp Nou. « J’ai ensuite participé à la Tournée en Asie en août 2013. Et puis, nous avions terminé troisième avec la réserve en deuxième division. Pour moi, c’était le top ! Avec l’équipe première, je n’ai en revanche pas joué en première division », poursuit-il.

De 2008 à 2016, il tentera de trouver sa place en équipe première, sans succès. Un passage en sélection juniors camerounais, deux sélections chez les Lions A, Franck Bagnack va passer du temps sur la touche avant de rebondir en France. C’est que, le FC Barcelone a rompu définitivement son contrat le 12 janvier dernier. « De nombreux « grands frères » sont passés par là comme Patrick Suffo avec qui j’ai discuté. Il m’a dit que Nantes était le choix parfait pour moi. Il m’a parlé des infrastructures, de la Jonelière, qui est plus vaste que la Masia, de la Beaujoire, de la vie au quotidien et des gens chaleureux qui travaillent au club », raconte-t-il sur le site. Cette arrivée est un pari pour l’avenir au FC Nantes.

A.B.


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Répondre à cet article

La Chronique de Léon
Les Depêches