Cameroun-Afrique du Sud

Sébastien Siani : « petit » Lion, grand appétit

Camfoot

Positionné devant la défense centrale samedi dernier lors de la confrontation qui a opposé le Cameroun à l’Afrique du Sud, le milieu de terrain du Kv Ostende en Belgique a brillé autant dans l’animation ; la récupération que dans la relance grâce à son impressionnant pressing et le déploiement qu’il a développé dans l’entrejeu avant sa blessure à la 70e minute. Cerise sur le gâteau, un but d’une incroyable beauté.

Le 28 mars 2016
commentaires

En découvrant le Onze entrant camerounais face à la sélection sud-africaine, certains journalistes de sport avisés ont lâché un ouf de soulagement. D’abord parce que la titularisation de Sébastien Siani en lieu et place d’un Enoh Eyong, blessé, était en soit, une assurance pour un milieu de terrain où les lacunes dans la relance et l’animation offensive ne seraient plus qu’un vieux souvenir. Ensuite, parce que le joueur lui-même, est un footballeur discipliné et conscient du rendement que lui exige son poste. Et ils n’ont pas eu tort. Siani a assuré, bien plus que ce qu’on attendait de lui. Le milieu de terrain du Kv Ostende, contrairement à ses autres coéquipiers transparents, n’a pas tardé à rentrer de plein pied dans le match. Son important bagage physique a été fortement mis à contribution lorsqu’il a fallu couvrir ses partenaires haut placés sur le terrain et de combler les brèches.

Entre longues foulées et courses folles, il a parcouru des kilomètres et des kilomètres devant sa défense. Toute chose qui a donné à voir sa grosse endurance et sa belle pointe de vitesse.

Bouche-trous

Alors que Stéphane Mbia, titularisé en sentinelle devant la défense s’égarait quelque peu, l’ancien joueur du FC Brussels était là pour corriger sa copie et faire parler sa bonne lecture du jeu afin de pouvoir anticiper les mouvements adverses, et se positionner intelligemment. Il s’est dépensé pour jouer aux bouche-trous. A cela vient se greffer sa grosse qualité technique et son alternance à défendre et d’être au départ de certaines offensives. Une débauche d’énergie qui lui a valu la note de 8,5/10 de notre part. Mis à part ce somptueux but inscrit à la 45e minute, Siani a un avantage pour son intelligence de jeu, ses belles relances en profondeur avec précision, et son ratissage dans l’entrejeu. Il n’est pas attaquant, et enregistre quand même quatre tirs cadrés dans le match, avec à la clé son premier but en sélection.

Mieux, il a su apporter un plus à l’attaque des Lions sevrée de Choupo, Moukandjo et Aboubakar. Ce, grâce à sa parfaite maîtrise des passes longues et courtes, aériennes et ras de terre, vista, renversement de jeu... Une aisance technique bien supérieure à ce que pouvaient proposer des joueurs de son acabit. C’est sans doute cet impressionnant volume de jeu qui a provoqué sa blessure à la cuisse à la 70e minute. Sur une échelle de 10, le jeune fauve qui aiguise ses crocs, mérite donc bien sa note. La suite de l’aventure, demain…peut-être à Durban.

C.D.


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 28 mars à 20:36, par pascalo En réponse à : Sébastien Siani : « petit » Lion, grand appétit

    Ce mec a 29 ans et vous l’appelez « petit » Lion ? En plus vous dites qu’il a brillé dans l’animation de jeu, ce qui est faux. Combien de fois a t-il mis les attaquants sur orbite ? Les LIC jouent avec 3 milieux récupérateurs statiques, très limités techniquement qui se cachent les uns derrière les autres. Il n’ya qu’a voir le nombre de balles que les joueurs adverses mettaient dans le dos de la defense pour comprendre que meme la recuperation a ndem. Vivement que Eyong Enow revienne c’est le seul qui faisait vraiment le pressing sur les attaquants.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Répondre à cet article

La Chronique de Léon
Les Depêches