Michel Kaham : « Le rôle de l’entourage est déterminant »

Michel Kaham, président de l’Association des entraîneurs et éducateurs du Cameroun, directeur de la Kadji Sports Academy

C. T

Le 11 mai 2016
commentaires

De nombreux joueurs considérés comme talentueux et pleins d’avenir dans leur jeunesse finissent par ne pas avoir une carrière à la hauteur de ces espoirs. Qu’est-ce qui expliquerait ces échecs ?

Etre très bon jeune ne vous garantit pas une carrière professionnelle réussie parce que le chemin est malheureusement plein d’embûches. Des statistiques récentes montrent en France que 20 % seulement des joueurs issus des centres de formation (donc supposés talentueux) réussissent à signer un contrat professionnel en D1 ou D2. Dans l’absolu, il y aura toujours de la déperdition des talents. Mais, les causes sont multiples. Premièrement, le mauvais diagnostic initial. On prédit souvent un avenir phénoménal à un jeune de 16 ans alors que c’est à partir de 18 ans que l’avenir professionnel du joueur se dessine de façon plus nette. C’est l’adolescence, une période importante dans la croissance, où le joueur change énormément, avec les sorties, les filles mais aussi les études…Si le joueur perce dans ces conditions, ses chances sont réelles. Deuxièmement, la mauvaise formation. Le jeune qui escamote certains éléments-clés dans la pré-formation (maîtrise des fondamentaux) peut percer au début avec des manques, en exploitant au maximum certaines qualités qui font de lui un grand espoir de demain. Mais plus tard, ses manques resurgiront au haut niveau où les exigences sont énormes et la concurrence très rude. Troisièmement, l’environnement inadéquat. Si le joueur s’entoure de magiciens, il risque de ne plus croire en l’effort, à l’investissement individuel qui fait le champion. En quatrième lieu, la mauvaise orientation. Maintenant, il faut savoir s’orienter, choisir sa destination en fonction de son profil et de ses chances de s’intégrer et de progresser. Choisir une structure qui donne une vraie chance aux jeunes, éviter de se griller en rejoignant une structure qui ne fait qu’avec les stars. Enfin, il peut y avoir des accidents et de la malchance. Certains finissent leur carrière sans accident majeur. D’autres bien talentueux passent d’un traumatisme à un autre, parfois même si grave qu’ils ne recouvrent jamais la plénitude de leurs moyens. Tout ceci rend parfois la réussite en football bien aléatoire.

Mais le sport lui-même, devenu une industrie qui se nourrit de stars, semble impitoyable pour ces jeunes talents…

Le football est un spectacle qui se vend à coup de milliards avec des droits de télévision onéreux et des spectateurs et téléspectateurs de plus en plus nombreux. Donc, le football se nourrit de stars. Les grands clubs se les disputent et les achètent cher. Par conséquent, le milieu professionnel est de plus en plus sélectif et ne laisse aucune place aux joueurs dits moyens. Donc, ceux que nous appelons bons joueurs chez nous parce qu’ils sont en sélection, si vous les comparez à leurs promotionnaires européens, ils ne font pas le poids…C’est cela la triste réalité. En attendant que notre championnat professionnel se mette en jambes, nos jeunes surdoués devraient, dès l’âge de 18 ans, s’orienter vers des championnats majeurs où ils compléteront leur formation avant d’entamer véritablement une carrière professionnelle. Sinon, ils n’auraient aucune chance face à leurs homologues du monde mieux outillés finalement.

Quelles pourraient être les clés de la réussite pour que les espoirs d’aujourd’hui se transforment en de grands joueurs demain ?

Les clés de la réussite pour nos espoirs demeurent d’abord le travail bien planifié dans un championnat très compétitif. Sans un cadre très compétitif vous ne progressez pas. Plus l’adversaire est coriace, plus vous devez vous investir techniquement, tactiquement et physiquement pour gagner. Ensuite, il faut le mental et la persévérance dans l’effort, la discipline sur le terrain et en dehors, une bonne hygiène de vie. Puis, un bon encadrement (famille, amis, responsables…). L’agent du joueur doit se situer dans la même logique : protéger le joueur, veiller sur ses intérêts et faire que le jeune n’ait pour seule préoccupation que d’être toujours performant. Enfin, il faut un bon plan de carrière, ne pas courir très vite après l’argent, mais privilégier plutôt la progression dans le football.

Le rôle de l’entourage des joueurs semble primordial…

Il peut jouer un rôle déterminant dans la réussite des carrières. A commencer par la famille qui doit le protéger à tout instant et en qui le joueur doit sentir une sécurité sans faille. Un mariage raté peut perturber complètement le joueur et affecter son rendement. De même, l’agent ou intermédiaire doit être honnête et responsable car de mauvais placements, mauvais conseils ou mauvaises décisions peuvent compromettre lourdement la carrière du joueur. Les encadreurs techniques partagent le terrain, les matchs, et toutes les émotions liées aux compétitions avec le joueur. Donc, forcément l’encadreur aura une certaine influence dans la réussite des carrières. Les maîtrises techniques et tactiques lui sont inculquées par l’entraîneur, tout comme les valeurs mentales.

Propos recueillis par Steve LIBAM


REAGIR À L'ARTICLE

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches