Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

Lions Indomptables : les rumeurs de corruption persistent

Camfoot

La convocation récurrente de joueurs aux performances douteuses conforte les soupçons qui pèsent autour d’un réseau de « commerce de places » au sein de la sélection nationale. Des membres de l’encadrement technique au cœur du scandale.

Le 7 octobre 2017
commentaires

Un joueur qui évolue dans un club de moindre envergure, dans un championnat de basse échelle, mais qui est convoqué et titularisé chez les Lions Indomptables. Un attaquant qui reste sur 2 buts marqués en 8 saisons avec 5 clubs différents, titulaire chez les Lions Indomptables. Un éternel remplaçant en club de deuxième division, convoqué et titularisé au détriment d’un autre plus explosif en première division mais laissé sur le banc de touche. Un joueur radié de l’équipe nationale après une Coupe d’Afrique 2015 catastrophique, mais qui est rappelé deux ans plus tard, malgré une longue traversée du désert en club. Un joueur convoqué pour la seule raison qu’il vient de se trouver un club… Les exemples sont légion au sein de l’équipe nationale de football du Cameroun où tout le monde peut désormais jouer. Comme si le mérite ne faisait plus partie des critères de sélection. D’ailleurs, c’est Hugo Broos qui l’a lui-même dit lors d’une récente sortie médiatique : « le temps de jeu ne compte pas…  ».

Rumeurs de corruption

Depuis un certain temps, il devient donc difficile d’accepter que les choix du sélectionneur se font uniquement sur la seule base du talent et de la performance en club. C’est un peu de sa faute si Joël et Marvin Matip, Eric-Maxim Choupo-Moting, André Onana, Nicolas Nkoulou, Allan Nyom etc. ont décidé de prendre une pause, de s’éloigner de l’équipe nationale. Parce que, lorsqu’ils répondaient aux sollicitations de l’entraîneur, ils devaient rester sur le banc de touche pendant que des joueurs moins talentueux et rarement utilisés en clubs, étaient alignés. Des choix incompréhensibles qui ont depuis, ouvert la porte à des rumeurs de corruption au sein de la tanière, avec comme principal accusé, l’encadrement technique. Le sélectionneur belge et son entourage sont soupçonnés d’avoir instauré un « réseau de commercialisation de places » au sein de l’équipe où il serait désormais possible d’acheter non seulement sa place avant la publication d’une liste, mais également sa titularisation pour une rencontre. Même si Hugo Broos a beau expliquer qu’il s’agit de « mensonges et des accusations » proférés par « des personnes qui veulent notre place  ».

4 millions de Fcfa pour jouer ?

Pourtant, de sources avisées, les prix d’une place chez les Lions varieraient en fonction du championnat et du club d’où provient le joueur « acheteur ». Ainsi, certains auraient déboursé jusqu’à 4 millions de francs CFA pour fêter leur sélection sous le vert-rouge-jaune national. Des allégations (avancées au conditionnel) difficiles à prouver, mais qui circulent dans les milieux du football camerounais. Au point où, lors d’une conférence de presse le 3 septembre au stade Omnisports de Yaoundé, Hugo Broos s’est senti obligé de justifier ce que personne ne lui avait demandé de faire. « Quand je vois des gens écrire dans la presse dit-il, que c’est le Team manager (Alphonse Tchami, Ndlr.) qui fait l’équipe parce qu’il y a cinq joueurs dans le noyau qui sont de sa région, ça me désole ». Une bien curieuse sortie de l’entraineur qui laisse ses comptenteurs penser qu’il y a anguille sous roche. D’autant plus qu’en coulisses, certains joueurs et agents de joueurs, impliqués ou témoins de certains dossiers confirment qu’il existe(rait) bel et bien un réseau de commercialisation des places au sein de l’équipe nationale.

« Il existe deux procédés. Le premier : le joueur est contacté et il lui est proposé une convocation contre une certaine somme d’argent. Le joueur verse une partie de l’argent après accord, et l’autre partie après réception de la convocation. Pour le deuxième procédé : le joueur donne son accord pour que ceux qui lui ont proposé le deal prélèvent une partie ou la totalité de sa prime, une fois le regroupement terminé », avoue une source. Dans les deux cas, l’on a appris que la vente des places chez les Lions se déroulerait avec la complicité de l’entraineur, lui qui a la charge de confectionner sa liste sur la base de ses propres critères de sélection. En effet, l’on a souvent été mis au courant de certaines plaintes de joueurs qui, après avoir versé la première tranche du montant exigé pour être sélectionné, n’ont pas perçu de convocation en fin de compte.

Le dernier cas en date étant celui d’un joueur qui aurait payé sa place pour participer à la dernière Coupe des Confédérations en Russie. Or n’ayant pas été sélectionné, celui-ci aurait menacé le staff technique des Lions de tout déballer sur la place publique. Du coup, en guise de compensation, le joueur concerné a été convoqué pour affronter le Nigéria les 1er et 4 septembre derniers dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde 2018. Le joueur en question avait été titularisé au cours des deux rencontres. Dans la tanière, il y a eu des mécontents qui ont dû ruminer leur frustration de peur d’être mis à la touche définitivement. Que pouvaient-ils faire ?

Sylvain Abanda


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches