Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

  • Accueil
  • Actualités
  • Après la sentence du TAS, la FIFA veut-elle faire le ménage à la Fécafoot  (...)

Après la sentence du TAS, la FIFA veut-elle faire le ménage à la Fécafoot ?

Camfoot

Les prochains jours pourront ne pas être de tout repos pour les dirigeants actuels de la FECAFOOT. La Fédération Internationale de Football Association, suite à un courrier à l’association des clubs amateurs du Cameroun qui s’inquiètent du non-respect des différentes sentences du Tribunal Arbitral du Sport, rassure et annonce qu’une palette d’actions sera prise dans le but de ramener la sérénité à Tsinga.

Le 30 mars 2017
commentaires

C’est sous la plume de Fatma Samoura que la Fifa a décidé de répondre à la correspondance de l’Association des Clubs Amateurs du Cameroun signé le 26 mars dernier. Un mois après la sentence du TAS au sujet de la fameuse affaire Fécafoot-Etoile Filante de Garoua, la Secrétaire Générale de l’instance faîtière du football mondial, dans une démarche de rassemblement, rassure d’emblée ses interlocuteurs de la sollicitude dont fait preuve le pouvoir de Zurich. « Nous accusons réception de votre courrier collectif du 24 mars courant adressé à notre président M. Gianni Infantino et vous en remercions. Dans ce courrier, vous déplorez la situation qui prévaut au sein de la Fédération camerounaise de football relative ä la sentence du TAS2016/A/4415 Etoile filante de Garoua c/ Fédération camerounaise de football  », écrit-elle.

Tempête ou consensus ?

A ce sujet, poursuit le numéro 2 de la Fifa, « nous pouvons vous indiquer ce qui suit : nous sommes conscients de la situation et examinons ä l’interne les solutions viables qui apporteraient de la sérénité au sein du football camerounais une fois pour toutes. Monsieur Veron Mosengo Omba, Directeur des Associations Membres Afrique et Caraïbes, va entrer en contact avec la Fécafoot ainsi qu’avec les autres parties intéressées pour vous présenter les actions que la Fifa prévoit d’entreprendre pour surmonter cette situation  ».

Et de conclure sa lettre en remerciant ses destinataire de leur contribution pour « trouver une solution viable à la situation que traverse le football camerounais  ».

De cette réponse de la maison mère du football mondial transpire au moins deux interprétations : la première c’est que c’est que cette posture du patron de l’administration de la FIFA dont on a longtemps taxé de complice son long silence, présage certainement une tempête à Tsinga.

Gianni Infantino qui s’est arrangé pour que Issa Hayatou soit battu à la tête de l’instance africaine, la CAF, pourrait s’appuyer du dossier Fécafoot pour imprimer ses marques et lancer de fait, un signal fort à l’endroit des fédérations en crise. Surtout que Tombi a Roko a toujours été un soutien de poids pour l’ancien président de la CAF qui lui retournait la pareille en protégeant contre vents et marées son poste de président.

Exécutif de 2015 ou 2009 ?

La deuxième grille de lecture qui se dégage de ce courrier c’est que, la FIFA, dans le souci de laisser l’exécutif en place terminer son mandat de quatre ans, se montre plus conciliante pour emmener, ne sait-on jamais, le camp d’Abdouraman à emboucher la trompette du consensus. Et donc baisser les armes et crier au cessez-le-feu.

Sinon comment comprendre que Fatma Samoura parle « d’entrer en contact avec la Fécafoot  » ? Doit-on en déduire qu’il s’agit l’exécutif contesté conduit par Tombi à Roko ou celui issue de l’élection de 2009 ? Mieux, quelles sont les « parties intéressées  » dont elle fait mention ?

On va certainement bientôt le savoir.

Christou DOUBENA


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches