Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

Crise à la Fécafoot : Les désaccords des invités de Conakry

Camfoot

Accusé sous cape par certains membres de l’Association des clubs amateurs du Cameroun (Acfac), d’avoir conclu en secret un deal avec les lieutenants de Tombi A Roko Sidiki dans le but de fragiliser le noyau dur de la contestation anti-Fécafoot, l’ancien gardien de buts des Lions indomptables et président de Bandjoun FC, se trouve au centre d’une polémique qu’il trouve regrettable.

Le 8 juillet 2017
commentaires

C’est un Joseph Antoine Bell visiblement déçu et agacé qui a quitté la salle où se tenait les travaux de l’assemblée générale de l’Acefac samedi dernier sis au ManseHhôtel de Yaoundé. Le candidat recalé aux dernières élections de la présidence du Comité exécutif de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), apprend-on, n’a pas assisté à la lecture des résolutions issues de ce conclave qui avait pour sujet central : faire le point de la situation des membres conviés à la réunion de conciliation prévu le 12 juillet prochain à Conakry. L’emblématique gardien des buts des Lions indomptables, ne pouvant continuer à supporter que son discours soit mal interprété par ses pairs, a trouvé sage de libérer le plancher plutôt que de s’éterniser à faire des propositions constructives et légitimes que beaucoup assimilaient à des paroles de traître.

Soupçons et supputations

Ce d’autant plus que plusieurs membres de l’Acefac ont répandu partout que l’auteur de « vu de ma cage » avait retourné sa veste en échange de quelques pots de vins et autres promesses de postes au sein des instances spécialisées au palais de Tsinga et dînerait donc désormais à la table du diable. Autrement dit, qu’il a conclu un deal avec l’équipe Tombi à Roko Sidiki dans le dessein de déstabiliser le noyau dur de la contestation anti-Fécafoot dont il est pourtant l’une des têtes de proue au même rang que son compagnon d’infortune, Abdouraman Hamadou Baba. Ulcéré par le vent de soupçons et de supputations qui fusaient de partout mais qu’aucun de ses camarades n’acceptait assumer, l’homme qui s’est dit peiné d’entendre ses amis d’hier l’accuser injustement n’a pas caché sa désolation. En réponse à ces allégations, l’ancien portier de l’Olympique de Marseille n’a pas gardé sa langue dans la poche.

« On n’achète pas Bell »

« Comme nous avons l’habitude de manger, on confond tout le monde. Je vous ai dit depuis : quand je me bats, je suis le seul à qui on n’a jamais rien proposé, vous savez pourquoi ? Parce qu’on sait que je ne marcherai pas, personne ne m’a jamais rien proposé de l’argent. Quand ils ont fait la réunion du consensus au premier ministère je n’y étais pas alors que j’étais officiellement candidat. Tout le monde sait qu’on n’achète pas Bell, donc de dire on va prendre les postes en dehors d’une élection ou d’un cadre juridique je trouve ça grave, et je trouve grave, parce que si je suis honnête je dois prêter un peu d’honnêteté aux autres », a-t-il confié pour démontrer à ses paires qu’il n’est nullement intéressé par des offres, aussi mirobolantes qu’elles soient. Pour Bell, ses camarades n’ont pas choisi la bonne méthode pour mener la bataille contre ce monstre qu’est la Fécafoot. L’homme en veut pour preuve, l’activité footballistique qui continue de se dérouler malgré les procès, les combats et les multiples réquisitoires servis par les présidents de clubs.

La Fifa ou l’échec

« Je veux bien que nous posions des conditions, s’il vous plait quels sont les clubs camerounais qui ont refusé de jouer depuis la sentence de 2015 ? Ne me répondez pas ayez un peu de la retenue, un peu de sang-froid, tous les championnats du Cameron se jouent. On n’a rien bloqué  », fait-il remarquer avant d’envoyer une cinglante réponse à Abdouraman qui estime que faire le déplacement de Conakry sans avoir l’ordre du jour au préalable tout comme en savoir davantage en quelle qualité Tombi et son Sg Blaise Moussa prendront part à cette réunion, est un aveu d’échec pour le front de la contestation anti-Tombi. « J’ai entendu Abdouraman proclamer que la Fifa est la mafia, Joseph Awono ne déclarait pas ça avant ? Ça empêche la Fifa de continuer de vivre et le Cameroun d’en être membre ? ça empêche la Fécafoot d’en être membre y compris la Fécafoot où Abdouraman était membre ? Donc la Fifa mafia. Je crois que nous avons un problème. Si nous ne comprenons pas que pour jouer au football, il faut être à la Fifa on va jouer au rugby. Si nous voulons jouer au football se sera avec la Fifa  ». Affaire à suivre !

C.D.


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 8 juillet à 09:32, par david thadus En réponse à : Crise à la Fécafoot : Les désaccords des invités de Conakry

    Il a fallu du temps, du temps pour que toi Bell tu commences a comprendre ce que j’ecris ici chaque jour et donc les talibans qui sont aveuglés par la peperrasse de ABDOURAMAN en profitent pour étaler leur meconnaissance de la géopolitique du football mondial. La FIFA c’est comme le FMI, aucun petit nègre ne pourra jamais lui dire de faire le contraire de ce qu’elle veut faire, et en plus la FIFA pour avoir la paix préfère gerer sagement son football avec l’instance dirigeante d’un pays. Vous n’aurez dans aucun pays un candidat supporté sagement par un gouvernement, avoir des difficultés avec la FIFA, c’est lorsque les gouvernements veulent faire des passages en force que la FIFA frappe du poing sur la table. Donc vraiment 2019 c’est dans deux ans commencez a preparer vos CV pour les nouvelles élections à la FECAFOOT.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches