Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

Infrastructures sportives : Le terrain glissant du synthétique

Camfoot

Le projet de construction des aires de jeux en gazon synthétique à Bamenda, Bafia, Bangangté, Ngoumou et Sangmélima a connu des balbutiements dans sa mise en œuvre. Quoique s’inscrivant dans le cadre du développement des infrastructures abritant les matches des championnats professionnels et amateurs, tout a capoté suivant un montage de projet des plus nébuleux et un entrepreneur en construction des plus déstabilisants.

Le 31 décembre 2016
commentaires

C’est l’un des flops les plus retentissants du mandat de Tombi en 2016. A moins de trois semaines de la date limite de livraison des chantiers de construction des stades modernes à gazon synthétique dans une dizaine de villes du Cameroun, le président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) et le patron de Prime Potomac se sont livrés à une guerre latente sur la pelouse du pessimisme avec lequel se consolent désormais les acteurs du sport roi camerounais. Le parfait amour entre la Fécafoot et l’entreprise américaine chargée de construire les stades modernes pour le compte de l’instance faitière du football au Cameroun. Les deux partenaires d’hier, étaient sur le point de mettre un terme à leur idylle qui n’aura finalement duré que le temps d’un ramdam médiatique nourri de belles promesses.

Le tacle du Feicom

Même si de façon officielle, Tombi à Roko et Ben Modo ne se sont pas encore fait des adieux, la dernière actualité au sujet de leur partenariat (foireux), laisse deviner que la fin de leur idylle ne se fera pas sans fracas. A preuve, la presse sportive s’est fait l’écho des déclarations chocs des deux hommes ; ce, dans un environnement qui n’est pas pour rassurer les acteurs du football camerounais, témoins de cette convention de partenariat signée le 23 novembre 2015 à Yaoundé entre la Fécafoot et six mairies du Cameroun dans le dessein de doter les villes, d’aires de jeux en gazon synthétique. Plus de cinq mois après les cérémonies pompeuses de pose des première pierres, rien ou presque, n’a bougé sur les chantiers. Pour ne rien arranger, le directeur général du Feicom par voie de correspondance, a émis des critiques sur la faisabilité et surtout le financement des chantiers engagés par la Fécafoot. Après des semaines de batailles par médias interposés, la Fécafoot et Prime Potomac vont aplanir leurs divergences. Les travaux se poursuivre dans les différents chantiers et la prochaine date de livraison est prévue pour février 2016. On attend.

C.D.

Notre dossier


REAGIR À L'ARTICLE

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches