Gabriel Haman : « Garder notre humilité »

Publié le 29 août 2013
commentaires

Le représentant du Cameroun en champions league, Coton Sport de Garoua a entamé la préparation du match de dimanche prochain contre le Recreativo Libolo, comptant pour le retour de la phase de poule de la C1. En l’absence du manager général Sébastien Desarbres, Gabriel Haman, l’entraineur adjoint des cotonculteurs fait le point des préparatifs et donne le programme détaillé de son équipe.

L’état d’esprit…

Nous sommes dans un bon état d’esprit. Nous connaissons l’enjeu de ce match et nous sommes préparés conséquemment.

L’adversaire (Recreativo Libolo) ?

C’est une très bonne équipe. On les a vus jouer au match aller. Les joueurs manipulent bien le ballon. On sait ce qu’on doit faire au match retour, sachant qu’un match nul nous qualifierait probablement.

La convocation de plusieurs joueurs en équipes sélections nationales A’ et junior

Je pense que ça a été une bonne chose pour nous que nos joueurs jouent avec les A’. Ça a permis de garder les joueurs en compétition. Ils ont retrouvé le groupe immédiatement après le match (CMR – RDC, 0 – 1 ndlr). Je pense qu’il n’y a pas de problème à ce niveau.

L’absence de Charles Eloundou dans le groupe…

Eloundou est à Yaoundé. Je pense qu’il est allé récupérer son passeport pour pouvoir voyager avec nous.

Les inquiétudes sur un excès de confiance des cotonniers

Non, surtout pas. En ligue des champions, les choses vont très vite. Si on ne garde pas notre humilité, on n’arriverait pas. Nous sommes conscients de ça.

Coach, il se dit que l’encadrement de Coton Sport a demandé à ses joueurs engagés avec les A’ de lever le pied.

C’est ceux qui le disent qui peuvent vous parler de ça. Je ne sais pas de quoi il s’agit exactement.

Le programme…

Nous allons effectuer une dernière séance d’entrainement jeudi à 11h au stade de la réunification. Et, on doit s’envoler à 19h pour l’Angola. Sur place en Angola, on verra avec les autorités à quelle heure, ils vont nous donner le terrain. Si ce n’est pas possible, on doit s’entrainer le lendemain, c’est-à-dire vendredi. Samedi on doit se rendre dans la ville où se jouera le match et on jouera dimanche.

Entretien mené par James Kapnang


La Chronique de Léon
Les Depêches