Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

Elimination des Lions de Russie 2018 : un mal pour un bien ?

Le Cameroun ne disputera donc pas la coupe du monde pour la huitième fois. Au-delà de son côté pathétique, la prestation calamiteuse face au Nigeria relance le débat sur le niveau réel et la compétitivité des Lions dans un environnement qui peine à être « normalisé ».

Le 6 septembre 2017

Cinq buts encaissés pour un seul marqué en deux rencontres face à un adversaire auquel l’oppose une saine rivalité depuis des lustres. Voilà un tableau peu reluisant et qui en dit long sur le fossé qui se creuse chaque jour davantage entre la sélection nationale du Cameroun et d’autres cadors de l’échiquier continental. Sujet alléchant, l’élimination sans gloire du Cameroun de la course pour la Coupe du monde Russie 2018 continue d’alimenter la controverse dans les chaumières. Pour certains, la double confrontation avec le Nigeria s’apparente à un mal pour un bien, puisqu’il a servi de révélateur à une situation moins sereine qu’elle n’en donne l’air. Pour d’autres au contraire, c’est une véritable malédiction qui ouvre un nouveau cycle de descente aux enfers. Plus que l’élimination elle-même, ce sont les conditions dans lesquelles elle est survenue qui interrogent tout observateur sensible à certains signaux inquiétants. On ne fera pas injure à l’équipe du Nigeria en observant qu’elle n’est pas une foudre de guerre. Sortant d’une cuisante défaite face à l’Afrique du Sud à domicile (0-2), absents des deux dernières éditions de la CAN, les Super-Eagles ont largement profité des errances, de l’inconsistance et des cadeaux des Lions indomptables pour remporter sa plus impressionnante victoire depuis des lustres. L’histoire retiendra au final que c’est une équipe en état de convalescence qui a infligé au Cameroun le plus lourd score de toutes les confrontations entre deux équipes. Côté statistiques, quelques faits démontrent les insuffisances d’une sélection camerounaise décidément mal en point. A titre de rappel, les 5 buts encaissés en 48 heures par l’équipe du Cameroun contrastent nettement avec les 3 buts encaissés (hors penalties) lors des 6 rencontres de la CAN 2017 qu’elle avait du reste remportée en marquant 7 buts. En élargissant la comparaison, on se rendra compte que nos champions sont désormais abonnés aux défaites sur des scores larges, avec une moyenne de trois buts encaissés par match comme tout récemment face à la Colombie, au Chili ou à l’Allemagne, soit une vingtaine de buts encaissés en tout. Que s’est-il donc passé pour qu’une équipe jadis réputée pour la solidité de sa défense en soit aujourd’hui à boire la tasse sans broncher ? Voilà un questionnement qui devrait interpeller au plus haut point tous ceux en charge de la gestion de l’équipe nationale de football fanion qui a connu en un laps de temps relativement court une ascension spectaculaire suivie d’une chute retentissante.

Quel « esprit lion » ?

 Pour revenir à la prestation des Lions face au Nigeria s’il existe un ou deux formules pour résumer la situation c’est : manque de réalisme et d’efficacité. Et le constat vaut pour tous les matchs disputés ces derniers temps par l’équipe nationale. Mais au-delà de l’élimination elle-même, c’est la trajectoire récente de l’équipe du Cameroun qui inquiète le plus. On avait pensé un peu trop vite que le 5è trophée de la CAN 2017 était la moisson inespérée d’un nouvel d’esprit, le signal d’un nouveau départ fondée sur plus d’altruisme, de solidarité, d’engagement et d’humilité. On croyait dès lors assister à une véritable renaissance à effets durables. Et puis patatras…

Que s’est-il donc passé pour qu’une équipe qui a réussi à se hisser au sommet de la hiérarchie continentale il y a sept mois à peine dégringole aussi vite de son piédestal ? Avant l’autopsie minutieuse du désastre, on peut déjà tirer quelques enseignements. D’abord au niveau de « l’esprit lion » qui a totalement disparu. La déculottée face au Nigeria apparaît comme un véritable révélateur des insuffisances qui minent encore la sélection nationale sur le double plan physique et mental, l’empêchant du coup de confirmer son nouveau statut.

On s’habitue peu à peu à l’image d’une équipe sous hypnose, réagissant par à-coups, avec des joueurs apparemment hors de forme, à court physiquement, au jeu d’une lenteur et d’une lourdeur problématique, laissant le plus souvent l’initiative du jeu à l’adversaire. Les Nigérians dotés d’un bagage technique et d’une vivacité supérieurs ont largement profité de ces graves lacunes pour offrir un récital qu’on n’oubliera pas de sitôt.

La principale faiblesse des Lions c’est leur inconstance en club comme en équipe nationale où l’exploit d’un jour suit la déception du lendemain. La plupart des joueurs titulaires en équipe nationale évoluent dans des clubs de seconde zone (deuxième division en majorité) ou des championnats peu huppés. Certains postes stratégiques comme celui du gardien de but ou les latéraux sont occupés par des éléments non titulaires en club. En dépit de la bonne volonté et des exploits sporadiques, un sportif a besoin d’un temps de jeu minimal pour se maintenir en forme et rester performant sur la durée.

On peut aussi s’interroger sur la gestion expérimentale d’un effectif bouleversé en permanence par un coach visiblement en manque de repères solides. Pour la Coupe des Confédérations, Mabouka est sorti d’un chapeau, a provoqué deux penalties avant de disparaître. Face à la redoutable Colombie en amical, le goal Onana a essuyé un désastre avant de claquer la porte. Lors du match décisif contre le Nigeria, Leuko, Banana, Olinga et Nsamé, convoqués pour la première fois depuis des lustres, ont été titularisés d’entrée, avec le résultat qu’on connaît. 

Au-delà du résultat, très sévère au demeurant, la double confrontation avec le Nigeria relance opportunément le débat sur le niveau réel des Lions indomptables. Auréolés de leur nouveau statut, les quintuples champions d’Afrique semblaient désormais transfigurés, au-dessus du lot, transcendant du coup toutes les peurs, toutes les hésitations, toutes les approximations, débarrassés par conséquent de toutes les pesanteurs qui les avaient longtemps maintenus au bas de l’échelle. On les voyait désormais sûrs d’eux-mêmes, fiers, animés par l’inextinguible instinct de domination, conquérants, sans peur et sans reproche. Au final, tout cela n’était qu’illusion tant la réalité crue nous rattrape dans nos rêves éveillés.

Comment rebondir ?

 Faut-il pour autant désespérer ? Que non. Ce serait donner du pain béni à tous ceux qui tapis dans l’ombre souhaitent un échec durable des Lions indomptables pour assouvir leurs terribles vengeances. Il faut au contraire se donner les moyens de rebondir. Un champion d’Afrique devrait savoir tenir son rang en toutes circonstances, sauf à nous démontrer qu’on peut gagner le trophée continental le plus prestigieux par le simple fait du hasard. Les lions ont l’obligation de s’extraire de la mauvaise passe actuelle, même si l’environnement immédiat ne prête pas à la sérénité avec cette « normalisation » qui reste encore une grande inconnue malgré la feuille de route de la FIFA. L’absence du Cameroun à la Coupe du monde 2018 peut offrir paradoxalement une belle opportunité pour dépoussiérer et remettre de l’ordre dans la maison Lions afin de repartir du bon pied. Pour ce faire, il ne faudrait pas nécessairement tout remettre à plat ni entamer une nouvelle « reconstruction », mais plutôt passer en revue les ingrédients de l’échec dans la perspective de construire patiemment les victoires futures. On se tromperait de route en voulant démanteler à tout prix l’effectif actuel comme le préconisent certains illuminés. Bien au contraire, il faut maintenir le noyau en le débarrassant certes de certains éléments qui ont fait preuve de leurs limites et en le renforçant au besoin de nouveaux talents qui viendraient suppléer des manquements graves constatés tant en défense, au milieu de terrain qu’en attaque. Ce remodelage passe aussi par un lifting du coaching (pas nécessairement du coach). Hugo Broos a eu le mérite d’oser dans certains choix, d’ouvrir l’équipe aux nouveaux visages, mais il doit procéder avec méthode et discernement pour éviter de s’aventurer dans une éternelle reconstruction.

Pour faire à nouveau vibrer leurs supporters, les lions doivent retrouver l’état d’esprit qui a fait leur force lors de la CAN gabonaise. En mettant au placard l’égo et la suffisance qui commencent à pointer du nez et retrouver au plus vite tout ce qui avait fait leur force à la CAN 2017 : l’humilité, la fraternité, la solidarité, la complémentarité, la générosité dans l’effort et surtout la rage de vaincre.

Jean Marie Nzekoue, Éditorialiste


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 6 septembre à 19:02, par Kazor En réponse à : Elimination des Lions de Russie 2018 : un mal pour un bien ?

    Aujourd’hui avant de lire cette article j’ai lu pour J.A.Bell et pour moi il faut un electro-choque cette à dire une impulsion pour que certains joueurs comprennent que personne n’est titulaire à fond en sélection Nationale voilà pourquoi je dis il faut un nouvelle entraîneurs nommé avec comme mission les 2 premier mois la capacité de rassembler toutes les forces vives capables de mieux représenter notre équipe avec même les retraités vraiment on ne peut pas dire que dans un pays où des joueurs prennent la retraite à 21, 24, 26, 28ans c’est normal ça c’est dire que tout ce qu’il y’a au tour c’est la poubelle je dis le Cameroun a besoin de tout ses hommes et j’ai juste un ou 02 entraîneurs capables de faire cette réconciliation Claude Leroy ou Arthur Jorge pour moi avec Leroy Matip, Nkoulou, Alex Song, Nkoulou, Onana, Kameni, Ahmadou, et enfin Eto’o seront de retour dans cette équipe on a besoin de tous ces joueurs pour construire une équipe et gagner la Can chez nous.

    Répondre à ce message

  • Le 6 septembre à 17:36, par bamyaben En réponse à : Elimination des Lions de Russie 2018 : un mal pour un bien ?

    @small lion,

    Nous parlons du Football camerounais sur ce site et non de politique nationale ou internationale.
    Venir nous balancer des articles sur la construction du métro à Abidjan par la France n’a aucun sens surtout que tu ne connais absolument rien sur les relations entre la France et l’Afrique dénommées à juste titre la françafrique.

    Pour ta gouverne !

    La France est en Afrique Noire depuis plus de 6 siècles peux-tu nous citer les grands ouvrages qu’elle y a construit ? Peux-tu estimer tous ce qu’elle y a volé, détruit et fait couler comme sang humain pour défendre ses intérêts en commençant par le commerce des esclaves qu’elle codifia dans LE CODE NOIR, en passant par l’assassinat de notre MPODOL Ruben UM NYOBE et en imposant à certains pays d’Afrique Noire des dictateurs à sa solde au détriment du respect des droits universels de l’Homme et de l’autodétermination des peuples ?
    Saches que comme Alger et Dakar, Abidjan a été construit par les français pour récompenser leur agent secret, la taupe Félix Houphouët-Boigny qui trahissait les Africains en rapportant systématiquement aux français tous ce qu’ils s’étaient dit lors de leurs réunions sécrètes avant de rencontrer les français pour négocier leur indépendance. Les ivoiriens n’avaient rien à Abidjan avant leur guerre civile, tout appartenait aux entreprises françaises et sans cette guerre civile la Côte-d’ivoire serait un pays émergeant de nos jours.

    • Le 6 septembre à 17:38, par bamyaben En réponse à : Elimination des Lions de Russie 2018 : un mal pour un bien ?

      Sais-tu que c’est Sarkozy qui a chassé Laurent Gbagbo (qui voulait mettre un terme à la françafrique et au franc cfa) et imposé Alassane Ouattara au pouvoir ?

      Alassane Ouattara est récompensé comme son mentor Houphouët-Boigny.

      Peux-tu me citer ce que la France a construit au Cameroun comme ouvrage depuis plus de 6 siècles qu’elle y rode ? Elle essaie de construire un pont depuis plus de 4 ans sur le Wouri entretemps la Chine a construit des barrages, des palais de Sports, un port en eau profonde que va exploiter Bolloré qui exploite le chemin de fer construit par les allemands, etc...

      Même l’Italie avait construit le stade Ahmadou Ahidjo et est entrain de construire le stade d’Olembé de 60000 places, la Turquie est entrain de construire le stade de Japoma de 50000 places.
      Entretemps, les français ont repris on ne sait par quel jeu de passe-passe la rénovation d’un petit stade Mbappé-Leppé de 4000 places que devait rénover les canadiens, certainement à cause du nom que porte ce stade, suivez mon régard !!! Entretemps les armes utilisées par tes frères boko arab sont de fabrication française.

    • Le 6 septembre à 17:40, par bamyaben En réponse à : Elimination des Lions de Russie 2018 : un mal pour un bien ?

      J’aurais pu être plus explicite, te parler du Gabon, du Sénégal mais si tu es un camerounais saches que personne n’aime le Cameroun et beaucoup aimeraient faire de notre pays un champ de ruines.

      Nous ne leur demandons qu’une seule chose, de nous laisser tranquille, nous ne leur demandons pas de venir construire notre pays, mais qu’ils nous laissent tranquille coopérer avec qui nous voulons, faire les affaires avec qui nous voulons au lieu de nous imposer leur volonté, on en a marre depuis plus de 6 siècles !!!

    Répondre à ce message

  • Le 6 septembre à 14:54, par kelkemots En réponse à : Elimination des Lions de Russie 2018 : un mal pour un bien ?

    Equipe du Nigéria à Uyo - 01 septembre 2017 - Nigerian Team in Uyo :

    Odion Ighalo - attaquant - Changchun Yatai (10e sur 16, Super League Chine)

    John Obi Michael - milieu - Tianjin Teda FC (15e sur 16, Super League Chine)

    Moses Simon - milieu - La Gantoise (15e sur 16, Pro League Belgique)

    Wilfred Ndidi - milieu- Leicester City FC (15e sur 20, Premier League Angleterre)

    Victor Moses - milieu - Chelsea FC (6e sur 17, Premier League Angleterre)

    
Ogenyi Onazi - milieu - Trabzonspor (8e sur 18, Süper Lig Turquie)

    
Abdullahi Shehu - défenseur - Anorthosis (1er sur 14, 1re division Chypre)


    William Troost Ekong - défenseur - Bursaspor (13e sur 18, Süper Lig Turquie)


    Leon A. Balogun - défenseur - Mainz 05 (16e sur 18, Bundesliga Allemagne)

    
Elderson Echiejile - défenseur - Sivasspor (14e sur 18, Süper Lig Turquie)

    
Ikechukwu Ezenwa - gardien - Ifeanyi Ubah FC (8e sur 20, Nigeria Premier League NFPL)

    Remplaçants :

    61e mn - K. Iheanacho - attaquant - Leicester City FC (15e sur 20, Premier League Angleterre)


    68e mn - Mikel Agu - milieu - Bursaspor (13e sur 18, Süper Lig Turquie)


    83e mn - Ahmed Musa - attaquant - Leicester City FC (15e sur 20, Premier League Angleterre)

    p.s. : « Répondre à ce message » ne marche pas chez moi ; seulement « Réagir à l’article ».

    Répondre à ce message

  • Le 6 septembre à 14:29, par Lindeng En réponse à : Elimination des Lions de Russie 2018 : un mal pour un bien ?

    « Ce remodelage passe aussi par un lifting du coaching (pas nécessairement du coach). Hugo Broos a eu le mérite d’oser dans certains choix, d’ouvrir l’équipe aux nouveaux visages, mais il doit procéder avec méthode et discernement pour éviter de s’aventurer dans une éternelle reconstruction. »

    Je partage globalement l’avis de l’auteur jusqu’à cet extrait. Comment faire un lifting du coaching sans changer le coach ? Broos a eu certes du mérite mais sa méthode montre aujourd’hui ses limites.

    On ne peut pas garder quelqu’un sous prétexte qu’on a trop changé par le passé. La continuité du coach est une bonne chose quand le coach que vous avez choisi vous donne le sentiment de vous mener quelque part malgré l’adversité. Pour moi ce n’est plus le cas de Broos.

    Nouvelle page, nouveau coach !

    Répondre à ce message

  • Le 6 septembre à 13:35, par kelkemots En réponse à : Elimination des Lions de Russie 2018 : un mal pour un bien ?

    @ camerondiazz

    Nous sommes d’accord que Moukandjo n’a pas eu le niveau, qu’il avait eu sur certains matchs à la CAN. Mais je ne crois pas que ce soit la faute du championnat chinois. Ce dernier rassemble de plus en plus de bons joueurs. Et encore une fois, les Lions n’ont pas joué contre une armada nigérianne jouant dans les meilleurs clubs du monde. Mieux que personne, au kmer, nous savons que « professionnel » n’est pas une garantie absolue de talent, et de résultat. On a fait quoi par le passé, avec nos superstars dans les grands clubs ?

    Certains des exploits du 237, ont été réalisés, avec des joueurs qui n’avaient même pas de club. Bien que sur le papier, ce serait bien (je le souhaite comme toi) que tous les joueurs soient dans les championnats du top 5 mondial. C’est toujours mieux... C’est donc principalement la défaite, qu’on reproche à Moukandjo...

    Mais à 28 ans, si je reçois un pont d’or, et que je n’ai que des propositions de club moyens dans les grands championnats, avec une rémunération inférieure : je pars en Chine direct. Il y a trop de risques d’être blessé ou considéré bientôt comme trop vieux... La vie de footballeur est courte.

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • Le 6 septembre à 11:40, par kelkemots En réponse à : Elimination des Lions de Russie 2018 : un mal pour un bien ?

    Je ne sais pas si Broos peut assurer la continuité du coaching, parce que son nom s’associe de plus en plus à de lourdes défaites, malgré la CAN. Mais changer tout le temps d’entraîneur ne paie pas.

    Je suis convaincu, même si des fois j’aurais préféré un local, pour qu’il n’ait pas à découvrir toutes les réalités du pays, qu’il y a un « gombo » caché - des avantages à prendre un sélectionneur étranger.
    La Fécafoot et le ministère ne sont pas bêtes. Ce n’est pas une histoire de complexe, comme certains le croient. Mais plutôt de carnet d’adresses, de possibilités de voyages à l’extérieur, d’avantages fournis par l’équipementier parfois...

    Quoiqu’il en soit, Broos devrait moins expérimenter, et s’appuyer désormais sur une équipe-type, où les remplaçants n’entrent que quand les titulaires ne s’en sortent pas. Bref garantir une certaine stabilité. Et rester sur un milieu dense, en 4-4-2 ou 4-5-1, qui permet de compenser la lenteur de certains défenseurs. D’autres ont déjà dit ça ailleurs. Vous l’avez bien souligné, cette défaite peut faire du bien aux Lions...

    • Le 6 septembre à 12:41, par camerondiazz En réponse à : Elimination des Lions de Russie 2018 : un mal pour un bien ?

      @kelkemots, ton analyse est très bonne surtout quand tu soulignes que Moukandjo nous avaient demandé de les soutenir malgré les moments difficile.
      Mais quand tu décides en tant que capitaine de t’ exilé dans un championnat de niveau très faible tu sais exactement quel risque tu cours en cas de mauvais résultats en équipe nationale.

      Toi-même aurais-tu le même respect pour un capitaine qui porte le brassard des Lions Indomptables et qui en même temps évolue dans un piètre championnat juste pour récupérer de l’argent ?? Je ne pense pas !! tu’aurais plutôt préféré un capitaine qui évolue au plus haut niveau que Dieu lui ai donné. Donc en même temps comment veux-tu être un exemple pour ce que tu diriges dans le bateau.? C’est très difficile et cela aussi joue.

    Répondre à ce message

  • Le 6 septembre à 12:30, par ngbigben En réponse à : Elimination des Lions de Russie 2018 : un mal pour un bien ?

    J’ai les yeux rives sur CAMFOOT quotidiennement au reveil matinal, a la recherche d’une seule et unique information : Le Licenciement de l’incompetent Hugo Broos. Le reste n,est que du bla bla et peroraison inutile,et de ce fait ne m’interesse point en ce moment. L’heure est a la reconstruction et Broos est loin d’etre la personne idoine pour cette oeuvre. Merci pour le « ntong » de la CAN et GOOD LUCK.

    Répondre à ce message

  • Le 6 septembre à 12:17, par sanni orou pibou En réponse à : Elimination des Lions de Russie 2018 : un mal pour un bien ?

    monsieur l’auteur de cet article, je pense très franchement on devra faire avec un peu d’objectivité ! S’il est vrai que la défaite et donc l’élimination font mal n’accabler pas ces joueurs !Moi j’ai plusieurs fois lu ici que ces joueurs n’ont aucun niveau ! Vraiment bon sang de quel niveau nous parle t-on à la fin ? Quelle est aujourd’hui la part joué par l’inorganisation la méchanceté de certaines personnes qui sont mêmes prêtes à tout pour que cette équipe perde ? Tout ces joueurs dont vous accablez aujourd’hui le niveau par qui pensez vous les remplacer dans l’immédiat ! je suis les championnats européens, même la ligue 1 camerounaise très honnêtement pensez vous que le cameroun est aujourd’hui doté de joueurs largement au dessus de ceux-là ? Non je ne crois pas ! si ce n’est pas un souci de rajeunissement j’aurais été moi personnellement pour le retour de certains anciens comme Makoun, que je suis en turquie, Alex Song, ou Nyom ! Bon je souhaite quand même bonne chance et bonne reconstruction pour ce football qui me passionne même en étant pas camerounais !

    Répondre à ce message

  • Le 6 septembre à 11:39, par kelkemots En réponse à : Elimination des Lions de Russie 2018 : un mal pour un bien ?

    Faut pas écouter certains commentaires Monsieur Nzekoue. Les gens sont méchants à cause la défaite. Votre article est pas mal du tout. Mais aujourd’hui, c’est l’heure de « Dans le bonheur, on a tous les amis, dans le malheur... » Moukandjo avait bien demandé qu’on les soutienne aussi quand ça va mal, dans son discours au Palais...

    Effectivement, cette équipe du Nigéria ne m’a pas bouleversé. Elle a de bons joueurs comme elle en a toujours eu. Mais ils n’étaient pas du niveau d’un Okocha ou d’un Yekini. Je pense que le poids psychologique des précédentes défaites a pesé. Prendre un 4-0 contre la Colombie, se faire battre après avoir bcp résisté (Chili 2017), être baladé par des U20 allemands, tout ça finit par faire lourd sur la confiance en soi. En plus avoir joué la coupe des confédérations, a pu enlever certaines illusions sur ce que sera la coupe du Monde 2018, et diminuer la motivation. C’est une expérience que n’a pas vécue le Nigéria. Et dire qu’on croyait que cette répétition de matchs internationaux, allait être un avantage pour le Cameroun...

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches