Ngom Kome : « Nous devons rehausser le label Lion »

Camfoot

Associé d’une marque de boisson alcoolisée qui va désormais sponsoriser les sélections séniors et juniors, les équipes départementales et celles des inter-poules, l’ancien international camerounais donne les raisons de son initiative. Médaillé d’or aux JO de Sidney 2000, et champion d’Afrique 2002, Ngom Kome parle aussi de sa retraite de footballeur. « Je ne peux plus jouer au football », dit-il dans. Entretien.

Le 12 août 2016
commentaires

Pourquoi avez-vous décidé de vous associer à cette marque, qui va désormais sponsoriser le football camerounais ?

Parce que c’est un bon projet. On a pris toute la plateforme des Lions. On sponsorise les Lions A, les Lionnes, les Juniors, et surtout les équipes départementales et le tournoi des inter-poules qui à notre avis constituent la base de notre football. Ce sponsoring est aussi une occasion pour moi d’apporter mon expérience aux jeunes joueurs camerounais, faire en sorte qu’ils se sentent réellement dans la peau des footballeurs qu’ils sont. C’est une grande opportunité qui se présente. Le football, c’est toute ma vie. Pour moi, c’est un devoir d’accompagner mes jeunes frères, afin qu’ils puissent réaliser leurs rêves.

Le contrat avec la Fécafoot a été signé fin-mai, pour quelle raison avez-vous attendu près de deux mois pour l’annoncer à la presse camerounaise ?

Nous voulions être mieux préparés. On a pris le temps de bâtir notre structure, de mettre en place un certain nombre de choses. Il fallait vraiment être prêt.

Des sources bien informées disent que c’est également beaucoup de millions de francs Cfa que vous allez verser à la Fécafoot ?

On est dans un partenariat gagant-gagnant. Les termes du contrat, je pense que ce n’est pas à moi de le dévoiler, mais à la Fédération camerounaise de football. Nous avons quand même mis le paquet pour que les jeunes soient mieux accompagnés. Je crois que nous tous qui avons fait la joie de notre pays, nous devons ramener notre expérience au service des jeunes surtout face aux difficultés que notre football rencontre. Nous devons redorer notre blason, rehausser le label Lion.

Parlons à présent du footballeur que vous avez été. Comment avez-vous vécu les débuts de votre retraite ? Est-ce un moment facile pour un joueur qui est passé par de grands clubs ?

J’ai arrêté le football à cause d’une blessure. Ça m’a permis de vite passer à la transition. Mais je dois avouer que c’est un moment hyper difficile. Quand nous, footballeurs, nous sommes en activité, on ne se rend pas compte qu’on est des privilégiés. Vous avez un bobo, il y a un médecin qui se présente à votre porte pour s’occuper de vous ; les équipes font tout que nous soyons aux petits soins etc. Passer de cette vie-là, à une autre moins active, loin des fans, du public, de l’ambiance des matchs, ce n’est pas chose facile. Heureusement, j’ai eu la chance de rencontrer Manuella qui est mon associée et mon épouse. Elle m’a permis d’entrer dans le monde des affaires sans trop de difficulté, même si je suis encore en pleine formation. Ça me permet de rester en activité.

Est-ce qu’il vous arrive de rêver de rejouer un jour ?

J’ai fait du football toute ma carrière et ma vie. C’est pourquoi je suis associé à un projet qui est en parfum avec le football. Mais pour ce qui est de rejouer un jour, ce n’est pas possible. Je ne peux plus jouer au football. J’ai déjà un certain âge, mon physique même ne me permet plus de jouer. Et donc, il faut savoir se retirer.

Propos recueillis par Arthur Wandji


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches