Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

Elections à la Caf

Comment Gianni Infantino a eu la tête d’Issa Hayatou

Camfoot

Arrivé à la tête de la Fédération internationale de football association l’année dernière, Gianni Infantino s’est entre autre fixé pour objectif, d’écarter de son entourage, les membres du clan Blatter, son prédécesseur auquel appartenait Issa Hayatou (71 ans). Mission visiblement accomplie après la chute hier du « dernier des Mohicans ».

Le 17 mars 2017

L’ « assassin », aussi méticuleux qu’il a été pendant la sale besogne, a laissé des traces sur le lieu du crime. Gianni Infantino en visite en Ouganda en février dernier avait indiqué que les associations africaines de football sont assez grandes pour prendre leur propre décision selon des critères objectifs. « C’est ça la démocratie, c’est ça une élection, et ceux qui doivent voter, ils voteront et éliront, et moi-même en tant que président de la Fifa, je serai très heureux de travailler avec le président qui sera élu par le football africain en mars  », avait déclaré le président de la Fifa lors d’une conférence de presse. Les déclarations du numéro 1 de la maison mère du football intervenaient pourtant quelques jours après qu’il a participé à la rencontre des présidents de fédérations d’Afrique australe qui se sont réunis au Zimbabwe malgré l’interdiction de la Caf. De quoi rappeler que la Confédération africaine, sous l’impulsion d’Issa Hayatou a soutenu le Cheikh Salman, le principal challenger de Gianni Infantino, lors de l‘élection du président de la Fifa il y a un an.

Neutre mais ...

Déjà, la presse spécialisée laissait entendre que la visite du patron de la Fifa aux meneurs de la fronde anti-Hayatou pourrait décider d’autres fédérations à prendre parti contre le Camerounais. Beaucoup s’accordent donc à dire que c’est de là que les sirènes de la chute d’Hayatou ont commencé à retentir. Officiellement neutre, la Fifa a donc vu d’un œil bienveillant la candidature d’Ahmad Ahmad. Alors que son prédécesseur Sepp Blatter entretenait depuis les années 2000 des relations cordiales avec Issa Hayatou, Gianni Infantino ne donne aucune indication sur son choix, et choisit en majorité des pays réputés favorables à Ahmad Ahmad. Le grand patron du football mondial fait étape au Swaziland, au Zimbabwe, en Ouganda, au Rwanda, au Tchad, au Ghana, au Niger et en Mauritanie.

Game over !

Quoi qu’il en soit, les regards se tournent vers Infantino, qui était présent à Addis Abeba hier pour assister au vote. Mieux, vivre en direct les derniers soupirs de son septuagénaire de victime. Et des rumeurs ont fait état de son soutien - non déclaré publiquement - à Ahmad Ahmad. Le patron du foot mondial, dont l’éventuelle influence dans l’élection reste à établir, y aurait vu un moyen de prendre sa revanche contre Hayatou. Lors de son dernier discours en tant que président devant l’Assemblée générale de la Caf, l’homme avait évoqué certains des dossiers qui occupent actuellement le football africain. Après la décision de la Fifa en janvier d’étendre la Coupe du monde de 32 à 48 nations, il avait notamment réaffirmé la volonté africaine d’obtenir 10 places de participants, « une attente en adéquation avec le niveau de développement de notre football, et ce que notre continent représente au sein de la Fifa  ». Il ne sera plus là pour donner son avis et être entendu. Because Game is over !

C.D.


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 19 mars à 23:07, par bamyaben En réponse à : Comment Gianni Infantino a eu la tête d’Issa Hayatou

    @Rasta,

    Ta conception du pouvoir est spéciale, selon toi on ne peut pas partir volontairement du pouvoir après un constat d’une mission accomplie ou d’un échec, ou juste par lassitude pour tourner la page et se consacrer à d’autres choses ?

    Tiens ! Voici la liste des africains qui ont quitté volontairement le pouvoir : Léopold Sédar-Senghor a été, en 1980, le premier à quitter de lui-même la magistrature suprême. Le Camerounais Ahmadou Ahidjo lui emboîtera le pas en 1982. Suivront Julius Nyerere (Tanzanie) en 1985 ; Amadou Toumani Touré (Mali) en 1992 ; Liamine Zéroual (Algérie) et Hassan Gouled Aptidon (Djibouti) en 1999 ; France-Albert René (Seychelles), en 2004 ; Joachim Chissano (Mozambique), en 2005. Sans oublier le Sud-Africain Nelson Mandela, qui, en 1999, a choisi de ne pas briguer un second mandat.
    Ely Ould Mohamed Vall est le dernier en date à avoir abandonné le pouvoir de son propre gré.

    • Le 19 mars à 23:09, par bamyaben En réponse à : Comment Gianni Infantino a eu la tête d’Issa Hayatou

      @Rasta,

      J’aime te lire et je soutiens d’ailleurs ton point de vue sur la responsabilisation des africains qui doivent et peuvent prendre et assumer eux-mêmes leur destin. Et ce serait dans cette optique que tu soutiens mordicus que se sont les africains eux-mêmes sans aucune ingérence exogène qui se sont librement et volontairement débarrassés d’Hayatou.

      Mais que signifie pour toi l’action d’Infantino président de la Fifa qui consista à participer aux réunions interdites par les autorités compétentes d’une confédération membre de son association ?

      Selon moi, c’est non seulement une ingérence, mais une prise de position, un soutien et une caution aux frondeurs. Ce soutien et cette caution étaient déterminants.
      La tenue des ces réunions interdites était ipso facto le glas qui sonnait la fin du règne d’Hayatou et c’est dommage qu’il y ait été sourd.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars à 16:51, par Rasta En réponse à : Comment Gianni Infantino a eu la tête d’Issa Hayatou

    A tous ceux qui comme le frère Bamyaben pensent que Hayatou n’aurait pas dû se présenter, je leur pose une question : Combien d’hommes de pouvoir ils connaissent qui se soit retiré du pouvoir sans y être contraint soit par la limitation des mandats, soit par une défaite électorale, soit frappé par une quelconque incapacité. Hayatou en tant que homme de pouvoir ne pouvait pas déroger à cette règle : un homme de pouvoir, ça garde le pouvoir jusqu’à ce qu’il soit contraint d’une façon ou d’une autre de le laisser.

    L’argument de l’âge ne tient pas non plus : il n’y a pas d’âge pour être un bon dirigeant. Sinon Reagan n’aurait pas été Président des USA à 78 ans. Blatter n’aurait pas été réélu à 79 ans.

    Pour ce qui est du rôle joué par Infantino dans la défaite de Hayatou, lui-même a nié cela. Si sa participation à la réunion des Présidents de fédérations de l’Afrique Australe semble être le principal argument de ceux qui le disent, ce qu’il faut savoir c’est que Infantinoa participé à une réunion similaire organisée par ceux d’Afrique de l’Ouest sans que cela ne suscite aucun commentaire, et pour cause...

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars à 18:45, par bamyaben En réponse à : Comment Gianni Infantino a eu la tête d’Issa Hayatou

    C’est dommage qu’Hayatou soit sorti par la petite porte, lui qui a donné à la CAF ses lettres de noblesse. Ces derniers temps lorsqu’il ne dormait pas, il donnait parfois l’impression de pouvoir tomber en syncope en pleine réunion. Il est très fatigué par la maladie et par l’âge et son entourage devait le conseiller de ne plus briguer un autre mandat ; Quelquefois une infortune nous procure des avantages que nous n’aurions pas eus sans elle, bonne retraite Monsieur Issa Hayatou.

    L’influence d’Infantino dans ce processus électoral est indéniable et il est probable qu’Hayatou n’aurait pas été battu si Blatter était toujours là. Il y avait eu bien avant des opposants à Hayatou en Afrique occidentale et australe qui n’y parvenaient pas à l’instar de l’ancien président de la fédération ivoirienne de football.

    Infantino a joué un rôle déterminant de caution en participant à la rencontre des présidents frondeurs des fédérations d’Afrique australe qui s’étaient réunis au Zimbabwe malgré l’interdiction de la CAF. Chasser Issa Hayatou qui avait soutenu le Cheikh Salman à l‘élection du président de la Fifa lui permettait aussi de faire d’une pierre deux coups : Se venger et avoir avec lui sous sa botte l’une des plus grandes confédération de la FIFA.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars à 09:02, par SATV En réponse à : Comment Gianni Infantino a eu la tête d’Issa Hayatou

    Regardez la CRTV, Canal2, Equinoxe et Vox Africa en ligne sur https://www.satvnow.com/ Inscrivez-vous maintenant c’est gratuit. Et Telecharger notre application Android sur https://play.google.com/store/apps/details?id=com.satvnow.satvnow

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars à 21:05, par camerondiazz En réponse à : Comment Gianni Infantino a eu la tête d’Issa Hayatou

    Merci a toi Gianni Infantino !!!
    Bon débarras de ce gars !

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars à 18:46, par Rasta En réponse à : Comment Gianni Infantino a eu la tête d’Issa Hayatou

    Je partage l’opinion des autres, Infantino n’a rien à voir avec le départ de Hayatou. Les Présidents de fédérations Africaines l’ont fait partir en toute indépendance.

    Même si d’un autre côté, il faut reconnaître que le départ de Hayatou n’est pas pour déplaire à Infantino pour au moins 2 raisons.

    Je lisais une interview de Havelange du temps où il était le tout puissant et très craint Président de la FIFA où il disait de Hayatou qu’il était un redoutable négociateur. Il reconnaissait que Hayatou lui a mis une phénoménale pression pour qu’il revoit le nombre de participants Africains à la hausse. Avec la nouvelle répartition des places qui s’annonce, voir partir Hayatou, c’est presque du pain béni pour Infantino, mais aussi pour les autres confédérations.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars à 17:38, par badoupassy En réponse à : Comment Gianni Infantino a eu la tête d’Issa Hayatou

    Il confondait la caf à Etoudi, il croyait qu’il y était un roi au même titre que celui d’Etoudi. A la Caf, l’intimidation et le bourrage des urnes ne passent. Abel Mbengue l’arrogant était son Issa Tchiroma. C’est surtout lui Abel Mbengue que je veux entendre après cette honteuse et évitable défaite, il affirmait haut et fort dans une furie orgueilleuse indicible qu’ils allaient remporter la partie. Que Issa et son ami Abel Mbengue aille gérer leur héritage au Cameroun là où ils en ont un véritable. La caf n’est pas votre l’héritage que votre père vous a laissé. On sait que vous aurez une retraite dorée mais libérez le plancher et laissez l’alternative faire bouger les lignes.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars à 16:50, par small lion En réponse à : Comment Gianni Infantino a eu la tête d’Issa Hayatou

    Article bidon sans fondements ! L’auteur doit etre surement l’ami proche de Banda Kani d’Afrique Nouvelle...un autre demagogiue qui n’a pour programme que de rejeter les tarres des Africains sur les autres. Quelqun passe 30 ans a la tete dune institution pensant etre sa propriete prive, se fait finalement deratiser et vous parlez de Gianni je ne sais qui !!!

    C’est parce qu’Hayatou n’a pas une milice tribale a son compte comme son compere d’Etoudi (qui declarait ne dure pas qui veut mais qui peut pour mieux vous narguez) qu’il a meme ete enleve par les elections sans quoi il serait encore en poste.

    Nimporte quoi ... n’etes vous pas fatiguer chers africains de toujours blamer les autres ????

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars à 15:19, par ngbigben En réponse à : Comment Gianni Infantino a eu la tête d’Issa Hayatou

    Qu’est-ce que Infantino vient faire dans tout ca, cest tout simplement une revolte institutionnelle , une volonte de changement qui ont eu raison de la vieille garde. 29 ans,cest la maison de son pere ?

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches