CM 2018 : Abdouraman met les Algériens en garde

Camfoot

Le président d’Etoile Filante de Garoua a adressé une lettre à la Fédération algérienne de football (FAF) pour lui parler des menaces qui tournent autour du match des éliminatoires du Mondial 2018 qu’elle accueille dimanche, entre les Fennecs et les Lions Indomptables.

Le 8 octobre 2016
commentaires

Malgré la réponse de la Secrétaire générale de la Fifa, Fatma Samoua, le 20 septembre, au sujet de sa demande de reporter le match Algérie – Cameroun de la première journée des éliminatoires de la Coupe du monde (Russie 2018) prévue ce dimanche à Blida, Abdouraman Hamadou ne lâche pas l’affaire. Déterminer et convaincu qu’il obtiendra gain de cause auprès du Tribunal arbitral du sport –TAS) dans l’affaire qui l’oppose depuis (presque) toujours à la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), le président d’Etoile Filante de Garoua a écrit une lettre de mise en garde à la Fédération algérienne de football (FAF).

Selon l’ex chef de cabinet d’Iya Mohammed, ancien président de la Fécafoot incarcéré à la prison de Yaoundé depuis juin 2013, peu importe l’issue de cette rencontre, elle sera tôt ou tard reprogrammée. « Monsieur le président (de la Fédération algérienne de football, Ndlr.), j’ai l’honneur de vous transmettre ci-joint, à toutes fins utiles, copie de la lettre que nous avons adressée le 12 septembre 2016 au président de la Commission d’organisation de la Coupe du monde de la Fifa 2018, ainsi que la réponse de la Fifa par l’entremise de la Secrétaire générale, madame Fatma Samoura… En outre, nous vous informons que nous avons saisi le Tribunal arbitral du sport (TAS) pour notamment d’une part faire annuler la décision de la Fifa d’admettre la participation d’une équipe Non représentative de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) au match Algérie-Cameroun du 9 octobre 2016 et d’autre part, obtenir la reprogrammation de ce match », lit-on sur cameroun-info.net.

Abdouraman Hamadou se bat en effet depuis près d’un an, pour le retour aux affaires de l’Exécutif de 2009 à la Fécafoot. L’homme fort de Garoua avait pourtant en octobre 2015, obtenu une première grande victoire avec l’annulation par la Chambre de conciliation et d’arbitrage (Cca) du Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc), de l’ensemble du processus électoral qui avait vu l’élection de Tombi A Roko Sidiki, à la présidence de la Fécafoot le 28 septembre 2015. Or depuis, le Comité exécutif en place n’a pas bougé.

Arthur Wandji


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches