Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

Christian Bassogog en toute confidence

Camfoot

En seulement deux ans, la vie de Christian Bassogog a basculé. On peut désormais dire qu’il a eu un parcours atypique, mais aussi des récompenses majeures pour sa jeune carrière de footballeur. Désormais en Chine, le meilleur joueur de la CAN 2017 se raconte, en tout confidence.

Le 6 mars 2017

Comment vous sentez-vous en Chine ?

Tout est presque irréel en ce moment. Je me sens heureux..... Je me sens excité par l’opportunité de faire face à un nouveau défi. Je veux dire, tout d’abord que j’ai quitté Alborg, une belle ville du Danemark avec une population de 200.000 pour vivre dans une ville de 11million de personnes. Peux-tu imaginer ? Toute la population du Danemark est comme 6 millions. Donc, en ce moment, je m’habitue juste à la vue et le son, le volume et la taille de l’endroit. C’est tellement différent de ce que j’imaginais. Il est tellement développé, je veux dire la ville de Zhengzhou ressemble à New York et je ne savais même pas, il y a un mois, que cet endroit existait.

Ils disent que tout est plus grand ici, même le salaire ?

Beaucoup de gens parlent de l’argent ... Je dois convenir que l’argent est plus gros oui, mais ce n’est qu’une partie de l’histoire. La chose la plus importante quand cette offre est venue par mon agent était ce que ma famille pensait. Mon agent m’a montré, je pense, au moins quatre offres de l’Europe et de la Chine et celui-ci était presqu’irréel. Je me rappelle le jour où j’ai appelé mon frère à Paris et aussi notre frère aîné à Douala et j’ai partagé avec eux ce que mon agent m’avait dit. Ils ont tous instinctivement dit « non ». Mon frère à Douala a dit qu’il voulait me regarder à la télévision jouant dans les ligues qui se montrent sur Canal + sur SuperSport et les autres canaux qui montrent le football à la maison.

Mais ce qui était étrange, c’était qu’après avoir dormir, en y réfléchissant et en parlant longuement avec mon agent, on a tous les deux changé d’avis. On a convenu que je devais signer.

Pour moi, je n’étais pas aussi catégorique mais je dois dire que je ne l’acceptais pas au départ mais j’ai pris mon téléphone et mon ordinateur et j’ai choisi de lire un peu sur la Chine, le pays, le football, le Club, La ville, les autres joueurs qui étaient venus et ceux qui venaient d’arriver. J’ai essayé de comprendre un peu mieux ce que les défis pourraient être, mais surtout de ce que la possibilité d’apprendre et de grandir pourrait être pour moi professionnellement. J’ai vu un endroit ou le football grandissait, apprenant à rivaliser avec les meilleurs, à trouver son chemin dans un monde compétitif mais un endroit qui était aussi humble, croyait en la tradition et le travail acharné... J’ai aimé ça parce que ce sont les choses que je respecte et mon agent a convenu que pour cette étape de ma carrière, ça pourrait être un bon défi.

Que dites-vous par rapport à ceux qui pensent que vous êtes en Chine pour l’argent ?

Les gens sont libres d’avoir leurs opinions, mais je tiens à dire que l’argent n’a jamais été mon seul désir. Je viens de New Bell à Douala et oui je voudrais mieux pour moi-même, je voudrais être capable de faire les choses qu’un bon fils fait pour sa mère, les choses qu’un bon frère fait pour ses frères et sœurs, donc oui je comprends le rôle de l’argent dans la vie. Vous ne pouvez pas expliquez à quel point l’eau est importante pour un homme qui a soif. Mais vous ne pouvez pas trop boire trop vite non plus.

Si l’argent était tout ce dont je voulais, je n’aurais pas rejoint Rainbow Sports et me déplacer en Caroline du Nord pour jouer à Wilmington, et je n’aurais pas accepté de déménager à Aalborg au Danemark. Mais j’ai fait toutes ces choses parce que je suis d’accord avec mon agent qu’en tant que jeunes hommes dans ce jeu, nous devons concentrer notre énergie et être prêt à apprendre, à nous tester et à nous pousser, à essayer de rester affamé afin d’essayer d’atteindre le sommet Comme notre grand frère Samuel Eto’o l’a fait. Il y a beaucoup de chemin, maintenant j’écris une histoire qui montre un autre chemin qui n’est pas meilleur ou pire, mais qui est juste différent.

J’ai quitté Douala sans savoir m’exprimer en anglais et je suis allé en Amérique où j’ai appris à parler anglais et j’ai appris une nouvelle culture. J’ai quitté l’Amérique et suis allé au Danemark où j’ai encore appris une nouvelle langue et une nouvelle culture. J’ai même eu à vivre avec une famille dans sa maison comme un fils et ils étaient les gens les plus incroyables que j’aurais souhaité rencontrer. Maintenant, en Chine, je prie et j’espère que les choses ne seront pas différentes et j’apprendrai une nouvelle langue et une nouvelle culture et j’espère que toutes ces expériences qui se produisent au début de ma vie m’aideront à être un homme meilleur demain. J’espère que cela m’aidera à mieux comprendre mon but sur la terre, à mieux comprendre pourquoi Dieu m’a donné le cadeau qu’il m’a donné, mais surtout à continuer à travailler dur pour atteindre le sommet. Je suis jeune, en deux ans j’ai fait plus que je ne pouvais jamais imaginer mais je sais que c’est juste le début.

Et votre frère qui voulait vous voire à la télé ?

Hahahahaha... mais il peut s’il veut. Je suis sûr que le « cabbleur » peut arranger ça ! Mais ce n’est qu’une question de temps avant que la Super Ligue chinoise ne soit présentée en Afrique, j’en suis sûr. Je viens de rejoindre une ligue qui a des joueurs comme Oscar, Gervinho, Tevez, Mbia, Jon Obi Mikel, Ighalo, Cissé, Axel Witsel, Gomes, GrazianoPelle, Lavezzi, Ramires, Teixeira, Paulinho, Pato, Hernanes et Jackson Martinez. Alors vous avez des entraîneurs comme mon entraîneur JiaXiuquan et d’autres comme Scolari, Manuel Pellegrini, André Villas Boas, Felix Magath, Fabio Cannavaro et Gus Poyet, je suis positif que bientôt, il pourra me regarder à la télé, soit pour les matchs en direct ou alors au moins pour les faits saillants.

Mais puis-je dire une chose à mon grand frère ? Jusqu’à la Coupe d’Afrique des Nations au Gabon, je ne pense pas qu’il m’avait regardé à la télévision avant étant donné que la Ligue danoise n’est pas sur Canal +, donc si cela signifie que je devrais rester dans les ligues sans offres de télévision en Afrique jusqu’à la prochaine Coupe d’Afrique des Nations, alors c’est ok pour moi si ça signifie le même résultat que cette fois.

<span class="caps">JPEG</span> - 35.2 ko

Vous faites allusion à la CAN. Est-ce que vous pouvez nous la raconter ?

Je ne sais même pas par où commencer. Vous voyez, cette période a été planifée par Dieu. J’avais l’habitude de prier pour l’occasion de jouer juste deux minutes pour l’équipe nationale parce que cette équipe signifie tout pour moi. Mon héros était et est Samuel Eto’o et il a montré à ma génération à quel point c’était beau de jouer pour les Lions Indomptables. Le jour où j’ai eu mon premier appel, je n’étais pas sûr d’obtenir un temps de jeu, mais l’entraîneur m’a donné 10 minutes et je pense que j’ai fait de mon mieux pour les saisir. Quand la liste était annoncée pour la Coupe d’Afrique des Nations, j’ai prié juste d’en faire partie et peut-être, être un remplaçant dans un match et j’aurais été heureux. Mais les choses se sont passées différemment et j’ai été sélectionné pour jouer et aider notre nation à retrouver sa place au sommet du football africain. Avoir fait partie de cela m’a rendu humble et je serai toujours reconnaissant à Dieu de m’avoir permis de faire parti de l’histoire mais surtout d’avoir aidé le Cameroun à retrouver son amour pour les Lions et la fierté dans son football. L’esprit que nous avions en tant qu’équipe était l’hommage à la direction et aussi l’hommage à chaque groupe de personnes qui peuvent simplement accepter de travailler dur pour l’autre et ensemble. Chanter ensemble, manger ensemble, danser ensemble pour travailler ensemble apporte le succès dans tout, pas seulement le football. Nous sommes appelés à servir notre nation car nous sommes appelés à jouer pour le Cameroun donc c’était un honneur de servir.

Quel souvenir gardez-vous de la CAN ?

Chaque matin, quand je me réveille, je joue la chanson qu’on écoutait tout le temps pendant le CAN juste pour me rappeler de ces moments merveilleux. Nous avons joué ensemble, nous avons combattu ensemble, gagné ensemble et c’était magnifique. Nous avons joué dans un tournoi avec Aubameyang, Mane, Ayew, Salah et Mahrez ... et c’était le Cameroun qui a gagné et même obtenu le joueur du tournoi, avec quelqu’un comme moi venu de nulle part ... c’est incroyable ! Mais la vérité demeure avec nous tous en tant que nation. Je suis fier de ce que nous avons fait et j’accepte le prochain défi qui est de rester constant, de travailler plus fort pour être meilleur, de rester concentré pour être encore meilleur, plus fort, plus affamé de succès. C’est ce que j’espère, c’est pourquoi je suis venu en Chine, pour continuer à avoir la faim d’atteindre plus parce qu’il y a beaucoup d’autres niveaux à atteindre.

Qu’est-ce que vous voulez qu’on retienne de vous plus tard ?

J’espère qu’ils écriront que j’étais un homme qui est resté compatissant parce qu’il n’a jamais oublié d’où il est venu. J’ai grandi à New Bell, un endroit difficile, mais je l’ai fait d’une façon ou d’une autre et je me sens responsable de faire en sorte que beaucoup de gens qui se trouvent nés dans des défis soient capables de les surmonter et de réussir. Je veux aider beaucoup de jeunes à faire mieux que moi, être d’abord des gens meilleurs, puis avoir les outils qui leur permettront de réaliser leurs rêves.

On dirait que vous avez un plan bien précis ?

Oui, je pense que je l’ai hahahahahah. Je prévois de lancer un fonds d’éducation qui pourrait porter sur la science et la technologie. Nous commençons à y réfléchir et à voir qui sont ceux qui pourraient nous aider à construire un programme de 10 ans, car ça doit se faire pour durer. Nous allons bientôt annoncer dans de plus amples détails, mais je crois que j’ai l’opportunité de travailler et de gagner ma vie avec le football, pour apporter de la joie sur le terrain et aussi aider les gens qui en ont besoin pour réaliser leur potentiel hors du terrain.

Pourquoi cet intérêt pour un fonds dédié à l’éducation ?

Avant de devenir footballeur, je suis un être humain et un être humain qui sort d’un passé très difficile où la pauvreté est une réalité et où la bonne éducation n’est pas toujours disponible. L’éducation n’est pas seulement l’école, c’est la vie, c’est l’expérience. À travers le football, j’ai voyagé et j’ai vécu sur quatre continents à mon jeune âge. En deux ans, j’ai vécu en Afrique, en Amérique du Nord, en Europe et maintenant en Asie. J’ai remarqué le pouvoir de l’éducation et surtout le pouvoir de la science et de la technologie et je pense que c’est un espace où peut-être que nous, africains, pouvons donner du soutien afin que nos frères et sœurs puissent donner le meilleur d’eux-mêmes au monde. Je ne sais pas encore comment, mais je sais que tout commence par le désir et la volonté et j’ai ces deux choses. Je sais que nous pouvons trouver les gens qui connaissent mieux et les systèmes qui ont le mieux fonctionné et nous pourront soutenir cela et aider à rendre l’Afrique grande.


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches