CAN2016 : Le gouvernement s’inquiète

Camfoot

A quelques mois de la coupe d’Afrique des nations de football féminin qu’abrite le Cameroun, aucune infrastructure inscrite dans le cahier de charge, n’est encore prête. Et le gouvernement qui se faisait rassurant il y a peu, s’inquiète à juste titre. Une mission interministérielle d’inspection s’est mise en branle dans la région du Sud-Ouest qui abritera une partie de la compétition et le retard constaté dans la réalisation des travaux est énorme.

Le 21 janvier 2016
commentaires

Si le stade de Limbé est totalement finalisé, les voies d’accès restent cependant un véritable problème. A ce jour, les travaux ont à peine franchi le seuil de 20%. Aussi, les travaux piétinent dans les chantiers de construction des stades d’entrainement. Le ministre des sports et de l’éducation physique qui faisait partie de cette mission interministérielle, a sommé les différents adjudicataires à tout faire dans l’urgence. Il a fustigé cette lenteur incompréhensible puisque, a-t-il soutenu, le gouvernement a débloqué depuis bien longtemps, tout ce qu’il fallait pour que les travaux avancent sereinement.

En plus du risque d’être définitivement rayés de la carte des entreprises habiletés à réaliser des travaux au Cameroun, les adjudicataires ont reçu des menaces d’être traîné en justice.

Notons que les travaux des stades d’entrainement à Yaoundé sont encore l’étape de la fondation. Quant au stade Ahmadou Ahidjo, l’avancement des travaux donnerait moins de migraines.

Péril sur la Can 2016 et 2019

Cette mission interministérielle était en prélude à l’arrivée d’une mission de la Confédération africaine de football (Caf) ce vendredi 22 janvier 2016 ; et de la fédération internationale de football association (FIFA) en mars, afin d’apprécier les infrastructures prévues dans le cahier de charge soumis au Cameroun. Le retard notoire dans la préparation pourrait provoquer le retrait de cette compétition en plus sanctions pécuniaires. Si la CAN féminine est retirée au Cameroun, celle masculine prévue en 2019, le sera de facto. Car considérée comme une compétition mineure, la première permet à l’instance faitière du football africain de juger de la capacité d’un pays à pouvoir organiser la seconde.

Gaël Tadj


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 21 janvier à 10:48, par small lion En réponse à : CAN2016 : Le gouvernement s’inquiète

    J’ai honte de mon pays, oui honte d’être camerounais. L’Éthiopie que ce maudit faineant a etoundi à trouve en 82 avec la famine dépasse le Cameroun aujourdhui...allez voir comment les choses bougent a Addis àvec leur nouveau metro. Pendant ce temps yaounde et Douala ressemblent à des villes en guerre. Ethiopian Airlines, fait la fierté des ethiopiens depuis des décennies. Citez moi une seule entreprise public camerounaise bien gerer !!1 seul

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 04:21, par bamyaben En réponse à : CAN2016 : Le gouvernement s’inquiète

    C’est le résultat de la corruption. Ceux qui sont en charge de la passation des marchés publiques ne s’intéressent pas à la fiabilité des entreprises qu’ils confient la réalisation des travaux (maître d’oeuvre) mais plutôt au montant contenu dans l’enveloppe qu’ils reçoivent en dessous de table.
    Ils sont parfois juge et partie : Ils créent eux-mêmes un fausse entreprise de BTP (des coquilles vides) au nom d’un frère ou d’un cousin, le gérant auquel on attribue le marché.
    Ils font semblant de commencer les travaux, une fois l’argent empoché et planqué dans un paradis fiscal, le pseudo maître d’oeuvre disparaît dans la nature.

    C’est exactement comme ça qu’ils ont tué le football camerounais en nommant n’importe qu’elle marionnette à la tête des Lions.
    On nous parle maintenant du nain français Giresse qui n’a rien gagné depuis qu’il sillonne l’Afrique. Aucun club de L1 et L2 français ne peut l’embaucher comme entraîneur. Il vient faire quoi au Cameroun ? Il va apporter quoi au football camerounais qu’un DJONKEP BONAVENTURE ou un autre technicien camerounais ou africain n’aurait pas pu apporter ?
    Il va repartir comme Finke et Le Guen en laissant cette équipe dans un état lamentable pire qu’il ne l’a trouvé.
    La vérité qu’on vous cache est que c’est L’Elysée qui par l’intermédiaire de son sous-préfet d’Etoudi nomme l’entraîneur des LIC.

    • Le 21 janvier à 04:27, par bamyaben En réponse à : CAN2016 : Le gouvernement s’inquiète

      On nous parle aujourd’hui de l’horizon 2035 alors que le Cameroun ferait partie de nos jours des pays émergents.
      A cause de la corruption (numéro deux africain derrière la Somalie et ça ne s’invente pas) et de l’impunité ce pays malgré son potentiel est l’un des plus pauvres d’Afrique.
      On ne confie pas la gestion des affaires ou la réalisation des projets aux personnes adéquates, méritantes et dignes de confiance.
      La règle, le principe depuis 1982, c’est être corrompu et voleur, celui qui ne l’est pas est mal vu et exclu.
      Tous les projets du gouvernement camerounais ne se réalisent jamais à cause des détournements des fonds, soit ils restent en maquettes ou bien ils sont réalisés à 5% et abandonnés après avoir touché le chèque.
      Si un projet se réalise concrètement au Cameroun c’est qu’il est conçu, financé et dirigé par un Etat étranger ou une organisation internationale dans le cadre de l’aide au développement.

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 04:26, par bamyaben En réponse à : CAN2016 : Le gouvernement s’inquiète

    On nous parle aujourd’hui de l’horizon 2035 alors que le Cameroun ferait partie de nos jours des pays émergents.
    A cause de la corruption (numéro deux africain derrière la Somalie et ça ne s’invente pas) et de l’impunité ce pays malgré son potentiel est l’un des plus pauvres d’Afrique.
    On ne confie pas la gestion des affaires ou la réalisation des projets aux personnes adéquates, méritantes et dignes de confiance.
    La règle, le principe depuis 1982, c’est être corrompu et voleur, celui qui ne l’est pas est mal vu et exclu.
    Tous les projets du gouvernement camerounais ne se réalisent jamais à cause des détournements des fonds, soit ils restent en maquettes ou bien ils sont réalisés à 5% et abandonnés après avoir touché le chèque.
    Si un projet se réalise concrètement au Cameroun c’est qu’il est conçu, financé et dirigé par un Etat étranger ou une organisation internationale dans le cadre de l’aide au développement.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Répondre à cet article

La Chronique de Léon
Les Depêches