Can féminine 2016 : Ambiance de cimetière à Yaoundé

Camfoot

Alors que le Cameroun accueille dès samedi prochain la 10e édition du championnat africain de football féminin, la capitale qui peine à se faire une toilette digne d’un pays hôte, est dans un coma profond.

Le 18 novembre 2016
commentaires

Yaoundé en mode ville morte ! La fièvre de la Coupe d’Afrique des nations ne s’est pas encore vraiment emparée du pays hôte. Pas de rues décorées ou repeintes aux couleurs du Cameroun, aucun panneau géant de Sponsors, pas de fanions visibles dans les coins chauds. Aucune effervescence. Rien ne laisse présager un évènement festif, rassembleur et divertissant. Seules quelques rares voitures noyées dans une euphorie étouffée, portent les « stigmates » de cette fête du football féminin que le pays de Gaëlle Enganamouit abrite dans 24h. Pour se faire quelques pièces de Cfa ; quelques rares vendeurs ambulants proposent des gadgets aux usagers. Champion du bricolage de dernière minute, les travaux de désenclavement, de développement et de revitalisation des voies d’accès sont de plus en plus visibles au niveau de la Poste centrale de Yaoundé où certains endroits sont en plein chantier. Pose de nouveaux feux de signalisation par ci, pavoisement en pavés de certaines voies, curage de quelques drains sélectionnés au pif…

Yaoundé au parfum des fosses sceptiques

Au marché central comme au Mfoundi ou encore au marché Mokolo, difficile de circuler sans se boucher les narines. L’insalubrité est devenue une seconde nature pour les populations qui fréquentent cet espace populeux. Ici, c’est d’abord une forte odeur de fosses sceptiques qui vous accueille. On dirait un mélange de produits avariés, d’urines, d’œuf pourris, le tout saupoudré de tubercules en putréfaction. Des effluves qui deviennent plus incommodantes au fur et à mesure que le visiteur sillonne les allées étroites qui séparent les comptoirs construits pour la plupart en matériaux provisoires. Les rigoles qui débouchent sur le lit du Mfoundi débordent d’immondices de toutes sortes. Vieilles corbeilles de tomates pourries, déchets issus de ménages et corps d’animaux domestiques en putréfaction emplissent ce qui tient lieu de bacs à ordures. Pourtant, avec la Can qui démarre en fin de semaine, la propreté des rues de Yaoundé devrait déjà être bouclée. Hélas ! A moins 48h, la ville siège des institutions de la République, ne présente pas les signes d’une ville qui accueille un grand évènement dans.

Christou DOUBENA


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 18 novembre à 15:01, par Johnny En réponse à : Can féminine 2016 : Ambiance de cimetière à Yaoundé

    Enfin CAMFOOT a constaté ici ce qui sautait aux yeux depuis trois mois !!!

    En tout cas, attendons et prions pour que la Compétition en elle même se déroule relativement bien. Le Cameroun a encore loupé une grande occasion de se vendre au yeux du Monde extérieur. Ce n’est pas uniquement en organisant des Foires à la con qu’on va attirer les investisseurs chez nous.

    C’est aussi en montrant notre capacité à utiliser les fonds mis à notre disposition pour les grands évènements, et en les rentabilisant pour notre économie... Mais je crois que j’écris en Chinois, donc qui va comprendre ???

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 10:19, par Mike22 En réponse à : Can féminine 2016 : Ambiance de cimetière à Yaoundé

    vous avez toujours à dire !

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches