Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

CAN2019 : Bafoussam attend toujours les infrastructures

Camfoot

Censée accueillir une poule de cette compétition, la capitale de la région de l’Ouest sombre plutôt chaque jour davantage, dans une indescriptible promiscuité. Entre les routes envahies de nids de poule, le manque d’éclairage public, l’absence des hôtels répondant au cahier de charge de la confédération africaine de football (Caf), l’attente du démarrage des stades d’entrainement…, le constat est triste.

Le 30 juin 2017
commentaires

Regroupées du sein du groupe de réflexion et d’initiatives pour le développement du département de la Mifi (Gridmi), les élites de la Mifi ont en effet saisi le ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation pour lui faire part de leurs inquiétudes.

« Depuis 2015, le gouvernement a officiellement déclenché le processus de mise en norme des infrastructures sportives et d’accueil dans les localités choisies pour abriter la compétition  », rappelle le Gridmi. Sauf que cette organisation de la société civile semble faire le triste selon lequel, la ville de Bafoussam est totalement abandonnée dans ce processus. « Le Gridmi constate avec inquiétude qu’alors que les impacts des grands chantiers d’aménagement urbains engagés sont perceptibles à Douala, Yaoundé et Limbé, la ville de Bafoussam ne présente aucun visible de l’effectivité des activités préparatoires compatibles avec l’ampleur de l’événement », soutient le groupe coordonné par Numbissi Foapa. Pour étayer ses propos, il revient précisément sur l’état calamiteux la voirie urbaine de Bafoussam.

Expertise proposée à titre bénévole

Après avoir établi que l’une des raisons de cette situation peu reluisante, est l’insuffisance d’expertise et des ressources humaines au sommet de l’exécutif de la communauté urbaine de Bafoussam (Cub), le Gridmi qui dit regrouper en son sein des expertises avérées dans tous les domaines, se dit disposé à apporter un appui à titre bénévole afin que les activités liées à la Can 2019, singulièrement à la poule de Bafoussam, connaissent un succès en dépit des retards accusés.

Gaël Tadj


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 1er juillet à 09:21, par david thadus En réponse à : CAN2019 : Bafoussam attend toujours les infrastructures

    Votre cercle de reflexion des elites de la Mifi, n’a qu’un seul point à l’ordre du jour, être d’accord pour chasser le Batié NZETE de la tête de la commune et installer un digne fils de la Mifi. Sous cet angle là, Paul biya va vite vous comprendre et limoger NZETE, mais en retour il n’ yaaura aucun investissement de l’etat là bas, par ce qu’on sait que vous avez l’argent dans vos comptes pour construire votre ville vous même sans rien attendre de l’état. Alors mettez vous au travail car le salut ne viendra jamais de yaoundé.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 00:51, par IndomitableLionForever En réponse à : CAN2019 : Bafoussam attend toujours les infrastructures

    C’est quand même une honte pour une nation 5 fois champion d’Afrique de ne même être capable de faire jouer des matches la nuit et d’avoir des stades dignes de ce nom quand je pense qu’il y en a qui convoitent ce titre depuis longtemps et ne l’ont jamais eu ne serait ce qu’une seule fois mais qui ont de super stades comme le Gabon

    Répondre à ce message

  • Le 30 juin à 21:47, par Footfootfoot En réponse à : CAN2019 : Bafoussam attend toujours les infrastructures

    A l’allure ou vont les choses, la CAN 2019 risque ne pas se faire jouer au Camer. Non quand meme les gars a ce niveau ca deviens tres ridicule.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches