Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

CAN 2019 : Abdouraman traine la CAF devant le TAS

Camfoot

Le président d’Etoile Filante de Garoua reproche principalement au Comité exécutif de la Confédération africaine de football, sa décision de faire passer de 16 à 24, le nombre d’équipes devant participer à la prochaine CAN de football que va organiser le Cameroun.

Le 28 juillet 2017
commentaires

Quelques mois à peine après son élection à la tête de la Confédération africaine de football (CAF), le nom d’Ahmad Ahmad est déjà consigné dans un dossier posé sur la table du Tribunal arbitral du sport (TAS). Le président de l’instance africaine de football et son Comité exécutif font l’objet d’un recours introduit par Abdouraman Hamadou. Le président de l’Etoile Filante de Garoua a saisi l’instance de Lausanne pour « contester la décision du Comité exécutif de la CAF du 20 juillet 2017, de passer à l’édition 2019 à une CAN à 24 équipes  ». Pour lui, « cette procédure vise essentiellement à obliger la CAF à revenir à une CAN à 16 équipes en 2019, avec le cahier de charges initialement validé ».

C’est donc dans cette nouvelle bataille que le numéro un de la contestation de l’Exécutif en place à la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) s’est lancé il y a peu de temps. Plusieurs constats l’ayant poussé dans sa démarche. D’abord le « caractère brutal et arbitraire de la décision de la CAF de porter de manière unilatérale de 16 à 24, le nombre d’équipes participants à la phase finale de la CAN 2019 ». Puis, les « conséquences multiformes que pourrait avoir cette décision qui est susceptible à terme, de donner à la CAF des motifs pour dessaisir le Cameroun de l’organisation de cette compétition ». Non sans oublier de rappeler « la confirmation par le Tribunal arbitral du sport de l’usurpation au sein de l’organe exécutif de la Fécafoot  ». Or, « compte-tenu dit-il, de l’incapacité de ces usurpateurs à saisir les juridictions au nom de la Fécafoot notamment le Tribunal arbitral du sport  » et « du caractère vital de l’organisation de cette CAN 2019 pour le football camerounais qui en attend des retombées diverses, notamment en termes d’infrastructures  », Abdouraman s’appuie enfin sur « les dispositions des statuts de la Fécafoot qui donnent le pouvoir à ses membres d’agir pour sauvegarder l’intérêt de l’Association en pareille circonstance ».

Dans une vidéo qu’il a publié sur sa page Facebook, l’’homme-fort de Garoua promet de donner bientôt, les nouvelles de ce combat qu’il compte bien gagner au nom du Cameroun. « C’est notre contribution dit-il, afin de permettre au Cameroun de préserver toutes ses chances d’organiser sereinement en 2019 cette grande fête du football qui fera la fierté de notre pays ». Chaud devant.

Arthur Wandji


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 29 juillet à 19:01, par Bobill En réponse à : CAN 2019 : Abdouraman traine la CAF devant le TAS

    Bien fait Abdouraman, car cette décision de faire passer la CAN de 16 à 24 équipes sans préavis est tout simplement un piège. Compte tenu du manque de lucidité des pays concernés, il faut bel et bien un homme avisé pour mettre les bâtons dans les roues de ces actionnistes.

    Répondre à ce message

  • Le 29 juillet à 17:39, par bamyaben En réponse à : CAN 2019 : Abdouraman traine la CAF devant le TAS

    Très belle initiative patriotique de Monsieur ABDOURAMAN ! BIG UP !*
    Il y a des moments où nous devons tous nous lever comme un seul Homme et défendre tous azimuts l’intérêt majeur de notre nation, de notre pays contre toute agression extérieure.

    Il faut contre-attaquer vigoureusement l’initiative de ce bouffon corrompu d’Ahmed Ahmed à la solde des marocains qui l’utilisent pour s’attaquer aux intérêts du Cameroun. Chaque camerounais a le devoir et le droit non seulement de s’indigner, de se révolter mais aussi de défendre individuellement ou collectivement notre pays. Nous devons tous pourrir par tous les moyens (réseaux sociaux, médias, etc..), le mandat de ce guignol d’Ahmed Ahmed en s’attaquant à son image, à sa probité et son incapacité à diriger impartialement une confédération aussi importante comme la CAF.

    En effet, les journalistes camerounais doivent faire comme leur homologue algérien, Hafid Derradji, qui a eu le courage de publier sur sa page Facebook ce message ironique mais plein d’enseignements non seulement sur les manoeuvres dolosives des marocains mais aussi sur les intentions des algériens sur la CAN 2019 : « Félicitations au Maroc qui organisera la Can 2019 et le Chan 2018. Les deux compétitions seront retirées au Cameroun et au Kenya, et c’est le Maroc qui s’occupera de leur organisation. Tout cela se passe alors que notre fédération (algérienne, ndlr) a déclaré être prête à accueillir les prestigieux tournois ».

    Répondre à ce message

  • Le 28 juillet à 18:30, par david thadus En réponse à : CAN 2019 : Abdouraman traine la CAF devant le TAS

    Cela ne me surprend pas venant de cet homme, il est capable de trainer même le prophête mahomet devant la justice.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches