Cameroun - Afrique du Sud : Limbé était sous haute sécurité

La situation d’insécurité au Cameroun à l’origine de la forte mobilisation des forces de l’ordre et des militaires autour de cette rencontre comptant pour la troisième journée des éliminatoires de la CAN 2017 qui se joue au Gabon.

Camfoot

La guerre contre Boko Haram qui affecte la région de l’extrême Nord du Cameroun a eu une influence certaine sur la rencontre qui a opposé les Lions Indomptables aux Bafana Bafana d’Afrique du Sud ce samedi au stade omnisports de Limbé. Le gros déploiement sécuritaire qui y a été installé a surpris plus d’un. À la forte présence des forces de police et de gendarmerie, les autorités de la ville de Limbé ont pareillement associé des forces militaires et des éléments du Bataillon d’intervention rapide (BIR) qui étaient visibles partout.

Le 28 mars 2016
commentaires

Il y a eu de tout temps des contrôles de routine sur les routes menant à la région du Sud-Ouest. Les supporters des Lions Indomptables et des Bafana Bafana étaient soumis à une fouille systématique dès l’entrée dans la ville de Limbé. Il fallait montrer pattes blanches pour avoir y accès. Cette loi ne faisait pas d’exception. Tous les véhicules et les sacs étaient fouillés pareillement.

Pour s’assurer que personne ne passe par les mailles du filet, tous les véhicules allant au stade, débarquaient tous leurs passagers au point de contrôle situé à quelques mètres de l’entrée de la ville. On devait avoir sur soi sa carte d’identité à main puis, on passait à la fouille et au détecteur de métaux. Après cette formalité, le passager marchait à pied sur une distance de près de 100 mètres avant d’embarquer à bord de son véhicule qui devait traversait ce point de contrôle complètement vide.

A l’entrée du stade et des différentes tribunes, le même scénario était répété. Détecteur de métaux en main fouille des sacs, les supporters étaient dépouillés de tout objet suspect. Beaucoup ont été contraints à jeter des bouteilles d’eau qu’ils transportaient par mesure de prudence. « Jetez cette bouteille d’eau, ou bien transvasez là. Jetez ou bien je me verrai dans l’obligation de vous faire sortir avec votre bouteille d’eau », répétaient sans cesse des éléments de forces de l’ordre. « Ce sont des mesures sécuritaires à respecter absolument. Exécutez-vous. N’insistez-pas. Ils ont reçu des consignes de sécurité et sont tous simplement en train de l’appliquer. Parfois des personnes portent des bouteilles qui s’apparentent à des bouteilles d’eau alors que ce sont des substances dangereuses », explique un cadre de l’armée à quelques supporters qui se montraient surpris par ces exigences.

A l’extérieur du stade, des éléments campés dans les champs de palmerais bordant le stade veillaient au grain. Armes au poing, ils s’assuraient de ce que la rencontre se déroulerait dans de très bonnes conditions sécuritaires.

Dans les différents hôtels de Limbé, la sécurité était présente, fouille des sacs, contrôle au détecteur des métaux, Il fallait s’y accommoder.

HVN


REAGIR À L'ARTICLE

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches