• Accueil
  • Actualités
  • Architecture futuriste : Lueurs et leurres d’une infrastructure (...)

Architecture futuriste : Lueurs et leurres d’une infrastructure querellée

Camfoot

Les Lions indomptables, presque toutes catégories confondues, étant en chute libre, le football camerounais secoué par une crise postélectorale sans précédent et ses dirigeants faisant l’objet de vives critiques, la polémique continue d’enfler autour du projet, alors que l’édifice sort à peine de terre. La maquette à elle seule, est un solide argument pour frustrer les détracteurs des locataires de Tsinga. R+4. C’est un bâtiment imposant, une architecture futuriste constituée d’un rez de jardin, d’un rez de chaussée, de quatre étages, des accès et des cheminements piétonniers qui couvre une superficie de 2500m².

Le 12 février 2016
commentaires

A l’intérieur, le système distributif de l’immeuble a son point de départ à l’entrée principale sous la grande boule de Crystal (Plexi glass). Le passage de l’extérieur vers l’intérieur est filtré par une zone intermédiaire (le portique) et la transition est garantie par le grand hall de l’entrée au rez-de-chaussée. « Cette donnée a motivé et orienté le choix d’un portique selon le modèle de Perrin Fayelle (déjà utilisé au Boulevard du 20 mai), système constructif qui a l’avantage d’uniformiser la vue à partir de la rue pour tous les bâtiments et d’apporter un élément de monumentalité en plus elle offre la possibilité d’effectuer des promenades couvertes dans toute la zone en tout temps », expliquait Simon Fobi Nchinda, maître d’œuvre lors de la cérémonie de pose de première pierre en 2012.

A l’arrière du bâtiment, un système de passage piétonnier côtoie le parcours pour voitures. L’accès par véhicules est garanti d’un parking d’une capacité de 28 véhicules dont 02 places couvertes. A l’avant, en plus des éléments d’embellissement de l’espace publique, 08 autres parkings ouverts sont prévus. Le nouveau siège comprend également un restaurant de 52 places assises, des locaux destinés aux installations techniques… La durée des travaux confiés à l’entreprise Guimar Cameroun était fixée à neuf mois. Plus de trois ans plus tard, on est presque toujours au point de départ.

Christou DOUBENA


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 13 février à 17:39, par bamyaben En réponse à : Architecture futuriste : Lueurs et leurres d’une infrastructure querellée

    "La cérémonie de pose de la première pierre avait eu lieu en 2012.
    La durée des travaux confiés à l’entreprise Guimar Cameroun était fixée à neuf mois.
    Les comptes de la FECAFOOT avaient été bloqués en 2015.
    Plus de trois ans plus tard, on est presque toujours au point de départ.
    Les premiers 400 millions décaissés pour la première phase des travaux auraient été déjà utilisés et le décaissement de la deuxième tranche pour relancer les travaux se ferait au compte-gouttes.
    Les robinets de Tsinga sont à sec à cause du blocage des comptes (Affaire en déféré au Tribunal de première instance du Mfoundi Centre administratif Ndlr).
    Du coup, débloquer de l’argent relève désormais du surnaturel."
    Le blocage des comptes de la FECAFOOT en 2015 ne justifie pas le retard, c’est un alibi pour cacher le vrai motif.
    Le Cameroun, vice-champion d’Afrique de la corruption derrière la Somalie et champion du monde du détournement des deniers public est coutumier du fait : Rappelons-nous du très célèbre « immeuble de la mort » dont la construction commença en 1984 et se termina en 2014. Il avait fallu attendre 30 ans pour voir terminer la construction d’un immeuble qui à l’époque devait être le premier parmi mille (1000) autres immeubles administratifs du même acabit que le régime envisageait de construire.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches