Veuillez svp désactivez votre bloqueur de publicité pour voir cette page

CAN 2017

Sénégal - Cameroun : Aliou Cissé en héros ?

Camfoot

Capitaine courage de la sélection nationale du Sénégal en 2002 et malheureux finaliste face au Cameroun à l’issue des tirs au buts, le désormais sélectionneur des Lions de la Teranga a envie d’en découdre avec le Cameroun ce samedi sur la pelouse du stade de Franceville.

Le 27 janvier 2017
commentaires

Match de gueule ; match coupe-cœur en perspective ! La bataille des fauves qui mettra aux prises le Cameroun au Sénégal est bien plus qu’un simple match de Coupe d’Afrique des Nations. C’est aussi un besoin pour les Lions de la Teranga de montrer aux Lions Indomptables que beaucoup d’eau a coulé sous le pont depuis le revers de la CAN 2002. Le souvenir douloureux de cette élimination en finale, est restée gravé dans les cœurs et les esprits des sénégalais. La seconde affiche de ces quarts de finale leur offre donc sur un plateau en or, l’occasion de réécrire l’histoire entre les deux nations.

Interrogé hier sur cette confrontation, Aliou Cissé, l’entraîneur sénégalais s’est voulu prudent dans sa déclaration : « le Cameroun est favori, ils ont des très bons joueurs, et un entraîneur expérimenté, moi je suis jeune entraîneur, on est honoré en tout cas de les rencontrer en quarts de finale  » a déclaré le technicien pour qui cette rencontre reste tout à fait particulière puisque la dernière fois que le Cameroun a éliminé le Sénégal à la CAN, Cissé jouait pour le Sénégal. Il n’avait que 26 ans. Ce souvenir est resté dans sa mémoire parce qu’il avait raté le pénalty qui devait sauver les Lions de la Teranga.

Nouvelle génération

Aujourd’hui ce même Aliou est sur le banc, mais cette fois en tant que sélectionneur. Capitaine aboyeur hier, il est désormais le patron de l’encadrement technique. Même s’il est resté humble dans ses propos, sur le terrain, ce sera un duel de félins affamés. « Le Cameroun, c’est comme l’Algérie, un pays majeur du football. Il n’y a qu’à regarder leur palmarès : il comptabilise quatre Can, alors que nous n’en avons gagné aucune. A nous de nous mettre à leur niveau pour espérer continuer. Car nous avons l’ambition d’aller loin dans cette compétition  », tranche-t-il.

L’adversaire des Lions indomptables peut se targuer de disposer d’une nouvelle génération de phénomènes, transcendée par la paire extraordinaire d’attaque composée de Mané, jeune perle du Liverpool de Jürgen Klopp, et Keita Balde, joyau de la Lazio. Le côté athlétique symbolisé par l’exceptionnelle force physique de Koulibaly assurera également une solidité défensive importante aux Lions de la Téranga, alors que le milieu de terrain sera confié à Cheikhou Kouyaté et Gueye, deux poisons qui vont tenter d’anéantir le plan d’Hugo Broos et de ses poulains. Si le Sénégal a soif de prendre sa revanche sur son bourreau d’il y’a 15 ans ; le Cameroun, lui, veut prouver que même sevrée de stars, la jeune génération peut briller. Quoi qu’il en soit, un seul Lion en sortira vainqueur !

Christou DOUBENA à Libreville


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 28 janvier à 02:24, par small lion En réponse à : Sénégal - Cameroun : Aliou Cissé en héros ?

    Senegal 4 Cameroon 1

    Répondre à ce message

  • Le 28 janvier à 01:13, par Happi de Bana... L’enfant du pays En réponse à : Sénégal - Cameroun : Aliou Cissé en héros ?

    Parole des sénégalais,
    International sénégalais durant les années 60 et 70 et présent au Gabon pour la CAN, Salam Touré « Mame Touti » estime que bien débuter serait primordial. « Il faut bien débuter et ne pas trop attendre l’adversaire au risque de le laisser s’installer et prendre confiance. Le Sénégal doit dérouler son jeu des les premières minutes, point à la ligne », affirme-t-il. Mais au-delà, Mame Touti suggère aux joueurs « de ne pas se focaliser sur le Cameroun ». « Si on veut trop s’occuper des Camerounais, de leur physique, de leur technique, de leur combativité, on risque de se perdre. Il ne faut pas se focaliser sur le nom Cameroun. Ce ne sont pas les mêmes générations. Ces gosses là ne connaissent pas les grandes générations du Cameroun donc il ne faut pas qu’ils se mettent la pression sur ce côté-là. Ils sont jeunes. Ils sont à la fleur de l’âge et ont faim. C’est à eux de confirmer leur talent », avance Salam Touré, ancien grande figure du Dial Diop Sporting Club de Dakar.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches