Infrastructures sportives

780 millions pour le stade de Bamenda

Camfoot

Bâtie sur une superficie de 3 hectares, l’infrastructure dont la cérémonie de pose de la première pierre des travaux de réhabilitation a eu lieu ce jour sur les décombres du désormais ancien stade municipal de Bamenda, va contenir 2500 spectateurs et sera dotée d’une pelouse synthétique de dernière génération. L’ouvrage est entièrement financée par la Fédération camerounaise de football (Fécafoot).

Le 21 avril 2016
commentaires

Le stade municipal situé dans l’arrondissement de Bamenda 2, est l’un des plus vieux stades du Cameroun. En l’absence des archives fiables, on situe sa construction dans les années 1960. A l’époque, apprend-t-on, ce « fossile » était la manifestation de la volonté de la délégation départementale des Travaux publics du Nord-Ouest de promouvoir le sport dans cette partie du pays qui n’a pas connu le même boom footballistique que les villes de Douala et Yaoundé, présentés comme les grandes métropoles où se pratiquait le sport roi. L’aire de jeu en lui-même n’était qu’un champ de patates où, à quelques coins, les herbes sauvages cohabitaient avec des monticules de sable et de terre. Bosselé et creusé par endroit, l’espace de jeu du stade municipal de Bamenda dont on défendait difficilement les dimensions, ne donnait pas de chance aux footballeurs de développer un jeu propre aux talents des Lions indomptables.

Temple du foot

Faute d’entretien, l’enceinte de cette infrastructure coloniale était devenue une espèce d’entrepôt, un magasin de fortune pour les commerçants. Bamenda. L’état de décrépitude avancé a eu une incidence sur les performances à domicile de la Public work department (Pwd), Kumbo strikers ou encore très récemment Young sport academy, les trois équipes phares de la ville, engagés dans les championnats de football d’élite. Pire, ce temple du foot servait finalement de cadre ouvert aux compétitions de la Fédération nationale du sport scolaire (Fenasco). Mais ça c’était avant que la Fécafoot et son nouvel exécutif ne lancent le projet de construction et d’aménagement des terrains à gazons synthétiques porté par Tombi à Roko Sidiki, le président de l’instance faîtière du football camerounais.

John Fru Ndi et Bella Moki font la paix

Le nouvel homme fort de Tsinga en avait d’ailleurs fait le fil d’Ariane de son programme lors de sa campagne à la présidentielle de la fédération. Lui qui estime que des terrains de football de bonne qualité sont d’une importance capitale non seulement pour la formation des jeunes joueurs, mais aussi pour la qualité du spectacle produit. De la parole aux actes, la cérémonie de pose de la première pierre du futur stade olympique de Bamenda a eu lieu hier devant un parterre d’autorités au rang desquels Adolphe Lélé L’Afrique, le gouverneur de la région du Nord-Ouest, Vincent Nji Ndumu, le Délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Bamenda, les autorités religieuses et traditionnelles et surtout le special guest, Ni John Fru Ndi, le leader charismatique du Social democratic front (Sdf). Ce dernier qu’on disait en froid avec le sénateur Charles Bella Moki du Rdpc a profité de cette occasion pour fumer le calumet de la paix.

Des différentes allocutions qui vont se succéder, deux choses importantes à retenir : Merci à la Fécafoot qui vient démontrer s’il en était encore besoin que la zone anglophone n’est pas marginalisée et une invite aux populations de croire en ce projet qui vient développer le sport roi dans cette contrée constituée des amateurs de foot. « Tout le mérite revient à la Fécafoot et au gouvernement camerounais qui ont décidés de rendre plus viables nos infrastructures sportives, notamment nos stades de football qui vont désormais virer au synthétique. Je pense que c’est une bonne nouvelle pour nos villes et communes qui aspirons tous au développement socio, culturel, économique et sportif de nos localités. C’est également une bonne nouvelle pour nos équipes de Bamenda qui vont pouvoir jouir des fruits de la décentralisation que nous avons toujours appelés de tous nos vœux » se réjouit le Délégué du gouvernement.

Livrer le chantier dans les délais

Le numéro 1 de la région pour sa part, invite les ingénieurs à donner le meilleur d’eux afin que le nouveau stade olympique puisse ouvrir officiellement ses portes d’ici le mois d’octobre 2016 au grand bonheur des populations, soutient-il, qui rêvent de vivre en direct des confrontations internationales sur cette pelouse. Message bien reçu par les concernés qui promettent de tout boucler dans les délais si ce n’est bien avant. Le travail s’articule en 5 volets, comme l’a rappelé l’ingeener contractor Mme Asong : la démolition des anciennes installations ; l’électrification et l’adduction d’eau potable ; la construction de 4 tribunes couvertes suivie des vestiaires et enfin la pose du gazon synthétique de dernière génération.

Christou DOUBENA à Bamenda


REAGIR À L'ARTICLE

Vos commentaires

  • Le 21 avril à 22:15, par Appolyn Shamphort En réponse à : 780 millions FCFA pour le stade olympique de Bamenda

    merde ! un stade olympique qui ne peut contenir l’effectif d’une école primaire de la ville ? qu’est-ce qui bloque la réflexion des de nos autorités ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 avril à 10:47, par Bryce En réponse à : 780 millions FCFA pour le stade olympique de Bamenda

    Bonne intention pour les infrastructure au pays de Milla,
    Mais 2500 places pour une ville comme Bamenda, je crois c’est TROP petit par raport a la population.
    Bamenda a une tres large population que a Limbe. Le constat est ambigu en 2016 et en plus on parle de Stade Olympique.
    Dans 5 ans on va se rendre compte que ce stade etait petit.....
    quel gaspillage

    Répondre à ce message

  • Le 21 avril à 09:57, par Salamalekum-Glory2GOd En réponse à : 780 millions FCFA pour le stade olympique de Bamenda

    Mamamiaaaaaa

    Mon pays est champion des MAQUETTES deh !!!!!!! On mange que des yeux, allons voir le resultat si et seulement si cette realisation sera faite, peut-être au dela.

    Répondre à ce message

  • Le 21 avril à 04:29, par winner En réponse à : 780 millions FCFA pour le stade olympique de Bamenda

    Christ DOUBENA, la recrue de TOMBI le suit partout, et ne parle que de lui. Voilà un pseudo journaliste qui rend un homme (mal élu) plus grand que l’institution qu’il représente. Qu’importe, il perçoit les miettes qui compense ce qu’il n’a pas pu obtenir par une compétence réelle.
    Pauvre type.

    Je vous rappelle que personne e se souvient de la pause de la 1re pierre du Stade Omnisport de Limbé, mais tout le monde voit le stade, attendez donc au moins de voir les stades avant de chanter les louanges, on ne sait pas ce que demain nous réserve !

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

La Chronique de Léon
Les Depêches